Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Des images pour comprendre

Article de Catalina.B, lectrice du blog, qui est partie dans le Donbass…

 

 

Nous sommes nombreux à nous intéresser au Donbass. Il nous est bien sûr difficile de nous imaginer la vie sur place c’est pourquoi j’ai fait le voyage. Bien que je n’ai pas pu, parce que je ne parle pas russe, mettre en oeuvre mes projets humanitaires, je vous restitue des éléments de la vie quotidienne, celle dont on ne parle pas dans les médias. J’ai mis en lien  des articles de L.Brayard-journaliste français, écrivain et historien,  résident du Donbass que j’ai rencontré à Donetsk-ainsi que ses photographies qu’il a généreusement partagé avec moi, n’ayant pas les deux accréditations(presse et militaire)  nécessaires pour faire moi-même des photos et des entretiens.

Voici donc mon expérience, Donetsk vu par une Française, ne parlant pas le russe, je ne peux restituer ici que mon propre ressenti, amputé de relations sociales plus approfondies avec les gens du Donbass. J’espère qu’il vous apportera quelquechose, c’est tout ce que je souhaite à cet article.

Séjour d’un mois  à Donetsk, Février 2016

Les images les plus marquantes dès la frontière Russie-Donbass passée sont les énormes plots de ciment, que je suppose anti chars tellement ils sont imposants. On ne peut qu’imaginer à quoi ils sont promis et la réalité de la guerre explose aux alentours. Les impacts des tirs sur les arbres et les nombreuses tombes, toutes fleuries, parlent de deuils, de destructions, de souffrances.

image003

Photo L.Brayard

En regardant mieux, depuis le minibus-taxi qui nous emmène brinquebalant sur les routes défoncées, je discerne des maisons détruites au milieu d’autres. Pourquoi cette maison-ci et pas une autre ?

image005

Photo L.Brayard

En effet, pas de cible stratégique dans ces villages perdus dans la steppe où les gens restent parfois malgré les tirs quotidiens parce qu’ils n’ont nulle part où aller.

Ces gens qui semblent oubliés de tous. Qui se terrent dans les caves la nuit venue, et qui vivent, le jour, sous la menace proche des canons de l’armée ukrainienne.

En complément : Les enfants dans les caves du Donbass

Tous les jours les tirs résonnent dans la ville de Donetsk. Ces tirs qui pilonnent des villages dans la périphérie, déjà en partie détruits. Des tirs qui n’épargnent personne, ni aucun bâtiment, serait-ce une école.

image009

“on a connu le nazisme il y a 70 ans et ça recommence ?” (Photo L. Brayard)

A Donetsk, J’ai fait cet enregistrement depuis mon hôtel. Comme vous l’entendez, l’armée pilonne les villages dans la périphérie.
<<<Vidéo MVI_1763.AVI>>>

Situation de mon hôtel à Donetsk : Google Maps.

Les gens souvent démunis reconstruisent avec ce qu’ils ont. Là, on se sert de tapis pour recouvrir les toits.

image015

image021

Explosions des fenêtres à cause des bombardements. Beaucoup de gens sont blessés s’ils sont à proximité.
Photos L. Brayard

A Donetsk, la vie suit son cours sous le bruit journalier des canons. Il y a des soldats dans les rues, des contrôles sur les grands axes, les banques sont fermées ainsi que les mac do et autres grand magasins.
Les universités sont ouvertes et c’est avec plaisir que je croise de nombreux étudiants.
Dans les rues, les gens vaquent à leurs occupations. La ville est très bien entretenue, très propre, il y a des poubelles partout et des agents d’entretien s’occupent des nombreux jardins disséminés dans la ville.
A Donetsk, on peut contempler des chefs d’oeuvres de la ferronnerie d’art.

image023

Photo Catalina

image025

Une belle ville (Photo L. Brayard)

Les bus qui n’ont jamais cessé de fonctionner sont bondés au petit matin. La ville vit comme toutes les grandes villes même si beaucoup d’entreprises ont fermé.
Insolite, le comportement des gens est très confiant, ainsi, dans le bus, si vous ne pouvez pas composter, vous donnez votre ticket à quelqu’un qui le donnera à une autre personne jusqu’à le compostage et il vous revient, idem avec l’argent, on se le passe jusqu’au chauffeur. Autre chose de bien différent de chez nous est que les hommes même jeunes laissent toujours la place assise aux femmes.

Les hôpitaux fonctionnent malgré les manques de moyens. La Russie essayant au mieux de pallier au manque de fournitures médicales. J’ai eu l’occasion de visiter un hôpital et j’ai eu l’impression de me retrouver 20 ans en arrière : peintures décrépies, murs défoncés, bois de portes vermoulus. Les problèmes de corruption de l’Ukraine sont pires aujourd’hui mais étaient déjà énormes avant le Maidan. Sur 17,5 milliards créés par le Donbass en richesse, seulement 6 milliards lui revenait. Ce qui explique l’état de délabrement de certaines structures hospitalières. Dans cet hôpital et dans d’autres, il nous faut honorer le personnel qui a parfois travaillé sans salaire plusieurs mois d’affilée avec un courage inégalable.

En me promenant je croise parfois des gens très pauvres qui font la manche. La vie ici est difficile, L’Ukraine ayant décidé de ne plus verser les pensions.

La Russie a pris le relais mais ne peut donner la totalité des salaires ou autres prestations. Elle aide comme elle peut le Donbass en accueillant des enfants pour des soins et en affrétant de nombreux convois humanitaires. Sur la ligne de front, la vie est plus que dramatique. En attendant l’instruction de leur demande de pension, beaucoup de familles n’ont pratiquement rien et bénéficient juste d’une aide financière ponctuelle et de produits distribués par des associations.

 

 

Tag(s) : #Europe
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :