Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Chanteloup-les-Vignes, ce mardi après-midi. Les grévistes de MC Syncro, un sous-traitant de PSA, affirment avoir été remplacés par des travailleurs étrangers venus de plusieurs pays d’Europe. LP/MG.

Chanteloup-les-Vignes, ce mardi après-midi. Les grévistes de MC Syncro, un sous-traitant de PSA, affirment avoir été remplacés par des travailleurs étrangers venus de plusieurs pays d’Europe. LP/MG.

Le Parisien

En grève depuis le 5 décembre, les salariés de MC Syncro de Chanteloup-les-Vignes naviguent entre amertume et colère. Ces employés spécialisés dans la fabrication de roues pour l’usine PSA de Poissy affirment avoir été remplacés par des ouvriers venus de plusieurs pays d’Europe. « La direction a fait appel à des Belges, des Tchèques, des Allemands, des Espagnols. On ne peut pas leur parler pas car ils ne maîtrisent pas le français, témoigne Ansoumane Dramé, délégué CGT. Ils logent dans des hôtels voisins. La direction tente de briser la grève, mais on tient bon ! »

 

Pour alerter ces travailleurs détachés de l’illégalité de leur emploi, la CGT leur a même adressé des tracts rédigés en plusieurs langues. Un référé a également été déposé au tribunal. « Il ne s’agit évidemment pas d’attaquer les étrangers, indique un cadre de la centrale, qui confirme leur présence. Mais c’est l’appel à d’autres travailleurs pour briser une grève que nous dénonçons en premier lieu. » Contactée, la direction du site n’a pas donné suite à nos demandes d’explication.

 

Un élément contribue à alimenter les accusations du syndicat : la direction de l’usine PSA, unique client de MC Syncro, confirme curieusement ne pas être pénalisée par cette grève. « Il n’y a eu aucun impact », assure un porte-parole qui se refuse à tout autre commentaire. Selon la CGT, MC Syncro aurait également fait appel à d’autres sites de production pour maintenir la production des quelque 4 500 roues demandées chaque jour par l’usine de Poissy.

 

Suivie par une majorité des 32 salariés du site de Chanteloup, la grève vise à réclamer des augmentations de salaire de 200 € par mois et l’embauche des intérimaires. Selon la CGT, la direction s’y opposerait en raison de la souplesse d’emploi qu’offre l’intérim dans un marché exposé aux fluctuations de production.

 

  leparisien.fr

Tag(s) : #Lutte de classes