Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Bachar al-Assad répond : "Le plus important est la reconstruction des esprits pollués par l’idéologie wahhabite"...
Mondialisation.ca

Entrevue accordée par le Président syrien

à la chaîne japonaise TBS

[Texte intégral]

Question 1 : Merci, Monsieur le Président, pour nous avoir offert l’opportunité de connaître votre point de vue sur ce qui se passe en Syrie et l’avenir de ce pays. Ma première question : maintenant que la rencontre d’Astana approche, que cherchez-vous et qu’en attendez-vous ?

Le président Al-Assad : Tout d’abord, vous êtes les bienvenus à Damas et je suis heureux de m’adresser au public japonais, pour la première fois, depuis le début de cette guerre sur la Syrie. Nous n’avons pas d’attentes, disons que nous avons l’espoir qu’Astana devienne une plateforme de dialogue entre les différentes parties syriennes sur tous les sujets. Mais je pense qu’au tout début, elle se concentrera plus particulièrement sur le cessez-le-feu en différents endroits, afin de protéger des vies et permettre à l’aide humanitaire d’atteindre les différentes régions du pays. Ce sera, ainsi que nous le voyons, la priorité.

Il n’est pas clair qu’elle puisse porter sur un quelconque sujet politique, car il n’est pas encore clair qui va y participer. Jusqu’ici, il s’agit de discussions entre le gouvernement et les groupes terroristes pour établir le cessez-le- feu et permettre à ces groupes terroristes de rejoindre le « processus des réconciliations » ; ce qui signifie, renoncer à leurs armes et bénéficier de l’amnistie du gouvernement. C’est la seule chose que nous pouvons en attendre pour le moment.

Question 2 : Et, acceptez-vous que des discussions sur la formation d’un gouvernement de transition aient lieu au cours de cette rencontre ?

Le président Al-Assad : Tout ce qui sera discuté devra être fondé sur la Constitution, parce qu’elle n’est pas liée à des discussions entre gouvernement et opposition, ou entre gouvernement et groupes terroristes; mais à chaque citoyen qui a le droit de définir l’avenir de la Syrie. Dans notre Constitution, il n’y a rien qui corresponde à un gouvernement de transition, mais la possibilité d’un gouvernement régulier, composé de représentants des différents partis et des différentes entités politiques, que nous qualifions de « Gouvernement d’union nationale ». Par conséquent, oui, il est ouvert à quiconque voudrait y entrer, qu’il appartienne à un parti de l’intérieur ou de l’extérieur de la Syrie. C’est notre position. Plus tard, et à partir d’un tel gouvernement, il sera possible de parler d’élections législatives ou parlementaires aboutissant à la formation d’un nouveau gouvernement, fondé sur les résultats de ces élections.

Question 3 : Le nouveau président des États-Unis, M. Donald Trump, sera bientôt investi dans ses fonctions. Qu’attendez-vous de lui ? Qu’espérez-vous comme changement politique à cette occasion ?

Le président Al-Assad : Comme vous le savez, la plupart des présidents américains étaient issus des milieux politiques ou avaient occupé des postes politiques. Ce n’est pas son cas. Et, si vous lisez les médias, dont les médias américains, il est considéré comme imprévisible parce qu’ils en connaissent peu sur sa vision. La seule chose sur laquelle nous pouvons fonder notre jugement est son discours durant sa campagne pour la présidence, d’où vous pouvez retenir ce qui est bon pour nous et notre priorité d’aujourd’hui : combattre le terrorisme.

Le président Trump a dit que sa priorité était de combattre l’EIIL. C’est évidemment l’un des aspects du terrorisme, l’une des organisations terroristes. Or, lorsque vous parlez de l’EIIL, vous devez aussi parler d’Al-Nosra et, maintenant, de tant d’autres groupes affiliés à Al-Qaïda présents en Syrie. Mais je pense qu’en parlant de l’EIIL, il faisait du terrorisme sa priorité. Par conséquent, nous attendons et nous espérons que la prochaine administration mettra vraiment à exécution cette partie de son discours et aidera ainsi non seulement la Syrie car, aujourd’hui, le terrorisme n’est plus un problème syrien, mais le problème du Moyen-Orient et du monde. Nous espérons que cette nouvelle administration contribuera sincèrement à forger une vraie alliance pour combattre les terroristes dans la région, alliance dans laquelle la Syrie sera évidemment en première ligne.

Question 4 : J’ai lu une entrevue dans laquelle vous avez parlé des lobbies à Washington DC. Ils sont entrain d’empêcher le changement de politique. C’est ce que vous pensez ?...

POUR LIRE LA SUITE
ET LA REPONSE  DU PRESIDENT ASSAD

AUX AUTRES QUESTIONS

CLIQUEZ CI-DESSOUS

http://www.mondialisation.ca/bachar-al-assad-le-plus-important-est-la-reconstruction-des-esprits-pollues-par-lideologie-wahhabite/5570072

 

Tag(s) : #Syrie