Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

SYRIE : Alep et la mystification impériale : comme l'0ccupant allemand dénonçait les bombardements alliés en France
SYRIE : Alep et la mystification impériale : comme l'0ccupant allemand dénonçait les bombardements alliés en France

"canempechepasnicolas" :

Les médias français, dans un bel ensemble, laissent entendre qu'aidés par les Russes, les Syriens veulent "prendre" Alep en bombardant la ville. Cette façon de présenter le gouvernement de Damas comme l'agresseur d'une ville étrangère rappelle la propagande  allemande stigmatisant les raids des Alliers sur les villes françaises en vue de la libération du territoire...Même détournement de la vérité opéré par nos médias, qui  aujourd'hui comme hier, prèchent  la collaboration avec l'Allemagne dans le cadre de "l"Europe nouvelle"...

 

Vu les réactions de certaines personnes encore trop accrochées au médias de masse (ceux-ci étant tous détenus par les promoteurs du mondialisme..), et vociférant face aux bombardements russo-syriens à Alep, il me semble important de rappeler quelques réalités... 

Tout d'abord, il est manifeste que toutes les guerres sont abjectes et immondes mais, ceci étant admis, encore faudrait-il ne pas placer sur le même plan les agresseurs et les agressés... Certes, au milieu de ceux-ci se trouvent, hélas, nombre de civils et ils payent (comme toujours) le prix fort. Reste que, s'agissant d'Alep, si le soucis est réellement de protéger la population, pourquoi ne pas s'en être inquiété avant la contre-attaque de l'armée syrienne ?

Il convient de se souvenir que les barbares de l'EI occupent la ville depuis plusieurs années et, les preuves ne manquant pas, leurs exactions sur le peuple sont légions ! Non seulement les âmes outrées d'aujourd'hui ne se firent pas entendre mais, bien pire, la reprise d'Alep ne semblait pas à l'agenda de cette fumeuse Coalition dont les attaques, étrangement, ne permirent jamais de stopper l'avancée du groupe terroriste ! Que du contraire.

Pour ne prendre que l'exemple de l'Irak, ce pays est tombé en quelques heures : comment dès lors expliquer qu'il faille plusieurs années pour éradiquer un ensemble de personnes moins structurées ? Comment donc se fait-il que l'armada occidentale ne sache pas même freiner la progression de Daesh ?!

Soyons sérieux.

Si la Russie n'était intervenue dans le conflit, vu la très curieuse incompétence de l'alliance menée par les Etats-Unis, Damas serait ville ouverte (ou ville morte) depuis longtemps. Cet article n'a pas pour objectif de faire l'apologie de Assad (même si personnellement je ne le considère pas comme un dictateur, on sait cependant que le népotisme est une donnée qui fut toujours importante en Syrie), néanmoins on peut remarquer que la réaction du président syrien est logique et s'axe sur une résistance cohérente et judicieuse...

Pour l'admettre il n'est besoin que de se mettre à sa place... Quel dirigeant d'une nation souveraine, à moins d'être lâche, soumis ou inféodé à d'autres puissances, laisserait impunie une armée de mercenaires (payés, aidés, soutenus, soignés, par des forces étrangères) qui font le coup de poing, qui oeuvrent à la déstabilisation ou à la fragmentation du pays et qui massacrent la population ? Si cela arrivait dans n'importe quelle patrie, je pense que chaque chef d'état responsable et patriote mettrait tout en oeuvre pour atténuer, juguler ou détruire l'oppression qui encercle et s'active sur son territoire...

C'est d'une cohérence totale et implacable !

N'agit-on pas d'ailleurs en ce sens dans les nations européennes, toute proportion gardée, vis-à-vis du terrorisme ? Bien évidemment il n'est pas de reconquête militaire qui ne génère, malheureusement, des martyrs au sein du peuple : c'est inévitable. Je pense que chaque militaire, à moins d'être dépourvu de sentiment, en est conscient et fait le maximum pour éviter des pertes humaines innocentes. Pourtant, la chose est impossible... Surtout si l'un des belligérants, en l'occurence ici celui qui occupe Alep, répond par la négative à l'offre syrienne de couloirs humanitaires. Ce qui, il est vrai, délesterait les bouchers de leur réserve de boucliers humains... La question qui se pose est donc celle-ci : peut-on autoriser des tueurs de masse à poursuivre leurs innommables exactions ? Les chancelleries occidentales, si promptes à faire valoir le droit international (lorsque cela les arrange) ne font jamais mention des abus de l'EI sur une population affamée, dévastée et meurtrie. Tout au plus insiste-t-on sur la supposée barbarie de l'aviation syrienne ou russe qui décimerait au hasard. Je pense que ce deux poids deux mesures demande à être placé devant ses paradoxes et ses mensonges.

Prenons quelques exemples de la seconde guerre mondiale pour ce faire... La reprise de l'Europe, dès 1944, ne se fit pas la fleur au fusil : et nombre de cités aux mains des allemands croulèrent sous les bombes ! Le parallèle avec Alep apparaîtra à tous ceux qui ont encore un peu d'intelligence...

Mais pourquoi parlerait-on de crimes de guerre d'un côté et pas de l'autre ?

D'ailleurs, si on juge sur pièce, on s'apercevra sans peine, au-delà du fait qu'il faille évidemment attaquer les villes qui sont le joug de l'envahisseur, que la barbarie n'est pas là où certains osent encore le penser... La ville du Havre fut rayée de la carte le 5 et 6 septembre 1944 par les forces anglo-américaines ! Avec emploi de bombes au phosphore ! Des milliers de morts et une ville détruite à 80%. Les historiens s'interrogent toujours sur le pourquoi... Ce ne fut même pas pour son port puisqu'il était déjà inutilisable au vu des bombardements antérieurs. Quant aux forces allemandes, elles étaient cantonnées sur les hauteurs et non en centre ville.

 

Le Havre

Le Havre

On pourrait également parler de Brest en 1944 après le passage des bombardiers anglais et US...

Brest

Brest

Et comment oublier Dresde : bombardée par plus de 800 avions le 13 et 14 février 1945... Son importance stratégique était pourtant nulle : et aux 630.000 résidents permanents s’ajoutaient plus de 1 million de civils ! Cela n'empêcha pas 650.000 bombes incendiaires (et au phosphore...) de tomber sur la ville martyre. Dresde brûla pendant 7 jours et la masse d'air chaud créa un véritable ouragan de feu qui, comble de l'horreur, repoussa inéluctablement au sein même de la fournaise ceux qui désirèrent s'enfuir et quitter cet enfer...

 

Dresde

Dresde

On pourrait continuer longtemps et remonter jusqu'à aujourd'hui, mais ce n'est pas la peine... 

POUR LIRE LA SUITE
CLIQUEZ CI-DESSOUS

http://www.communcommune.com/2016/10/syrie-alep-et-la-mystification-imperiale.html?utm_source=_ob_email&utm_medium=_ob_notification&utm_campaign=_ob_pushmail
 

 

Tag(s) : #Médias
Partager cet article
Repost1
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :