Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

De gauche à droite, au premier plan, Alain Le Brun, Fabrice David, Cédric Turcat. Au second : Pascal Février, André Fadda, Lolita Oheix, Patrice Marion, Abdel Ahil. | Thierry Hameau

De gauche à droite, au premier plan, Alain Le Brun, Fabrice David, Cédric Turcat. Au second : Pascal Février, André Fadda, Lolita Oheix, Patrice Marion, Abdel Ahil. | Thierry Hameau

Ouest-France, toute l’actualité locale et internationale

La CGT refuse l'arrivée dans la sous-traitance navale, d'un nouveau statut venu du BTP : le CDI de chantier. Dans ce secteur, le contrat hybride (ni CDI ni CDD) encadre certaines tâches (électricité, gros œuvre…) mais ne dure pas forcément l’intégralité du chantier.

« C’est un outil de flexibilité ultraprécaire qui transforme les salariés en tâcherons car le contrat peut s’arrêter à tout moment, prévient l'organisation syndicale. Les intérimaires vont être les premières victimes de ce plan, et dans la navale ils sont nombreux. »

Pour le syndicat majoritaire de STX, le CDIC est  « la fin de la prime de précarité (10 % du salaire), la perte des acquis liés aux mutuelles, au droit à la formation et à l’ancienneté. La perte en pouvoir d’achat serait de 200 € à 300 €. »

Tag(s) : #Lutte de classes

Partager cet article

Repost 0