Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Benoît Hamon  de gauche ? Vraiment ? par Jacques Sapir
L’employé des pompes funèbres

La victoire de Benoît Hamon à la « primaire » organisée par le parti dit socialiste est nette. Mais elle se fait dans un contexte très détérioré. Cette « primaire » a réuni moins de personnes qu’en 2011, et bien moins de la moitié de celle des Républicains en novembre 2016. Cette victoire va donc très probablement accélérer la décomposition du dit parti. D’ores et déjà, un certain nombre de députés P « S » et de responsables se préparent à passer avec armes et bagages du côté d’Emmanuel Macron. Au-delà des manœuvres des uns et des autres, manœuvres sur lesquels ont peut porter un jugement politique mais aussi un jugement moral, nous assistons à la phase finale de l’agonie du parti crée à Epinay en juin 1971. Cela présage de recompositions politiques importantes, voire décisives, dans les mois qui viennent.

Benoît Hamon, de gauche ? Vraiment ?

Cette victoire de Benoît Hamon est celle, avant tout, d’une politique de réseaux. Réseaux que l’intéressé a cultivés avec soin, et ce depuis de nombreuses années. Il faut se souvenir que Hamon entra en politique comme un « jeune rocardien », et qu’il y fréquenta alors un certain Manuel Valls. Mais, surtout, Benoît Hamon s’est construit un personnage politique sur le mode « de gauche, mais pas trop ». Il n’hésite pas à reprendre des thèmes comme le « revenu universel » ou à piocher dans le programme de candidats plus à gauche que lui, comme dans celui de Jean-Luc Mélenchon où il a trouvé l’idée de « constitutionnaliser » les Biens Communs[1]. Il a, sur ce point, bien retenu la leçon de Guy Mollet, qui fut en son temps le fossoyeur de la SFIO, cet ancêtre du Parti dit socialiste, et selon qui ont prenait le pouvoir dans la social-démocratie par la gauche, mais que l’on l’exerçait par la droite…Alors, Benoît Hamon, de gauche ? Vraiment ?

Il faut ici se souvenir de ce qu’il disait en septembre 2009, quand fut présenté le « plan de relance » traduisant (en petite partie) dans les faits le fameux « discours de Toulon » de Nicolas Sarkozy[2]. Ce discours appelait à une « refondation » du capitalisme, et d’un capitalisme réglementé, mais au service du développement économique et social. Un beau discours, assurément, même si la pratique du gouvernement fut bien différente. Or, quand François Fillon, à l’époque Premier-ministre, présenta son budget, Benoît Hamon l’attaque sur sa droite (et même son extrême droite) en prétendant que « la France était ruinée ». J’écrivis à cette époque un texte sur le blog Marianne2[3], dont j’ai gardé le texte que je soumets au lecteur pour qu’ils voient l’incohérence profonde de Benoît Hamon. Ce n’était pas pour rien que j’avais intitulé ce texte « Benoît Hamon est-il idiot ? ». Il faut donc croire qu’avec quelques autres nous ne lui avons pas assez tiré les oreilles…

POUR LIRE LA SUITE
CLIQUEZ CI-DESSOUS

https://russeurope.hypotheses.org/5641

Tag(s) : #Politique française
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :