Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

L'Equateur admet avoir restreint l'usage de l'Internet à Assange et son président "aimerait bien qu'Hillary gagne.»

Ouest-France, toute l’actualité locale et internationale

 

 

 

 

L'Equateur a admis mardi avoir restreint temporairement l'usage de l'internet dans son ambassade de Londres, où est réfugié depuis 2012 Julian Assange, le fondateur de WikiLeaks, pour échapper à son extradition vers la Suède.


WikiLeaks affirme que Julian Assange n'a plus accès à internet depuis dimanche après la diffusion par le site de documents confidentiels obtenus par piratage informatique au sujet d'Hillary Clinton, candidate démocrate à l'élection présidentielle du 8 novembre aux Etats-Unis.

Le gouvernement équatorien a déclaré que WikiLeaks était seul responsable de la diffusion de ces documents et que lui-même ne voulait pas se mêler du processus électoral aux Etats-Unis ni favoriser l'un des deux candidats à la Maison blanche.

« A cet égard, l'Equateur, exerçant son droit souverain, a provisoirement restreint l'accès à une partie de son système de télécommunications à son ambassade au Royaume-Uni », dit le gouvernement dans un communiqué.

« L'Equateur ne cède pas aux pressions d'autres pays », ajoute-t-il, en allusion aux soupçons selon lesquels l'administration démocrate à Washington aurait fait pression sur les autorités équatoriennes après la diffusion par WikiLeaks de ces documents susceptibles de nuire à Hillary Clinton.

Le président équatorien Rafael Correa soutient de longue date le droit à la liberté d'expression de Julian Assange. Il a aussi déclaré le mois dernier à Russia Today: « Pour le bien des Etats-Unis et du monde (...) j'aimerais qu'Hillary gagne. »

 

Tag(s) : #Amérique latine Equateur
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :