Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Déjà en 2002, contre Chavez...

Déjà en 2002, contre Chavez...

Epeuve de forces au Venezuela

 

La Prise de Caracas (La toma de Caracas) : c’est ainsi que l’opposition antichaviste vénézuélienne a appelé la manifestation organisée aujourd’hui pour réclamer la tenue d’un référendum révocatoire contre le président Nicolas Maduro. Depuis plusieurs jours, les manifestants affluent vers la capitale, freinés par la décision du gouvernement de militariser les accès à Caracas.

Les vols d’avion privés et de drones ont été interdits. La place Venezuela d’où devait partir l’un des sept défilés de l’opposition a elle aussi été militarisée. 

Face à la contre-révolution...

Le peuple chaviste organise une contre-manifestation appelée La prise du Venezuela. Les déclarations de Diosdado Cabello, ancien président de l’Assemblée nationale mercredi devant plusieurs centaines de partisans se font menaçantes, dénonçant une tentative de coup d’Etat: «On retrouve les mêmes visages qu’en 2002 (année du coup d’Etat contre Hugo Chavez), la même haine du peuple. Mais nous les avons écrasés en 2002 et nous les écraserons le premier septembre 2016. Mais cette fois on les mettra en prison… Nous les attendons ici ces sordides, qu’ils viennent à Caracas…»

Dans la soirée de mercredi le président Maduro a annoncé qu’il demandera au Tribunal suprême de justice d’étudier «la levée de l'immunité propre à toutes les fonctions publiques du Venezuela, en commençant par l'immunité parlementaire, si cela est nécessaire au maintien de la paix, pour combattre toutes activités putschistes». La semaine dernière, le gouvernement chaviste a annoncé le licenciement des fonctionnaires ayant signé la pétition demandant le tenue du référendum révocatoire contre Nicolas Maduro.

Tag(s) : #Amérique latine Venezuela

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :