Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Reportage de la chaîne ukrainienne Kanal 5 (appartenant à P. Porochenko et ayant été trè active lors de la Révolution Orange et l’Euro-Maïdan).

Bien comprendre la crise russo-ukrainienne : le détonateur Sébastopol,   par Laurent Courtois

Le blog de Lucien PONS

Pour bien comprendre les tensions entre la Russie et l’Ukraine durant les quinze dernières années, il est essentiel de ne pas négliger le rôle primordial du Port de Sébastopol dans la géostratégie russe.

A la fin du 17éme siècle, la Russie est considérée par le reste de l’Europe comme un pays arriéré, comme le « cul de sac » de l’Europe. Le Tsar Pierre le Grand, désireux de moderniser son pays décide de rompre son isolement géographique et économique en développant le commerce maritime. Son projet repose sur l’ouverture de deux portes sur le monde, l’une donnant accès aux mers froides et l’autre aux mers chaudes. Cette politique entraîne la fondation en 1703 du Port de Saint-Saint-Pétersbourg.

Le seul accès possible aux mers chaudes pour la Russie est alors la mer noire, à l’époque sous contrôle de l’empire Ottoman. Grâce à la prise du Fort d’Azov en 1696, une porte est temporairement ouverte, mais il faudra attendre 1783 pour que la ville de Sébastopol soit fondée, concrétisant ainsi le plan de Pierre le Grand.

A partir de cette date le monde russe possède deux pôles géostratégiques majeurs Saint-Pétersbourg et Sébastopol. Deux siècles plus tard, ces pôles sont encore fondamentaux pour la Russie. Ainsi en Décembre 2014 Vladimir Poutine déclara à la Douma :

« Sébastopol, est l’équivalent pour la Russie du Mont du Temple dans le judaïsme ou l’Islam ».

L’écroulement du monde soviétique.

Six mois avant l’indépendance de l’Ukraine, la Crimée devint par un référendum « la République Socialiste Soviétique Autonome de Crimée ». L’année suivante la « République de Crimée » indépendante fut proclamée.

Avant même l’indépendance de l’Ukraine, la CIA avaient déjà fortement infiltré le principal partie du pays (Rukh). C’est donc sans surprise que le gouvernement Kravtchouk, tenta de prendre le contrôle de la flotte de la Mer Noire. La crise atteint son paroxysme le 5 avril 1992, lorsque l’Ukraine envoya deux unités de forces spéciales prendront le contrôle du port. Le 3 août, un compromis est trouvé lors des accords de Yalta, concluant à un contrôle conjoint de la flotte. Néanmoins, il fallut attendre 1997 pour régler définitivement le problème. En 1995, en violation du droit international (accords de Budapest) l’Ukraine par un vote et l’envoie de forces spéciales repris le contrôle de la péninsule.

Cette annexion de fait de la Crimée par l’Ukraine créa une tension politique avec la Russie, retardant de nouveau l’application des accords de Yalta. Ce n’est que deux ans plus tard qu’un accord est conclu le 28 avril 1997. Pour plus de détail sur cette crise (1991 à 1997), je vous conseille, la lecture de l’excellent article d’Igor Delanoë.

Le traité de 1997, stipule que le Port de Sébastopol est loué à la Russie pour 20 ans contre un loyer de 96 millions de dollars payés en grande partie en gaz. Il était stipulé qu’en l’absence de discussion avant le 28 mai 2016, le bail serait reconduit tacitement pour 5 ans.

La location russe : un bail houleux et menacé.

En 2004, l’Ukraine est le cadre de la Révolution Orange téléguidée par les USA. Le président Iouchtchentko est ouvertement pour l’adhésion de son pays à l’EU et à l’OTAN.

Il laisse régulièrement entendre qu’il ne souhaite pas le renouvellement de l’accord de 1997.

La renégociation d’un contrat portant sur le gaz l’année suivante (premier conflit gazier russo-ukrainien) est prétexte à la première mise sous tension des russes au sujet du port de Sébastopol. Cette micro-crise se soldera par la prise le 3 août 2005 par les forces spéciales russes du phare criméen du Cap Sarytch.

La Guerre de Géorgie (2008) est de nouveau le cadre de nouvelles tensions entre la Russie et l’Ukraine. Pour empêcher la livraison d’armes de l’Ukraine à la Géorgie, la marine russe met en place un blocus le long des côtes Géorgiennes. En réaction, Kiev menace de mettre à son tour un blocus du Port de Sébastopol. Le 13 août, la Rada vote un décret pour restreindre les libertés de mouvement de la Flotte de la Mer Noire. Les russes doivent annoncer 72 heures à l’avance les mouvements de leurs bateaux.

La politique ouvertement pro-américaine et la volonté de Iouchtchentko de lancer l’Ukraine dans la guerre aux côtés de la Géorgie, entraîna l’explosion de la coalition née de la Révolution Orange. Ioula Tymochenko bien que pro-européenne, mais chargée des négociations gazières, misait sur des relations équilibrées avec l’Europe et la Russie.

Cette rupture se concrétisa le 10 septembre 2008, par le rapprochement du parti de Ioula Tymochenko et celui de Viktor Ianoukowitch.

Iouchtchentko, le Président marionnette est éliminé au premier tour des élections de 2010 avec seulement 5,45 % de votes (score calamiteux jamais atteint par aucun président sortant à l’échelle mondiale). Les élections portent au pouvoir l’ancien Premier Ministre originaire du Donbass et pro-russe Viktor Ianoukowitch.
L’incendie provoqué par la Révolution Orange étant circonscris, il était urgent pour la Russie de pérenniser la présence de sa flotte en Mer Noire.

En Avril, soit moins de deux mois après son élection, Viktor Ianoukowitch signe avec son homologue russe, Dimitri Medvedev les accords de Kharkov. Leur ratification provoque des troubles à la Rada.

Le bail est prolongé de 25 ans (jusqu’en 2042). En plus du loyer de 96 millions de dollars, la Russie accorde à l’Ukraine une réduction de 30 % sur le prix du gaz. Cette réduction représente 7 milliards de dollars pour 2011 et 2012. Cette somme providentielle permit au pays de rentrer dans « les clous » du FMI et ainsi recevoir un prêt lui évitant la banqueroute.

Partager cet article

Repost 0