Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Des dirigeants du PPE : contre la Russie,
armons-nous et partons !

M. Kelam a d’emblée affirmé sa conviction : la Russie est désormais l’adversaire de l’UE, et a bien l’intention de s’en prendre aux Pays baltes. Son collègue roumain Cristian Dan Preda a enchéri : selon lui, le président russe poursuivra sa marche à travers l’Ukraine et ne manquera pas d’annexer la Transnistrie (Priednestrovie, région russophone de Moldavie qui a proclamé son indépendance).

Mais cet avenir botté prédit par les honorables europarlementaires n’était qu’un hors d’œuvre. Spécialiste des relations internationales, l’Allemand Roland Freudenstein s’est chargé de pimenter l’ambiance. Ancien chercheur auprès du gouvernement fédéral, puis auprès des institutions communautaires, M. Freudenstein est désormais directeur de recherches au Centre d’études européennes, à Bruxelles, qui dépend du PPE. Fort de son expertise, il a d’emblée asséné que l’objectif de Vladimir Poutine était de détruire l’UE et l’OTAN, au moins moralement et politiquement. Pour l’anéantissement militaire, le chercheur n’a pas encore de certitude.

Il a logiquement enchaîné en s’interrogeant : « sommes-nous prêts à entrer en guerre ? », et regretté que cette question n’ait jusqu’à présent pas été sérieusement examinée. « Nous devons montrer clairement que oui, nous sommes prêts à entrer en guerre pour sauvegarder les principes existentiels à l’avenir de l’Europe », a-t-il clamé devant l’auditoire, dont une partie était tout de même un peu médusée. Il a cependant concédé que cette perspective était difficile à aborder publiquement.

Tentant sans doute de détendre quelque peu l’atmosphère, l’orateur a alors mimé l’ambassadeur russe auprès de l’UE pour moquer la diplomatie de Moscou, et n’a pas manqué de mettre ainsi les rieurs de son côté. Redevenant sérieux, il a cité un de ses ouvrages, publié par le Centre de recherche Martens (lié au PPE), intitulé La Renaissance de l’Occident – un titre déjà évocateur. Bref, sa conviction est faite, et il n’hésite pas à la proclamer : le conflit entre Vladimir Poutine et l’Occident ne se terminera que quand le dirigeant russe « quittera le Kremlin, de quelque manière que ce soit ».

De quelque manière que ce soit – autrement dit, pas forcément à la fin de son mandat. L’analyse devrait être rappelée aux dirigeants européens qui feignent régulièrement de s’indigner quand le Kremlin les soupçonne de rêver ou d’encourager une « révolution de couleur » à Moscou. Sur le modèle, par exemple, du Maïdan ukrainien.

Et comme pour dissiper tout malentendu d’interprétation, le vice-président du groupe PPE, Jacek Saryusz-Wolski, a pour sa part tranquillement rappelé : « si nous gagnons avec l’Ukraine, nous gagnerons un jour avec la Russie. Si nous échouons avec l’Ukraine, Poutine gagnera ».

L’aveu est de taille : le Polonais reconnaît le rôle de premier plan de l’UE dans le renversement de l’ex-président ukrainien, Viktor Ianoukovitch ; et lève le voile sur les visées ultimes que nourrissent certains ensuite.

Bref, a poursuivi l’influent eurodéputé, concernant la Russie, « le temps des négociations et de la persuasion est terminé ». On imagine presque entendre, en fond musical : « marchons, marchons… ». Ultime menace, plus diplomatique que militaire cette fois : « la partie sud de l’UE ne parviendra pas à obtenir l’engagement des pays de l’est de l’UE sur le sujet de l’immigration, qui est le thème du sommet extraordinaire, si elle continue à ne pas comprendre, ou à ignorer, les menaces existentielles auxquelles les pays de l’est font face ».

Traduction à l’attention de l’Italie ou de la Grèce : acceptez de vous armer et de nous suivre dans la confrontation avec la Russie, et on s’intéressera alors aux réfugiés qui échouent sur vos côtes.

Il est dommage que les dirigeants européens ne fassent que rarement preuve d’une telle franchise. Il est à noter que des personnalités importantes participaient à la réunion, comme l’influent président de la Commission des Affaires étrangères de l’europarlement, l’Allemand Elmar Brok.

Or le PPE est la formation qui regroupe ce que l’eurovocabulaire nomme le « centre-droit », c’est-à-dire notamment la CDU d’Angela Merkel ou l’UMP de Nicolas Sarkozy.

On attend avec intérêt les réactions de ces deux là.

D’ici la parution du premier numéro de Ruptures, le 29 mai, ce site vous propose chaque jour – gratuitement ! – une info commentée (souvent au second degré).
Mais pour assurer son lancement,
Ruptures
a besoin de 
et vous propose en échange un préabonnement.
Ne remettez surtout pas à demain ce que vous pouvez faire aujourd’hui !
Tag(s) : #Europe
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :