Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le Royaume-Uni va quitter non seulement l'Union européenne, mais aussi le marché unique.

Ouest-France, toute l’actualité locale et internationale

Brexit : 

le retour du douanier britannique

C’est au programme depuis le référendum de juin. C’était dans l’air depuis octobre. C’est maintenant explicite. Le Royaume-Uni va quitter non seulement l’Union européenne, mais aussi le marché unique. Dans un long discours, Theresa May en a énoncé hier, de manière « claire et nette », le principe.

Inutile donc de chercher à la périphérie de l’Union européenne un modèle dont pourrait s’inspirer le divorce britannique. Theresa May a été très affirmative. Pas question de garder un pied dehors et un pied dedans. Pas question de suivre les Norvégiens qui sont hors de l’UE et paient leur ticket d’entrée pour avoir accès au marché unique. Londres quitte l’Union et ne dépendra plus, juridiquement, de la Cour européenne de Justice. Londres quitte le marché unique, et ne disposera donc plus du passeport européen dont bénéficient les opérateurs financiers de la City sur le continent.

On connaît la situation actuelle, dans laquelle le Royaume-Uni bénéficie, comme tous les États membres de l’UE, des quatre libertés sur lesquelles repose le marché unique : la libre circulation des personnes, des biens, des services et des capitaux. On peut deviner la situation qui régnera à terme, à la toute fin de la procédure de divorce. Des droits de douane seront rétablis inévitablement. Un accord de libre-échange sera négocié et des accords commerciaux passés entre le Royaume et l’UE. Dans le cadre de l’OMC, selon les intérêts stratégiques respectifs.

L'OBS

l'hebdo du financier franco-israélien Drahi

Les observateurs avaient prévenu que le Brexit selon Theresa May s’annonçait "hard". La Première ministre britannique vient de confirmer, mardi 17 janvier, que le Brexit sera "hard", annonçant une rupture "claire et nette". Lors de la présentation de sa stratégie, elle a annoncé un déclenchement de la procédure de divorce d’ici fin mars, prélude à ce qu'elle envisage comme deux ans de négociations.

# La sortie du marché unique

Le Brexit signifiera la sortie du Royaume-Uni du marché unique, a confirmé Theresa May ce mardi alors qu’elle présentait sa stratégie.

"Ce que je propose ne peut pas signifier une appartenance au marché unique", qui nous empêcherait de négocier "nos propres accords commerciaux", a-t-elle déclaré à Londres.

# Le nouvel accord douanier

C’est désormais clairement affiché, Theresa May veut un accord douanier entre le Royaume-Uni et l'Union européenne. Cet accord passera soit par la conclusion d'un accord complètement nouveau, soit il intégrera des éléments d'accords existants.

"Je ne veux pas que le Royaume-Uni soit membre de la politique commerciale commune (de l'UE) et je ne veux pas que nous soyons liés aux tarifs extérieurs communs, ce sont des éléments de l'union douanière qui nous empêcheraient de conclure nos propres accords commerciaux avec d'autres pays. Mais je veux que nous ayons un accord douanier avec l'UE", a-t-elle souligné.

Pour la Première ministre, un maintien dans le marché unique de 500 millions de consommateurs était incompatible avec la priorité n°1 de Londres : la maîtrise de l'immigration européenne qui passe par la fin du principe de libre-circulation des travailleurs européens.

"Le Royaume-Uni est un pays ouvert et tolérant mais le message du peuple a été très clair : le Brexit doit permettre de contrôler le nombre d'Européens qui viennent au Royaume-Uni", a-t-elle souligné.

Lors du référendum du 23 juin 2016, 52% des Britanniques avaient voté pour une sortie de l'UE et beaucoup ont cité le contrôle de l'immigration comme principale motivation.

 

Tag(s) : #Europe

Partager cet article

Repost 0