Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le blocus, arme suprême de l'impérialisme ?

Le blocus, arme suprême de l'impérialisme ?

 
L’OSCE retarde l’arrivée
de l’aide humanitaire
dans le Donbass

Le 23 mars 2015 –

 

Source Russia Insider

Selon les organisations d’aide humanitaire, l’aide formée de dons privés recueillis en Russie pour les résidents de la Novorussie s’entasse à la frontière à cause des observateurs de l’OSCE et des agents des douanes.

 

Le 12 mars l’écrivain russe Zakhar Prilepine, qui se consacre à acheminer et distribuer de l’aide humanitaire aux résidents du Donbass, s’est plaint sur sa page Facebook que les cargaisons humanitaires étaient coincées à la douane russe depuis deux semaines.

«Cela fait deux semaines que des tonnes et des tonnes d’aide humanitaire collectées auprès de personnes privées attend à la frontière russe. Je ne sais pas ce qui se passe avec les douanes russes, mais ils ne laissent pas passer ces cargaisons. Les gens de l’autre côté de la frontière se battent dans des conditions horribles et personne ne bouge, écrit Prilepin. Je voudrais que les fonctionnaires de l’administration des douanes qui donnent ces ordres vivent pendant un mois ou deux dans les mêmes conditions que les habitants de Debaltseve

Ce n’est pas la première fois que l’auteur de Nijni-Novgorod achemine de l’aide humanitaire aux habitants de Sud-Est de l’Ukraine. La plupart des fonds recueillis par Prilepine servent à acheter des médicaments, des aliments pour bébés et des articles de toilette. L’auteur est allé lui-même dans plus d’une centaine d’endroits apporter de l’aide humanitaire à des familles nombreuses, des handicapés et des personnes âgées.

A Rostov, Konstantin Vasiltsov, membre du personnel régional de la Jeune Garde de la Russie Unie (MGER) qui, depuis 2014 se consacre également à la collecte et à l’envoi de convois humanitaires au Donbass, a confirmé que les files de convois à la frontière étaient de plus en plus longues.

«Les difficultés viennent de ce que, le 17 mars, l’OSCE, qui effectuait les contrôles, a commencé à limiter la quantité de marchandises transportées pour éviter qu’on entre inutilement sur le territoire ukrainien, en particulier de notre côté du check-point Uspenka. Mais c’est une mesure temporaire. L’OSCE ne vérifie pas toutes les voiture qui passent, elle les choisit soigneusement, mais cela prend quand même beaucoup de temps», a expliqué Vasiltsov.

Selon le représentant de la MGER, leur organisation n’a pas eu ces problèmes avec l’aide humanitaire qu’ils ont rassemblée, car pour l’instant ils se concentrent sur l’aide aux réfugiés qui vivent dans la station de chemin de fer de Rostov. Le nombre de réfugiés reste important, malgré le cessez-le feu et la réduction du nombre des Ukrainiens qui partent en Russie. Actuellement, il y a environ 135 personnes qui vivent dans la plus grande gare de Rostov.

«Un autre problème est que beaucoup de gens qui reviennent en Ukraine n’ont pas de papiers d’immigration, car lorsqu’ils sont passés en Russie, ils n’ont pas franchi la frontière officiellement – du fait qu’il n’y a pas de postes frontaliers sur toute notre frontière avec l’Ukraine. Ces réfugiés créent des bouchons à la frontière car ils n’ont pas de documents justifiant de leur traversée antérieure de la frontière. Cela complique également la livraison de l’aide humanitaire privée, qu’on transporte parfois en voiture, parfois dans des camionnettes Gazelle.»

L’émissaire de la République populaire du Donbass, Denis Pouchiline, estime que le manque de centralisation du processus de livraison a dû entraîner ce problème car il y a beaucoup de gens qui veulent aider.

Pour que l’aide soit bien répartie et pour éviter les escroqueries, il faudrait que des organismes spécifiques soient habilités à la distribuer. Pour certains, ce n’est pas seulement la guerre – a dit Pushilin aux Izvestia. Le ministère russe des Situations d’urgence (EMERCOM) a mis au point un système d’inspection de toutes les cargaisons humanitaires. Il est possible de se rendre à l’agence EMERCOM de sa ville pour faire vérifier et sceller l’aide privée, ce qui permet d’éviter les interminables contrôles à la douane. Nous essayons de rationaliser ce processus.

En outre, selon Pushilin, les contrôles de l’OSCE à la frontière ralentissent aussi le processus.

«Kiev n’arrête pas de dire que les convois humanitaires russes transportent des armes et autres munitions. L’OSCE est donc obligé de tout inspecter pour aboutir à la conclusion que les déclarations de Kiev sont de la provocation. Ils devraient vraiment arrêter de faire ce genre de déclarations», a déclaré Pushilin.

La République populaire de Lougansk a également confirmé que les dons privés n’arrivaient pas à passer la frontière. Le président de l’Assemblée nationale de la RPL, Aleksei Karyakin, a dit à Izvestia que seules les cargaisons assemblées par les douanes entraient sur le territoire de la république, alors que tout le fret humanitaire devrait être autorisé à passer.

«L’aide privée est nécessaire, car nous souffrons du blocus ukrainien, mais cette aide n’est pas sans problèmes. Comme on dit : certaines personnes souffrent de la guerre et d’autres s’enrichissent grâce à elle.» Beaucoup de gens tentent de tirer profit de cette situation terrible.

Article original  traduit du russe par Kristina Aleshnikova pour Russia Insider.

Traduit de l’anglais par Dominique Muselet, relu par jj pour le Saker Francophone

 

 

 

Tag(s) : #Impérialisme
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :