Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

De l'argent, il y en a : la multinationale allemande Bayer met 57 milliards d'euros sur la table pour racheter Monsanto. Un exemple de concentration du capital pour dominer le monde
De l'argent, il y en a : la multinationale allemande Bayer met 57 milliards d'euros sur la table pour racheter Monsanto. Un exemple de concentration du capital pour dominer le monde
De l'argent, il y en a : la multinationale allemande Bayer met 57 milliards d'euros sur la table pour racheter Monsanto. Un exemple de concentration du capital pour dominer le monde
Monsanto accepte de se faire racheter par Bayer pour 66 milliards de dollars

 

Le groupe allemand Bayer, qui essaie depuis plusieurs mois de racheter le géant Monsanto, la bête noire des écologistes, réputé pour ses organismes génétiquement modifiés et ses pesticides chimiques, a finalement obtenu gain de cause.

Le groupe allemand, après quatre mois de négociations, a finalement offert un prix supérieur de 22% au cours de l'action de Monsanto, élevant le prix du rachat de l'entreprise agro-chimique à 66 milliards de dollars, soit 59 milliards d'euros.

Le secteur de l'agro-chimie connaît une phase de concentration croissante. Le conglomérat américain DuPont envisagerait de fusionner avec la compagnie Dow Chemical, alors que l'Entreprise chimique nationale de Chine souhaite acquérir la firme suisse Syngenta.

 

Quoi qu’il en soit, la taille du nouveau géant n’inquiète pas seulement les autorités de régulation.

En Allemagne, politiques et représentants du monde paysan s’alarment aussi de ce monopole."Moins de choix et des prix en hausse", titre ainsi le Tageszeitung à Berlin.

Désormais, les six grands (Monsanto, Syngenta, Bayer, DuPont, Dow et BASF) contrôlent 60 % du marché des semences. Avec un chiffre d’affaires de 23,1 milliards d’euros dans l’agrobusiness, Bayer/Monsanto dépasse de très loin ses concurrents, Syngenta/ChemChina (14,8 milliards d’euros) et Dow/DuPont (14,6 milliards d’euros). 

"Cette mainmise sur le marché peut entraîner une réduction de l’offre et une pression supplémentaire sur les agriculteurs", estime Bernhard Krüsken, secrétaire-général du groupement des agriculteurs allemands. L’inquiétude porte également sur une possible pression de Bayer en faveur de la culture en Europe des organismes génétiquement modifiés, en mettant en avant les intérêts et les emplois allemands. Au total, le nouvel acteur Bayer/Monsanto emploie 140 000 personnes dans le monde.

Un regard qui tranche toutefois avec celui du monde des affaires, qui se montre plus confiant. Pour le journal boursier Der Aktionär, dans un contexte de fusions-acquisitions, Bayer n’avait d’autre choix pour atteindre sa taille critique. Le renforcement de sa branche Crop Science lui offre un second pilier sur lequel s’appuyer, en cas de chute dans le secteur pharmaceutique ou de tentative d’offre de rachat. 

 

 

Tag(s) : #Capitalisme
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :