Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Demain le vote des communistes ?

Demain le vote des communistes ?

"canempechepasnicolas" :

 

Après le NON à Jean_Luc Mélenchon, le PCF résistera-t-il aux sirènes d'Arnaud Montebourg dans le cadre d'une nouvelle "union des gauches" dès le premier tour ?

Et de remettre le couvert une nouvelle fois au soutien du PS par le Parti communiste, tout simplement pour obtenir les voix  (et des sièges réservés ?),lors des législatives qui suivront la présidentielle, et sur un programme de l'ancien ministre de François Hollande, qui juge "trop radical" celui de Jean-Luc Mélenchon...

C'est tout dire !

S'en remettre au Parti socialiste, même repeinturluré en rose vif, c'est choisir la pire des solutions. C'est nous refaire le coup de la candidature Mitterrand. On mesure où cet opportunisme nous a mené.

Les Français en colère attendent autre chose. Ils veulent une rupture totale avec la politique menée depuis des décennies, tant par la droite affirmée - qui nous en propose une couche supplémentaire -  que par le PS qui poursuit la même politique, celle de l'oligarchie qui a fait main basse sur notre pays en enfermant celui-ci dans sa prison européenne.

Il faut le dire, et même le crier, aucune politique de progrès social n'est possible dans le cadre de l'Union européenne,  crée justement pour mettre les peuples à la raison. C'est un leurre  que de laisser croire que nos gardes chiourmes vont nous remettre gracieusement les clefs de la prison. Il nous faut porter un programme de rupture, non de compromission.

C'est sur ce choix que les communistes vont se compter.

 

Celui des médias du capital :

Résultat de recherche d'images pour "Ouest France logo"

Présidentielle. Montebourg fait du pied au PCF

qui ne veut pas de Mélenchon

 

« Par délicatesse », Arnaud Montebourg a refusé de commenter le refus par les instances du Parti communistes d'un ralliement à Jean-Luc Mélenchon. Le candidat à la primaire organisée par le Parti socialiste, en profite toutefois pour prôner à nouveau « l'union des gauches ».

Nulle doute qu'à gauche, la décision était attendue : la Conférence nationale du PCF s'est prononcée samedi contre le ralliement à Jean-Luc Mélenchon en vue de l'élection présidentielle, prôné par son secrétaire national Pierre Laurent. Arnaud Montebourg n'a pas tardé à réagir. D'abord en retenue. « Les partis politiques s'autodéterminent librement. Je n'ai pas à intervenir dans les choix des autres partis de gauche », a-t-il déclaré à l'issue de ses « Etats généraux du Projet France », organisés dans le 11è arrondissement de Paris.

Pour autant, la décision du PCF ne le laisse pas insensible. « Je peux dire en revanche ce que je fais, je construis l'union des gauches, c'est-à-dire la capacité à avoir une solution et une offre politique à vocation majoritaire qui nous permette de gouverner la France, et d'éviter que les électeurs de gauche se retrouvent dans la situation d'avoir à arbitrer les élégances entre la famille Le Pen et un des candidats de la droite », a-t-il ajouté.

Dans un entretien au Journal du Dimanche la semaine dernière, Arnaud Montebourg s'était dit prêt à faire l'union avec le PCF dès le premier tour, et il avait dénoncé la « radicalité » de Jean-Luc Mélenchon.

Interrogée par Public Sénat vendredi, la députée PS et compagne d'Arnaud Montebourg, Aurélie Filippetti, avait elle affirmé qu'avec le PCF, « les discussions ne sont pas closes ».

Tag(s) : #Politique française

Partager cet article

Repost 0