Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

DIEU ME PARDONNE C'EST SON MÉTIER…

 

Disons tout à coup combien nous nous félicitons d’un tel reportage, comme d’ailleurs au même moment la visite du Président Castro en France.

Si je rapproche les deux événements, ce n’est pas un hasard, le scénario est à peu près le même, de l’omerta générale au dialogue.. Dans les deux cas, à quelque-uns nous avons fait le siège des médias, publiés des livres, le tout s’est heurté au silence médiatique qui ne voulait pas savoir. Dans les deux cas, il a fallu que partout des camarades communistes toujours les mêmes mènent un combat exemplaire pour rétablir les faits.

Ukraine, le silence médiatique, en 2015, sur la fascisation, le drame vécu par la population qui ne voulait pas du coup d’Etat imposé par les Etats-Unis,  a été tel que nous nous sommes heurtés à un mur. Même pour publier un article dans l’Humanité, il a fallu quelques journalistes courageux à contre courant autant que la pression de la masse des communistes. Bref quand Marianne et moi, à notre retour d’Ukraine, nous avons fait venir les mères d’Odessa, personne ne s’est déplacé sauf un journaliste de l’Humanité lui-même issu du Donbass et parlant russe. Le journal Marianne sous la plume de Jack Dion a fait un article. Quant à notre livre, relatant les faits, malgré les promesses, ni La Revue, ni le Monde Diplomatique n’en ont publié la moindre critique. L’article de  l’Humanité s’est moqué de nous et au lieu de reprendre les faits s’est lancé dans un portrait à charge de deux vieilles dames…

En ce qui concerne Cuba, dans les années quatre-vingt dix, alors que l’ïle vivait un drame terrible et que personne ne donnait cher de la survie du « castrisme », alors que Robert Ménard aidé par publicis et Fabius, le Nouvel Obs et toute la presse en appelait à la lutte contre la dictature communiste, nous avons cherché à dénoncer l’opération, en vain.  Un peu plus tard, au Monde diplomatique,  nous avons eu plus de chance, il a fallu à la fois le rôle d’un des plus grands spécialistes de l’Amérique latine, Maurice Lemoine, , et le fait que l’un des rédacteurs en chef avait un fils élevé à Cuba qui était revenu pour être admis dans une des grandes école les plus prestigieuses de France, pour entrevoir la vérité, toute l’Am&rique latine l’exigeait. Autrement nous étions condamnés à l’objectivité totalement négative d’un trotskiste de choc, Jeannette Habel. Sur l’Ukraine, nous n’avons même pas eu la chance de la même écoute. En revanche, comme je l’ai raconté par ailleurs, Robert Ménard régnait en maître parrainé par les patrons de presse, même si les journalistes racontaient qu’ils le fuyaient.

Sur le plan politique, qu’il s’agisse de Cuba, de l’Amérique latine en général, il y a eu une aide, une seule que nous avons retrouvé à propos de l’Ukraine : il s’agit de Mélenchon. C’est pour cela que tout en étant pour que les communistes aient leur parti, leur candidat je n’accepte pas que l’on attribue à cet homme tous les malheurs du parti. S’il n’y avait pas eu Mélenchon, nous aurions dû laisser la dénonciation de ce qui se passait en Ukraine, comme en Syrie, à d’autres fascistes y compris Marine Le pen , Soral et d’autres qui entretenaient la confusion avec des portraits du Che et de Chavez, et qui pouvaient alors accomplir ce que l’on attendait d’eux : transformer les luttes à Odessa et dans le Donbass en mouvements d’extrême-droite. Diffamation,  alors que là-bas, comme le dit le documentaire et notre livre, on accusait les résistants d’être des nostalgiques du communisme soviétique.

en toile de fond,  l’intervention d’histrions bien connus comme BH et son réseau de presse,  a prétendu gommer l’antisémitisme violent des néo-nazis du maïdan.Montrant par là que celui qui rentre ans Gaza sur une jeep, se fait passer pour la voix officielle des juifs, ne représente que les intérêts impérialiste, ceux-de la CIA.  le cas est d’autant plus éclairant  que sur la question ukrainienne Israél est divisé, entre communistes pro-URSS et extrême-droite de Liberman admirateur de Poutine, et ceux qui suivent la politique des Etats-Unis, et s’affirment parfois libéraux.  non BHL représente directement la stratégie de la CIA dans notre monde médiatique et il n’est pas le seul dans ce cas…

Bref qui mène ce genre de combat sait à quel point le monde médiatique est devenu un  système de propagande où l’on peut nier impunément les faits, le massacre à Odessa autant que celui jadis à panama sans crainte de la moindre faille journalistique. A partir d’un conformisme, d’un manque de moyens, et de la pression des rédacteurs en chef, la voix de son maître.

On sait  combien les communistes sont l’ultime force de résistance non fascisante sur tout le territoire français, de Paris à Marseille en passant par le Rhône, du Pas de Calais au Tarn et au Bordelais, il y a eu partout une résistance à l’embrigadement. Partout ils ont été capables d’agir pour dénoncer  le fascisme qui désormais menace l’Europe, comme l’avancée de l’OTAN menace la paix mondiale, et les sanctions imposées à la Russie sont un coup de pistolet que l’Europe sur ordre des Américains se tire dans le pied.  Ils ont agi ensemble comme ils avaient su le faire pour Cuba, pour le Venezuela… Nous avons fait venir un responsable du parti communiste ukrainien, des mères dont les enfants avaient été massacrés à Odessa. Seuls les communistes de l’opposition, toutes tendances réunies ont répondu présent, les autres nous ont taxés de nostalgiques de l’URSS, comme ils refusent de connaître le débat qui se développe partout sur une estimation de ce qu’elle a réellement représenté pour les peuples.

Il a fallu une courageuse maison d’édition, DELGA… et d’autres qui se sont proposées…

Non tout n’est pas fini en France, au contraire mais il faut rassembler dans l’action les forces prêtes à combattre.

ALORS POURQUOI CETTE EMISSION DE TELEVISION.

Voilà nous y sommes : Hollande reçoit Raoul Castro, incontestablement les Etats-Unis ont donné l’autorisation, leur reconnaissance de l’impossibilité de mettre à genoux le peuple cubain s’accompagne d’une aggravation des conditions de la lutte menée contre les  gouvernements progressistes, le Venezuela en particulier. Partout le scénario est le même, les Etats-Unis utilisent la crise qu’ils provoquent et les fautes politiques de gouvernements dans leur lutte contre la corruption, l’absence sans doute d’un parti… Ils provoquent de larges coalitions qui vont de l’extrême-gauche gauchiste à l’extrême-droite du capital, en passant par l’internationale socialiste et ils déstabilisent ceux qui résistent, l’Argentine, le Brésil, le Venezuela. Cuba jouit d’un immense prestige et les Etats-Unis espèrent bien isoler Cuba en le reconnaissant, en provoquant aussi l’afflux occidental, d’en finir avec la vague progressiste et au-delà un des bastions d’un monde multipolaire, de nouveaux rapports sud-sud. Rien n’est terminé car le capitalisme n’a rien à offrir aux mécontents des régimes progressistes comme le prouve l’Argentine et l’impossible gouvernance du Venezuela.

Mais revenons à ce film, pourquoi la réalité peut-elle être entrouverte à propos de l’Ukraine ? Pourquoi ce film?  pourquoi l’Humanité où les journalistes ont le plus grand mal à faire passer un article sur ce qui ce passe réellement en Ukraine, et qui ne laissera jamais filtrer le débat tel qu’il a lieu dans l’ex-Union soviétique tel que grâce à Marianne  nous la découvrons dans ce blog, le cinéaste est interviewé..

Redisons l’essentiel : à quel point nous nous  réjouissons.de l’obligation qui est faite de reconnaître la réalité.. Oui nous nous félicitons de l’avancée de la vérité, même si on continuera à nous dire stalinienne ou autre gracieusetés, on ne voudra garder de nos combats que cette diffamation là, sans jamais voir que nous nous avons notre métier aller voir ce qui se passait sur le terrain avant de dire n’importe quoi en suivant la propagande de la CIA, l’important c’est le résultat.

Oui mais pourquoi? Pour Cuba, c’est clair… Tout part de la résistance du peuple cubain et de la manière dont l’impérialisme a dû en tenir compte.

Pour l’Ukraine, je crois qu’il faut rapprocher cette découverte tardive des faits de la visite de Macron à Moscou où il s’est prononcé pour la levée des sanctions? suivi il y a peu par le ministre de l’agriculture Le Foll, confronté à la colère des agriculteurs, des Bretons en particulier, de la filière porcine et d’autres a été obligé de se prononcer lui aussi contre les sanctions. L’Europe est confrontée à ce que nous annoncions, les conséquences directes et indirectes des sanctions.

En outre la politique au Moyen-Orient, la crise des migrants et le terrorisme, ont aussi confronté le gouvernement français aux conséquences de ses choix. Il n’a pas évolué sur le fond, non seulement il reste allié de ceux qui provoquent le terrorisme, mais il continue à soutenir Erdogan en s’opposant par exemple à la participation des Kurdes aux négociations de paix. Nous n’avons pas le temps de souligner toutes les incohérences de cette politique qui a privé la France du rôle qu’elle jouait au Moyen-Orient.

Ce que nous en retirons c’est que la France de Hollande aujourd’hui est contrainte tant du point de vue économique (crise agricole) que d’un point de vue politique (migrations, terrorisme) de choisir une politique plus réaliste avec Moscou. Mais il ne faut pas se faire d’illusions, la France n’a pas recouvré son indépendance, elle agit dans le cadre d’un système de vassalisation aux Etats-Unis qui ne cesse de se renforcer. Donc l’Amérique a donné l’autorisation.

Si l’on a laissé passer ce film malgré l’omerta imposé désormais aux médias français, c’est pour ces raisons, pour pouvoir dire dans le cadre d’une évolution de la politique : nous ne savions pas, nous avons découvert…

Danielle Bleitrach

 

Tag(s) : #Médias
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :