Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La grande peur du 'business' italien

Express

Business

Le 4 décembre, les Italiens se rendent aux urnes pour approuver ou rejeter une réforme proposée par le Premier ministre Matteo Renzi. Mais comme David Cameron avant lui, qui avait proposé d’organiser le referendum du brexit, Renzi joue gros avec cette décision : son destin politique, mais aussi l’avenir de l’Italie, et celui de l’ensemble de l’UE.

L’opposition de Renzi se compose de trois partis, dont le populiste Mouvement Cinq étoiles de Beppe Grillo. Ce dernier a réussi à remporter les villes de Rome et Turin au cours des dernières élections municipales, mais aussi une série de petites. Le parti anti-immigrés de la Ligue du Nord, qui, comme le Mouvement Cinq étoiles, veut remettre en question l’adhésion de l’Italie à la zone euro, et qui veut surfer sur la vague anti-establishment qui déferle sur l’Occident, se tient aussi en embuscade.

Parmi les propositions contenues dans la réforme de Renzi, se trouve un projet visant à supprimer 300 sièges au Sénat italien. Beaucoup ont salué cette proposition, mais d’autres suggèrent qu’elle permettra de réduire davantage le contrôle sur le gouvernement, ce qui pourrait bien être un problème si jamais les populistes s’emparaient du pouvoir. Il y a tant en jeu.

Si Renzi perd, il a dit qu’il donnerait sa démission, ce qui pourrait mener au chaos politique. Les investisseurs pourront alors conclure que la partie est jouée. Le 5 décembre,  l’Europe pourrait se  réveiller avec une menace immédiate de désintégration ».

Tag(s) : #Europe Italie

Partager cet article

Repost 0