Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Accueil

Benoît Hamon projette-t-il de se faire parachuter sénateur en septembre 2017 ? Depuis que les investitures PS ont été gelées - en catimini - dans son fief des Yvelines, la rumeur enfle dans le microcosme. L'entourage du candidat à la primaire de la gauche jure qu'il n'y songe aucunement, et ce même s'il n'est pas élu président de la République puis qu'il perd son siège de député aux législatives. Mais plusieurs responsables socialistes du département imaginent déjà la manip'… "Ce serait bien son genre", note un poids lourd local. Même la première fédérale socialiste, Sandrine Grandgambe, proche de Benoît Hamon, n'écarte pas l'hypothèse : "C'est une option possible, parmi d'autres", explique à Marianne cette élue de Trappes, qui justifie le gel des investitures par une nécessité d'" attendre un contexte plus apaisé à gauche".

L'anecdote illustre bien le double visage de Benoît Hamon. Héraut du revenu universel, le candidat tente dans la primaire à gauche d'incarner le renouveau - mais sans le proclamer comme Bruno Le Maire. Ce jeudi 12 janvier, lors du premier débat télévisé entre les candidats, il s'est ainsi posé en pourfendeur de la "vieille politique". Et ce, non sans un certain succès : ses thèmes sont au centre des débats, et les sondages semblent montrer qu'il existe une dynamique en sa faveur.

En interne, le député des Yvelines traîne pourtant une réputation d'apparatchik un rien combinard. Il faut dire que Benoît Hamon a passé une bonne part des vingt-cinq dernières années au cœur des manœuvres et tractations d'appareil du Parti socialiste. "Cette image sectaire, d'homme d'appareil, me colle aux fesses. C'est vrai que jusqu'en 2012 je n'ai fait que ça", reconnaissait d'ailleurs l'ex-ministre auprès de Marianne en novembre.

Un bourlingueur électoral

"CETTE IMAGE SECTAIRE, D'HOMME D'APPAREIL, ME COLLE AUX FESSES"

Comme nombre d'éminences d'appareil, l'actuel député de Trappes (Yvelines) a le parachutage facile.

En vingt ans, il a connu pas moins de quatre territoires électoraux successifs. Natif de Brest dans le Finistère, il débarque dans le Morbihan en 1997, sans succès. Puis il se fait élire député européen dans le Grand-Est en 2004, tout en étant conseiller municipal de Brétigny-sur-Orge, dans l'Essonne. Changement d'air en 2010, alors qu'il ne compte plus aucun mandat : il est élu conseiller régional d'Île-de-France sur la liste des Yvelines. Avant d'y migrer donc, en 2012 ! Mais c'est bien à Paris que cet expert en négociations de coulisses a fait le plus souvent étalage de son savoir-faire tactique.

S'il adhère au PS en 1986, Hamon perce dans l'appareil à partir de 1993. Alors assistant parlementaire du député de Gironde Pierre Brana, il parvient à détacher le Mouvement des jeunes socialistes (MJS) de la tutelle solférinienne. A cette occasion, le jeune Benoît, 26 ans, réussit son premier coup de billard à trois bandes : alors que la limite d'âge pour candidater est à 25 ans depuis toujours, il réussit à la faire repousser à 29 ans… afin de se faire élire président. "Il a pris la parole au Congrès, et ça a été réglé en 15 minutes", rigole aujourd'hui Jean-Patrick Gille, compagnon de route devenu député de l'Indre-et-Loire.

A partir de cette date, Benoît Hamon ne va cesser de peser dans la vie du MJS. Jamais autoritaire, il séduit des générations de militants par son affabilité et sa disponibilité. Présent à chaque événement ou presque, il est le "bon pote" et le grand frère que chacun écoute avec déférence. "Il ne me téléguidait absolument pas. Mais il avait l'expérience donc j'avais le réflexe de lui demander des conseils", se souvient Gwenegan Bui, président du MJS entre 1999 et 2001.

Trahison au Mans

Cette capacité à mobiliser des bataillons de militants lui vaut d'être recruté par Arnaud Montebourg en tant que porte-parole et cheville ouvrière du Nouveau parti socialiste (NPS), le tout frais courant du Bourguignon, en 2002. Grâce à ce poste, celui qu'on surnomme encore au PS "le petit Benoît" est placé par Montebourg sur une liste aux européennes de 2004 dans le Grand-Est et élu eurodéputé.

Un an plus tard, le natif de Brest gravit encore un échelon dans l'appareil, au prix d'une trahison… Avant le congrès du Mans, prévu en décembre 2005, il se rapproche d'Henri Emmanuelli avec Vincent Peillon, l'autre poids lourd du NPS. Leur objectif secret ? Intégrer la majorité de François Hollande, alors Premier secrétaire du PS, contre l'avis d'Arnaud Montebourg.  

"IL ME REGARDAIT AVEC L'INDEX AU NIVEAU DE SON COU, POUR MIMER UNE GUILLOTINE"

Le coup de poignard entre amis est planté dans la soirée du 19 décembre 2005, au cours d'une assemblée générale du NPS restée mémorable. "Montebourg pensait qu'avec ses qualités d'orateur, on allait se rallier à son panache blanc. Mais Benoît connaissait les rites du PS", se remémore Gwenegan Bui. Alors que Montebourg, averti de la conjuration qui se trame, tempête pour que le NPS - situé à la gauche du parti - ne pactise pas avec la majorité de François Hollande, Benoît Hamon et Vincent Peillon poussent le choix contraire : "Ils nous veulent avec eux, ne refusons pas la main tendue", argue le Brestois d'origine.

Pour appuyer son propos, ce dernier a fait venir une marée de militants du MJS, qui huent les orateurs pro-Montebourg et leur jettent des boulettes de papier. Surtout, Benoît Hamon empêche un vote de la salle. "Dès que je demandais un vote, il me regardait avec l'index au niveau de son cou, pour mimer une guillotine. C'était de l'intimidation", se rappelle en souriant Michaël Moglia, ex-conseiller régional PS, alors du côté d'Arnaud Montebourg. Finalement, aucun vote n'a lieu et il est décidé que le choix reposera sur les délégués du courant, majoritairement pro-Hamon et Peillon. "T'es minoritaire, t'es mino", vient triomphalement souffler Hamon à Montebourg. Trahi par son propre courant, le député de Saône-et-Loire est humilié et politiquement affaibli. Quant à Benoît Hamon, il renforce sa position dans l'appareil en devenant, quelques semaines plus tard, secrétaire national aux affaires européennes.

"On n'est pas loin d'une franc-maçonnerie"

Le Brestois prend une dimension supplémentaire en 2008, quand Henri Emmanuelli lui donne les clés de son courant, renommé pour l'occasion "Un Monde d'Avance". Nouveau chef à plumes dans le village solférinien, Benoît Hamon est propulsé porte-parole du PS. Durant cette époque, sa parfaite maîtrise de la langue de bois fait merveille. "J'étais un lignard", admet-il aujourd'hui, pas très fier.

"IL PLACE LES UNS ET LES AUTRES SUR DES LISTES OU DANS DES CABINETS"

Dans le même temps, il profite de sa nouvelle stature pour élargir ses réseaux. Son aire d'influence s'étend du Mouvement des jeunes socialistes (MJS) à La Mutuelle des étudiants (LMDE), en passant par l'Union nationale lycéenne (UNL) et une bonne partie de l'Unef. "Au MJS, à l'UNEF ou à la LMDE, Benoît Hamon s'occupe de tout le monde. Il place les uns et les autres sur des listes ou dans des cabinets, notamment locaux", constate l'ex-eurodéputé Liem Hoang Ngoc, ancien du courant hamoniste. Pour Pascal Terrasse, député de l'Ardèche, "les réseaux Hamon, c'est une vraie entreprise de placement. Ils se serrent tous les coudes, on n'est pas loin d'une franc-maçonnerie."

"Je suis sorti de ça"

Nommé au gouvernement en 2012, le député des Yvelines ne s'arrête pas pour autant de tirer les ficelles en coulisses. En 2014, il mène de front son boulot de ministre délégué à la Consommation et le choix des personnalités de son courant éligibles aux européennes. Sans hésiter à trancher dans le vif. Pour imposer Guillaume Balas, l'un de ses hommes de confiance, il coupe la tête des deux représentants d'Un Monde d'Avance, Françoise Castex et Liem Hoang-Ngoc, qui souhaitent pourtant rempiler. "Hamon m'a dégagé en me faisant comprendre qu'il préférait Balas", raconte avec amertume ce dernier. Egal à lui-même, Benoît Hamon ne laisse toutefois pas son camarade de courant totalement en plan : "Pour me contenter, il m'a fait miroiter un poste au Conseil économique et social. Mais ça ne m'intéressait pas", explique Liem Hoang Ngoc.

Aujourd'hui, le chef de bande considère avoir pris de la hauteur. A Marianne, il assure ne plus se livrer à ces petits jeux d'appareil : "J'ai été ministre, j'ai été un homme d'Etat quand il a fallu, je suis sorti de ça."

Mais qu'on ne s'y trompe pas : le député reste proche de ses réseaux. Son directeur de campagne pour la primaire, Mathieu Hanotin, est un ancien du bureau national de l'Unef. Quant à Régis Juanico, son porte-parole, il a été président du MJS entre 1995 et 1997, juste après un certain… Benoît Hamon. Même topo à son cabinet parlementaire. Sitôt sorti du gouvernement, en 2014, l'ex-ministre a recruté de nouveaux collaborateurs. Et parmi les heureux élus figurent une ancienne porte-parole de l'Unef, une ex-présidente de l'Unef-Paris II et l'ancienne patronne du MJS dans les Yvelines.

On ne change pas une bande qui gagne.

[Edit mardi 17 janvier 16h30] Correction d'une erreur concernant le département de parachutage de Benoît Hamon aux élections régionales de 2010. Il s'agit des Yvelines et non du Val-de-Marne.
Tag(s) : #Politique française

Partager cet article

Repost 0