Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Victoire à l’ANRAS : LES TROIS DÉLÉGUÉ-E-S SYNDICAUX CENTRAUX DE L’ANRAS RELAXÉ-E-S… GRANDE VICTOIRE !!!

La cgt

Discrimination syndicale

 
Victoire à l’ANRAS
contre la criminalisation de l’activité syndicale

mardi 10 mars 2015 ,

par Philippe Gelinaud

Les trois délégués syndicaux centraux (CGT, FO et SUD) de l’association nationale de recherche et d’action sociale (ANRAS), poursuivis en correctionnelle pour propos injurieux, ont été relaxés.

« L’affaire de l’ANRAS est emblématique et forte de sens. Cette tentative de criminalisation de l’activité syndicale a échoué. Elle conforte la CGT dans son action, elle remet à sa place et à sa juste valeur l’activité syndicale. »
Fédération CGT de la Santé et de l’Action sociale

L’ex-directrice de l’ANRAS avait porté plainte suite à la diffusion, en juin 2013, d’un tract intersyndical qu’elle estimait injurieux. Les trois DSC avaient été entendus au tribunal correctionnel de Toulouse à la mi-janvier 2015. Le 3 mars, la relaxe a été prononcée.

La fédération CGT de la Santé et de l’Action sociale se félicite de cette nouvelle victoire contre les tentatives de criminalisation de l’action syndicale.


 
PDF - 241.2 ko
 

Lina Desanti

Secrétaire Générale de l’UD CGT 82 :

 

LA TETE HAUTE ET LE POING LEVE ! « Résister pour conquérir » : sous les vents de la répression syndicale, cette formule résume la stratégie de la CGT. A l’heure où les libertés fondamentales, dont celles des syndicalistes sont gravement menacées, nul doute que c’est la CGT qui est dans le viseur. Nombre de nos militants et de nos dirigeants sont victimes d’une féroce répression.

C’est le cas pour nos 2 camarades de L’ANRAS, mis en examen pour avoir écrit un tract, pour David Gistau Secrétaire Général de l’UD de l’Aveyron, à qui sa direction écrit pour lui intimé l’ordre de reprendre le travail au le 1er juillet. C’est aussi le cas pour les 7 de Nutribio, en mise à pied à titre conservatoire, pour cause de grève, alors qu’ils demandaient une augmentation de 7 euros.

Nos camarades sont victimes d’un acharnement judiciaire et policier, généralement appliqué aux délinquants de droit commun. Nos militants ne sont pas des voyous. Et si les pouvoirs publics sont à ce point soucieux de traquer les bandits, qu’ils dirigent leurs gyrophares vers le siège du Medef. La CGT freine les ardeurs d’un gouvernement dont l’orientation ne fait plus aucun doute. Et perturbe tout autant la stratégie du patronat.

C’est cela que paye les camarades !

La CGT Midi Pyrénées réaffirme la nécessité d’un vote sur la loi d’amnistie, des syndicalistes. La CGT Midi Pyrénées condamne toutes les formes de répression syndicale, quelles qu’elles soient. La place des syndicalistes n’est pas devant les tribunaux ou les Conseils de discipline, ou entendus par la police mais auprès des salariés. Peu importe les coups.

Nous ne bougerons pas d’un pouce.

Et qu’on entende bien ceci : pas touche à un seul cheveu d’un seul militant de la CGT, ou c’est toute la CGT qui ripostera ! On ne nous bâillonnera pas, et nous rendrons coup pour coup

Tag(s) : #Lutte de classes
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :