Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Un des pères de l'ultralibéralisme fanatiquement  assumé, un proche du collabo Georges Albertini, donne son opinion sur le programme de François Fillon

Le 22 janvier 2012, en plein quinquennat Sarkozy, , nous n'avions pas encore subi la présidence de François Hollande, et donc, nous n'évoquions pas alors la social-démocratie dans notre analyse...

"canempechepasnicolas" écrivait :

Entre droite et extrême-droite, il y a la convergence des idéologies.

Un exemple : dans les années 80, droite et extrême-droite se sont retrouvées au sein du Club de l’Horloge, une "boite à penser" (eux se définissent comme un Cercle de réflexion *), du grand-patronat, afin d’élaborer ENSEMBLE les thèmes, qui deviendront le programme de la droite au pouvoir, en particulier celui de Nicolas Sarkozy. Parmi les sujets traités, la Sécurité Sociale.

Le débat donna lieu à polémique entre Jean-Marie Le Pen et Jacques Garello, un professeur d’Economie à Marseille-Aix 3, animateur de l’Aleps, un groupe de fanatiques ultralibéraux mis en place, lui aussi par Georges Albertini, le second de Marcel Déat durant l'Occupation et jugé à la Libération pour "Intelligence avec l'ennemi", l'Aleps donc  tenant toujours assises au siège de l’UIMM, l’Union des Industries Minières et Métallurgiques.

Quel était le différent entre le chef du Front National et cet économiste, proche du CNPF, le Modef de l’époque ?

Jacques Garello écrit alors dans le bulletin de l’Aleps ;

« Le Pen veut interdire aux travailleurs étrangers de bénéficier de la Sécurité Sociale…Il a tort ! Ce qu’il faut, c’est la supprimer, pour tout le monde ! ».

En l’occurrence, qui est le « plus à droite », Le Pen ou Garello ?

Aujourd'hui,

ce même Garello s'inscrit dans le débat à droite et pose la question :

Contrepoints

François Fillon ultralibéral ?

Par Jacques Garello.

Les juppéistes et la totalité de la gauche ont pris François Fillon pour cible, et sans ménagement. Ils lui réservent tous les noms d’oiseaux, et dans leur esprit le volatile le plus dangereux et haïssable est celui d’ultra-libéral.

Certes Fillon serait radical, brutal, traditionaliste, réactionnaire, conservateur, présomptueux, irréaliste, mais par-dessus tout, abomination de la désolation, il serait ultra-libéral. L’avantage de l’ultra-libéralisme est de réconcilier toute la classe politicienne française, de Mélenchon à Marine, de Valls à Bayrou. Enfin un ciment patriotique et républicain : la nation renaît de ses cendres, le phénix va anéantir l’ultra-libéralisme !

Je vais défendre François Fillon de deux façons : d’une part en le rassurant, il n’est pas ultra-libéral, il est victime d’une simple cabale électorale, d’autre part en l’encourageant, il peut s’il le veut (et je pense qu’il le veut) aller bien plus loin dans la recherche d’un choix de société fondé sur la liberté.

L’économie selon François Fillon

Paradoxalement, c’est dans le volet économique de son programme qu’il est à mes yeux infra-libéral. Tout d’abord la réapparition de la TVA sociale est une erreur : remplacer des cotisations par des impôts, soulager les salariés et les entreprises en faisant payer les contribuables n’est pas un progrès, c’est mélanger deux prélèvements de nature différente (assurances mutuelles et paiement des services publics). Une deuxième erreur est de remettre à plus tard la fin du monopole de la Sécurité Sociale.

On ne peut sauver les retraites en relevant l’âge de départ au lieu d’amorcer tout de suite la transition à la capitalisation, ni davantage sauver la santé sans responsabiliser les assurés. La TVA sociale masque la réalité : en France les retraites et la santé coûtent 60 % plus cher qu’à l’étranger (un smicard paie deux mois de salaire net pour sa retraite – sans savoir si on la lui paiera). Une troisième erreur est de ne pas assortir l’objectif louable de réduction de la sphère publique d’un programme de privatisations (totale ou partielle).

D’ailleurs toute la droite est obnubilée par le nombre de fonctionnaires, donnant le sentiment de vouloir exclure de la communauté nationale les agents de l’administration, alors que les libéraux veulent réduire le périmètre de l’État, et transformer les fonctionnaires en salariés du secteur marchand ou social – ce qui leur vaut un supplément de pouvoir d’achat et de considération dans tous les pays qui, en effet, ont ramené la sphère publique aux seules missions régaliennes.

Fillon en dessous de ce qu’on attend d’un libéral

Je ne veux pas à mon tour faire du « Fillon bashing », mais tel qu’il est actuellement le programme qu’il propose est très en-dessous de ce que l’on peut attendre d’un projet libéral.

Je préfère repérer ce qui engage François Fillon dans la voie libérale, ce qui constitue déjà une belle rupture avec la droite dopée à l’étatisme, au jacobinisme, et même au socialisme depuis des décennies. On peut saluer des avancées encourageantes dans plusieurs domaines.

François Fillon a le courage d’attaquer le mammouth, il a compris que l’instruction et l’éducation sont des enjeux majeurs, et que l’administration de l’Éducation Nationale, livrée à l’idéologie, à la puissance syndicale, ne peut être neutralisée que par l’ouverture à la concurrence d’établissements privés et autonomes librement créés. François Fillon conteste la priorité donnée au logement social, et entend rompre avec une réglementation inspirée par « la lutte entre bourgeois propriétaires et prolétaires locataires ».

Les lois SRU et ALUR seront supprimées. Il faut aussi une certaine lucidité pour supprimer la durée légale du travail et renvoyer au dialogue au niveau de l’entreprise les détails du contrat de travail. La suppression du principe de précaution n’est pas pour plaire aux zadistes ni à Madame NKM. Je peux continuer à distribuer les bons points, et ce n’est pas par hasard que le Collectif des Libéraux a classé le candidat largement en tête, et a noué un dialogue fructueux quand il l’a reçu devant 800 personnes le 5 septembre dernier.

Bref, on voit bien le désir de François Fillon de briser les chaînes réglementaires, sociales, fiscales, qui empêchent aujourd’hui les Français de trouver un emploi, d’entreprendre, d’investir. Mais  François Fillon a aussi toutes les qualités qui peuvent en faire un ultra-libéral, c’est-à-dire quelqu’un qui va au-delà de l’efficacité économique et sociale pour s’engager dans un vrai choix de société.

Être ultra-libéral c’est fonder la libération de la société sur l’impératif de la responsabilité et de la dignité de la personne humaine. C’est souhaiter des institutions qui garantissent les principes de propriété et de subsidiarité. C’est ce qui fait dire aux commentateurs que François Fillon est « conservateur ». Non : un libéral n’est pas conservateur (Hayek a écrit un chapitre décisif sur ce point) parce qu’il connaît l’imperfection des choix actuels, des institutions, et demande d’user de la liberté pour changer en vue de permettre aux êtres humains d’accomplir leur épanouissement personnel et de vivre dans l’harmonie avec les autres.

François Fillon n’est pas le conservateur d’un musée français (comme on le dit), il est l’expression de millions de Français qui se révoltent contre le mauvais usage que l’on fait de la liberté, et veulent retrouver quelques valeurs provisoirement oubliées. Leur révolte n’est pas sociale, elle est morale et spirituelle.

Voilà pourquoi la victoire de François Fillon n’est pas celle de la « droite radicale » sur la « droite de Chirac » (gauchiste à souhait). Elle est le résultat de l’engagement personnel, de la vigueur de la société civile, et il s’agit bien d’une poussée formidable et inattendue, animée par un souffle profond qui peut stimuler les esprits et les cœurs.

Je ne pense pas que François Fillon commettra la même erreur que ses aînés les « libéraux » de 1986, qui par calcul politicien, ont privé l’électorat de son vote et ont remis la France sur les rails du socialisme pour quarante ans. J’espère qu’il sera bien ultra-libéral.

"canempechepasnicolas" :

Ainsi, Garello donne sa caution à François Fillon...pour son ultralibéralisme, ce qui ne fait pas de son rival, Alain Juppé, le candidat de l'oligarchie, un adversaire du "Tout capital" !

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :