Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

À la maternité de Beaumont, la grève est portée majoritairement par des sages-femmes. PHOTO FRANÇOIS FLOURENS

À la maternité de Beaumont, la grève est portée majoritairement par des sages-femmes. PHOTO FRANÇOIS FLOURENS - VDN
 

Depuis le 6 juillet, une grande partie du personnel de la maternité de Beaumont à Roubaix est en grève. Cette dernière est majoritairement portée par les sages-femmes revendiquant une hausse des effectifs et de la sécurité au sein de la maternité.

Après la grève des urgences générales de Roubaix en juin dernier, c’est au tour de la maternité de Beaumont. Cette grève, démarrée le 6 juillet dernier et portée majoritairement par les sages-femmes, concerne aussi les aides-soignantes et les auxiliaires de puériculture. Cependant, étant donné l’obligation d’un service minimum, toutes les grévistes sont assignées et continuent donc à travailler.

Depuis le 6 juillet, à l’appel de la CGT, un mouvement de grève touche les sages-femmes de la maternité de Beaumont à Roubaix.


Depuis le déménagement de la maternité Paul Gellé, devenue maternité de Beaumont en 2017, l’activité des urgences gynéco-obstétricales a augmenté de 12%. Le nombre de naissances est ainsi passé de 2 700 à 3 300 chaque année. Par conséquent, le personnel réclame une hausse des effectifs pour assurer un service public de qualité auprès des patientes avant, pendant et après leur accouchement. Les sages-femmes grévistes estiment ne pas pouvoir assurer correctement le suivi des mamans (accompagnement avec le bébé, allaitement).


Autre problème pointé du doigt par les grévistes : la sécurité. Actuellement, une équipe d’agents sécurité incendie, présente à l’hôpital Provo, intervient à la maternité de Beaumont en cas de besoin. Le syndicat réclame la présence en continue d’un agent de sécurité. Dimanche dernier, le personnel a été menacé par une personne qui brandissait un couteau et les insultes sont fréquentes de la part des patients et des accompagnants selon la CGT.

Du côté de la direction, le service des Ressources Humaines, qui rappelle que 10 personnes supplémentaires avaient été recrutées au moment du déménagement en 2017, assure apporter une réponse au manque d’effectifs sous trois mois. Quant à la sécurité, elle affirme que le bâtiment est entièrement sécurisé grâce à un système de badges et s’appuie sur l’équipe actuelle de sécurité incendie, disponibles de jour comme de nuit.

Après la grève des urgences générales de Roubaix en juin dernier, c’est donc au tour de la maternité de Beaumont. Cette grève, démarrée le 6 juillet dernier et portée majoritairement par les sages-femmes, concerne aussi les aides-soignantes et les auxiliaires de puériculture. Cependant, étant donné l’obligation d’un service minimum, toutes les grévistes sont assignées et continuent donc à travailler.

Tag(s) : #Services publics, #Santé
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :