Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

"canempechepasnicolas" :

Il ne peut y avoir de libération sociale

sans libération nationale !

La preuve :

La finance mondialisée comme la Commission Européenne, dont celle-ci est l'expression politique, pressent le futur président français de liquider les droits sociaux, qui demeurent encore dans le Code du travail, héritage du programme du CNR,  mis en pratique à la Libération. 

Aujourd'hui, Bruxelles exige que la France en finisse au plus tôt avec ce qui reste des conquêtes sociales, dont bénéficie encore le peuple français, telle la Sécurité sociale. Les candidats de l'oligarchie à l'élection présidentielle très liés aux banques et aux assurances privées, Macron, Fillon, font assaut de propositions qui sont celles du Medef. 

Le saccage du Code du Travail entrepris par le gouvernement PS et son ministre de l'Economie, Emmanuel Macron, n'est pour eux qu'une première étape...

Le Medef l'exigeait déjà en 2007

QUAND DENIS KESSLER,

ALORS N°2 DU MEDEF

LACHAIT LE MORCEAU

Citation d'un article de Denis Kessler dans la revue Challenges le 4 octobre 2007

Le modèle social français est le pur produit du Conseil national de la Résistance. Un compromis entre gaullistes et communistes. Il est grand temps de le réformer, et le gouvernement s'y emploie.

Les annonces successives des différentes réformes par le gouvernement peuvent donner une impression de patchwork, tant elles paraissent variées, d’importance inégale, et de portées diverses : statut de la fonction publique, régimes spéciaux de retraite, refonte de la Sécurité sociale, paritarisme...

A y regarder de plus près, on constate qu'il y a une profonde unité à ce programme ambitieux. La liste des réformes ? C'est simple, prenez tout ce qui a été mis en place entre 1944 et 1952, sans exception. Elle est là. Il s'agit aujourd'hui de sortir de 1945, et de défaire méthodiquement le programme du Conseil national de la Résistance 

Tag(s) : #Lutte de Classe