Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Syrie : les Occidentaux ont saboté une occasion de paix
Syrie : les Occidentaux ont saboté une occasion de paix

En 2012, les puissances occidentales ont délibérément écarté une possibilité de paix en Syrie. C’est ce qui ressort d’un entretien récemment accordé par l’ancien président finlandais, Martti Ahtisaari, au quotidien britannique The Guardian(1).

M. Ahrtisaari avait reçu le Prix Nobel de la paix en 2008 pour sa carrière diplomatique au cours de laquelle il mena de nombreuses médiations internationales. Quatre ans plus tard, il participait, comme intermédiaire, à des discussions visant à stopper la guerre qui commençait à faire rage en Syrie entre rebelles armés et le pouvoir de Damas. En février 2012, il prenait ainsi part à des discussions engagées entre les cinq membres permanents du Conseil de sécurité de l’ONU.

Dans l’interview au Guardian, le diplomate fait sur ces contacts des révélations pour le moins dérangeantes. Il raconte ainsi que le 22 février, il a un échange poussé avec le représentant russe, Vitali Tchoukrine. Ce dernier lui fait passer trois messages à l’attention des Occidentaux : « premièrement, nous devrions nous abstenir de toute livraison d’armes à l’opposition armée ; deuxièmement, nous devrions lancer sans délai un dialogue entre Bachar el-Assad et cette opposition ; et, troisièmement, nous devrions trouver ensemble une voie de sortie élégante pour le président el-Assad ».

M. Ahtisaari a bien transmis aux dirigeants américains, français et anglais, en insistant sur l’occasion de sortie de crise. A ce moment, le conflit avait causé la mort de « seulement » 7 500 personnes. Réaction de Washington, Paris et Londres : rien. Car, explique le diplomate, les dirigeants occidentaux « étaient convaincus que Bachar tomberait dans les semaines à venir, et qu’en conséquence, il suffisait d’attendre».

Depuis lors, ces derniers n’ont cessé d’encourager, de soutenir ou d’armer les rebellions anti-Assad, l’UE en tant que telle n’étant pas en reste avec ses sanctions décrétées. Résultat : trois ans, plus tard, le conflit est plus brutal que jamais. Et c’est l’engagement russo-iranien qui semble en passe de débloquer la situation. Dès lors, ces puissances, et de nombreuses capitales européennes verraient aujourd’hui le départ « élégant » du président el-Assad comme une solution diplomatique favorable.

Entre temps, le pays a été saigné à blanc, 250 000 morts sont à déplorer, et le flux de centaines de milliers de réfugiés vers l’Europe ne cesse de grossir.

(1) The Guardian, 15/09/2015

 

 

Ruptures n°3 paraît… dans quelques jours !

Le n°3 de Ruptures commence à mijoter… Sa parution est programmée pour le 28 octobre. Il pourra ainsi rendre compte des élections en Pologne trois jours plus tôt.

Tag(s) : #Pages d'écriture
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :