Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le communisme chevillé au corps,  par Patrick Grelait

Pour une candidature communiste

ni soumise ni tutélaire ni commerciale

par   Patrick Grelait 

 

Il y un siècle un spectre hantait l’Europe : le communisme. Aujourd'hui il est une réalité transformatrice à l’œuvre dans quelques pays et prêt, ailleurs, à être réinvesti par les forces qui travaillent et qui n'en peuvent mais de voir le fruits de leurs efforts capturés pour l'alimentation des rentes d'une minorité et détournés d'une valorisation sociale.

Il est présent et c’est nouveau sous la forme d'une nostalgie rémanente, la forme d'un regret : celle du communisme au pouvoir ! celle du communisme émancipateur en marche, qui place au centre des choix économiques et politiques l'intérêt du plus grand nombre, celui qui donne à l'éducation pour tous, à la santé pour tous, à la paix et à la sécurité sociale la place n°1.

Quoi qu’en disent ses détracteurs le communisme c'est la civilisation, c'est l’œuvre civilisatrice capable de tirer vers le haut ce vingt et unième siècle engagé dans la destruction du vivant, dans la guerre permanente, dans le néo féodalisme,

Quoiqu'en disent ses adversaires c'est bien la redéfinition des objectifs et de la nature de propriété des moyens d'échange et de production qui permit au communisme en marche de donner corps à une priorité de développement sociétale inédite et aujourd'hui, regrettée

Toutes les puissances occidentales se sont unies en de multiples alliances pour traquer étouffer, mettre à mal, corrompre, assiéger, agresser militairement le communisme.

Cette révolution, fille de la grande révolution française est trop souvent escamoter, pourtant c'est bien le communisme de riposte et en arme qui permit dès 1944 aux mouvement de libération nationale de prendre le dessus sur l’Europe (Reich) vichyste et fasciste ainsi que sur les féodaux d'une bonne partie du monde C'est bien la résistance insoumise déterminée, armée derrière le drapeau rouge et le drapeau bleu blanc rouge qui accula le patronat traître à la patrie à concéder les régimes de retraite, de Sécu et les nationalisation dont nous déplorons la disparition des effets positifs

Le communisme est une réalité d'actualité, nombre de parti, de clubs politiques qui le redoutent, essaient de prendre la place qu'il occupait en tentant de capter la classe ouvrière mais avec l'objectif malsain de détourner sa colère sur les étrangers (FN) ou comme d'autres en envisageant une intermédiation avec le patronat en même temps que la capture des fonds de financement des partis politiques à leur profit. Ces derniers bien conscients des troubles destructeurs occasionnés par leur long passage au pouvoir prévoient avec justesse la montée de la colère populaire et propose un programme de compromis avec le patronat arguant qu'une fois au pouvoir, leur détermination législative et leur ténacité procédurière permettra la réalisation de leurs engagements ;

Pourtant l'avalanche de procès contre les syndicalistes montre que le patronat et ses relais à Bruxelles ne compose plus, que les compromis ne se passent qu'entre dirigeants entrepreneuriaux, que la perspective c'est le précariat pour tous sinon c'est la répression et la judiciarisation des conflits sociaux tandis que l’Europe se dote d'un corps armé afin de veiller au grain ( pour certain le sortie de l'OTAN devient alors possible)

Force est de constater que les quelques fois où le patronat fit des concessions d'ampleur c'est lorsque sa trahison, sa compromission, l'élitisme de ses perspectives et son incapacité naturelle à impulser une politique de développement au bénéfice de

tous, furent mises en relief, que les masses étaient organisés politisés et déterminées et qu'il sentit le vent du boulet . Il est sûr qu'avec une moitié du monde qui était engagé dans un processus de transformation avec l'appui des communistes en marche, le mouvement ouvrier disposait d'atouts indiscutables au contraire d'aujourd'hui.

L'utilité des partis sociaux-démocrates finalisant l'intervention populaire dans un énième round électorale de « partage » (au bénéfices des mêmes ) est donc révolue, has been, 

Georges Marchais n'avait de cesse de répéter que « l'issue est dans le nombre »

Dans le nombre investissant les multiples espaces de pouvoir de notre vieille et complexe France avec en priorités les espaces économiques en politisant les perspectives et les nécessités utiles à tous avec en tête l'idée qu'ainsi nous serons chez nous et que la vie est à nous

L'impulsion d'une dynamique, d'un rassemblement révolutionnaire (dépassant la revendication nécessaire mais insuffisante de l'insoumission) majoritaire, large, politique, approximatif et visant la prise des pouvoirs redevient la tâche de l'heure. Sa formation et son efficacité dépendront de la prévalence de l'action de la classe ouvrière et en ce sens une candidature communiste véritable, en ligne avec cette perspective permettrait d'animer ce type de message en cette année charnière.

La sortie du capitalisme ( sans indemnisation) apparaît alors incontournable et indissociable d'un processus de libération nationale.

Rien n'est possible dans le cadre tutélaire et néolibéral de l'UE, de Euro, de l'OTAN

La trahison de Tsipras a permis de mettre les grecs à la contrainte et plus encore dans la misère, l'appel à voter Clinton de Sanders a facilité la tâche à Trump pour capter la colère du peuple américain et à Hillary (via Podesta) pour appeler à manifester contre Trump...pitoyable et en boucle.

Deux objectifs me semblent prévaloir pour défaire l'emprise mortifère du parti libéral et son aile néofasciste

1/ reconstruire une organisation communiste de masse( première marche préalable)

2/ construire le mouvement des ceux qui ont intérêt que soit au centre des décisions politiques, le développement humain (personnel et professionnel) et des œuvre de vie, le développement raisonné à des fins d'usage et selon l'utilité sociale de l'appropriation, de la transformation et de la revitalisation de l'environnement naturel.

Avec ou sans candidat...notre mobilisation est et sera primordiale pour déjouer le piège de l'état d'exception permanent dans lequel on veut corseter le pays..

Tag(s) : #Communisme

Partager cet article

Repost 0