Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Une initiative du gouvernement PS : les syndicats en liberté surveillée !  Le comuniqué de l'UD CGT de Paris et l'appel lancé par "canempechepasnicolas"

Intimidation et entrave à l’activité syndicale

 

Communiqué de presse UD CGT Paris

 

En cette fin de matinée, plus de 15 cars de CRS se sont placés Place de la République. Les CRS se sont déployés autour de la Bourse du travail.


L’objet de cette intervention policière : contrôler les syndiqué.e.s et toute personne qui quitte la Bourse du Travail 3 rue Château d’Eau. Ce contrôle inclut les fouilles au corps – comme s’il s’agissait de délinquants !


Nous ne savons absolument pas sur quels prétextes ces contrôles et fouilles ont été effectués.


De nombreux syndicats ont leurs bureaux dans ce lieu au sein duquel se tiennent des réunions au quotidien.


La seule hypothèse que nous pouvons faire c’est que l’intervention policière vise à empêcher des militants de se rendre à la manifestation contre la loi El Khomri qui part à 14h de place de la Bastille.


Cette intervention policière est inacceptable. L’Union départementale CGT Paris dénonce une entrave à l’activité syndicale et insiste sur la nécessité de mettre fin immédiatement à de telles procédures.


La CGT exige également l'arrêt immédiat de toute fouille et entrave à la sortie de la Bourse du travail.


Paris, le 28 juin 2016

 

"canempechepasnicolas"

 

Le contrôle policier autour de la Bourse du Travail n'est qu'un maillon de la chaine que le pouvoir PS met en place à Paris. Les rues interdites, les fouilles au corps des citoyens qui manifestent légalement, les barrages multiples, la lourde présence d'une police militarisée sont les signes inquiétants d'une mise en tutelle d'une population jugée dangereuse. Ce sont les droits et les libertés de la République qui sont bafoués par le gouvernement prétendument "socialiste".

Toutes ces mesures d'intimidation visent à habituer notre peuple à vivre en permanence en liberté surveillée.

Accepter sans réagir à cet état de chose, c'est abdiquer sa dignité de libre citoyen.

Les syndicats et toutes les organisations se réclamant du combat progressiste doivent prendre toute la mesure du danger et refuser toute limitation de la démocratie et des droits de l'Homme. 

Sans attendre et en perspective des nouvelles manifestations prévues par les syndicats le 5 juillet prochain...

Et si les Parisiens reprenaient la Bastille le 14 juillet ?

 

Tag(s) : #Libertés

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :