Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

La presse du capital vilipendit les fonctionnaires

La presse du capital vilipendit les fonctionnaires

En commentaire à l'article

 
La loi Travail n'épargnera pas les fonctionnaires
PUBLIC et PRIVE 
Même combat le 15 septembre !
notre ami Morvan nous écrit...
 
Je (fonctionnaire Etat fraîchement retraitée, cégétiste) pense que ce titre d'article eût gagné à mettre en exergue uniquement " PUBLICS PRIVES MÊME COMBAT", et que votre "La loi El Khomri n'épargnera pas les fonctionnaires" semble un écho au discours permanent de dénigrement des agents du service public = les fonctionnaires, indécrottables corporatistes, campant sur leurs "privilèges", ne s'investiraient dans une lutte sociale que lorsqu'elle les touche directement, en gros.
On sait bien pourtant, pour cette lutte là et cette loi scélérate là, que nous nous sommes massivement engagés dans le combat, et que les 3 fonctions publiques seront encore là le 15 septembre.
Nous sommes par ailleurs, pour ce qui concerne la Fonction Publique d'Etat, en réalité, en triste antériorité par rapport à la loi 2016 = 9 années déjà que la RGPP de Sarkozy (fidèlement reprise par la MAP de Hollande) accomplit ses ravages dans nos rangs, sans que les parlementaires aient jamais été à même de voter pour ces destructions massives d'emploi public décidées en conseil des ministres, du "49.3 soft" en quelque sorte.
Les lois principales de précarisation dudit emploi public et de confection en cousu main d'un soit-disant "dialogue social renouvelé", dont les majeures de 2009 à 2011, sont passées, elles, à l'aval parlementaire comme une lettre à La Poste privatisée en S.A.. Cela pour la FPE, la Fonction Hospitalière obéissant à d'autres règles, - mais on le sait elle n'a pas été moins malmenée, du coup avec des techniques complémentaires dirons nous.
Il ne vous aura pas échappé que depuis des années par ailleurs le discours se fait insistant, sur la "nécessité" de faire plus avec moins (d'agents notamment) dans la Fonction Publique Territoriale, qui ne doit sans doute le "retard" à la purge qu'au maintien du cumul des mandats d'une part, qu'au fait que les démantèlements ne peuvent dans la FPT que partiellement être accompagnés de délocalisations, - lesquelles facilitent le massacre-, d'autre part.
Toutes ces joyeuses réformes à la Denis Kessler nous ont mis face à des programmes concoctés à la va vite, et à prix d'or sur le denier public, par des boîtes de consultants donc la copie était livrée avec la commande, et lorsque nous en sommes venus au soit disant "dialogue social" obligé par les textes survivants, nous, CGT, Solidaires, etc, avons plus souvent qu'à notre tour trouvé aux côtés de nos patrons du service public des syndicats "réformistes" qui trouvaient tout cela parfait (ceci dit, dans le secteur public, l'avis des Comités Paritaires d'alors doit être donné, mais il n'a pas à être suivi, un rêve de modélisation pour le privé ?).
Durant toutes ces années, la "logique managériale" a été martelée, avec la compète individuelle au détriment du bien et de l'intérêt commun, par des hiérarchies auxquelles tout à coup il n'était plus demandé de connaître moindrement leur domaine de direction, mais seulement de produire des indicateurs favorables à leur maintien en poste, sur base de "normes" qui feraient rire si elle ne faisaient tant pleurer, notamment dans le domaine social.
Nous fonctionnaires tant d'Etat, des EPIC que de l'Hospitalière, et fonctionnaires bien avertis de la Territoriale, sommes donc bien, depuis lerche, placés, pour voir l'identité de vision sociétale pourrie, allant de la destruction massive d'emplois et de la dénaturation de la notion TRAVAIL dans les secteurs puiblics, à l'actuelle infamie de la loi El Khomri. Mais nous le sommes encore plus, toujours depuis toutes ces années, parce que nous ne sommes pas seuls fonctionnaires à travailler dans le secteur public, et que nos collègues ANT, agents non titulaires, travaillent à nos côtés sous des contrats de droit privé "aménagés".
Corvéables à merci, CDIsables avec une infinie parcimonie et selon des critères parfois bien flous, ces collègues, qui alimentent bien malgré eux un mouvement de dévalorisation profonde du recrutement par concours, (tiré du Préambule à la Constitution), sont le pendant parfait du recrutement ultra majoritaire par CDD et interim courts du prrivé, et constituent parfois, nonobstant la règlementation, jusqu'à 20 % des effectifs saignés de leurs fonctionnaires dans certaines directions. Nous défendons depuis toujours leurs droits génériquement bafoués.
Alors oui, les fonctionnaires savent bien ce que signifie la loi El Khomri, d'où leur mobilisation massive tout ce printemps. Et à venir.
Tag(s) : #Social
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :