Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Benoît Hamon : l’ennemi autorisé du capital

Le Comptoir

« LE COMPTOIR D'UN CAFÉ EST LE PARLEMENT DU PEUPLE » HONORÉ DE BALZAC

 

Ancien ministre de l’Éducation sous le gouvernement de Manuel Valls, Benoît Hamon a surpris son monde en remportant la primaire socialiste avec un programme plus novateur et davantage ancré à gauche que ses concurrents. Pour de nombreux électeurs de gauche, il s’agit du candidat PS en mesure de porter leurs idéaux, contrairement à unMélenchon dont la réputation d’aboyeur et la radicalité font craindre le pire à une classe moyenne supérieure en manque de repères.

Pourtant, à y regarder de plus près, Hamon reste un candidat dans la pure tradition sociale-démocrate.

Dans cette primaire de la Belle Alliance populaire, Benoît Hamon a voulu se positionner avec une nouvelle manière de faire de la politique, loin des combines des partis. Pourtant, l’ancien du MJS (Mouvement des jeunes socialistes) est un apparatchik de premier ordre, lui qui a fait l’ensemble de sa carrière politique dans toutes les écuries PS. De l’Unef (Union nationale des étudiants de France) en passant par le MJS, il a bourlingué entre les différentes motions et a su faire alliance au bon moment pour se faire parachuter en tant que candidat à la députation dans pas moins de quatre circonscriptions différentes.

Un apparatchik modèle

Longtemps, le positionnement de Benoît Hamon au sein du Parti socialiste lui a assuré une place d’outsider à la gauche du parti. Au sein du mouvement Un monde d’avance, il fallait le voir s’étriper avec Michel Sapin sur l’austérité en Europe, sur la politique injuste de Sarkozy ou encore défendre la réduction du temps de travail. Son opposition frontale au secrétaire national du PS chargé de l’économie de l’époque – défendant déjà l’idée qu’un programme économique de gauche doit reposer sur la baisse du déficit public – pouvait donner l’illusion d’un Benoît Hamon ne souhaitant pas faire du PS un parti social-démocrate à la SPD (Parti social-démocrate d’Allemagne). Pourtant, il fut catapulté porte-parole du parti en 2008, où on a davantage retenu la qualité de sa langue de bois que son courage politique.

Lorsque le candidat à la primaire défendait une posture critique, il servait en quelque sorte de caution de gauche à un parti sombrant dans les dérives du libéralisme économique et culturel depuis des décennies. Pourtant, certains cadres de son mouvement, comme l’économiste hétérodoxe Liem Hoang Ngoc (parti depuis chez Jean-Luc Mélenchon), avaient déjà compris que la défense d’une politique économique en faveur du peuple n’avait aucune chance d’éclore rue de Solférino. Le mot “peuple”, d’ailleurs, est remplacé dans la bouche de Hamon par l’expression “classes populaires”, comme s’il s’agissait d’une petite catégorie un peu en marge de la population, alors que 50 % des salariés gagnent moins de 1800 euros par mois. Ceux-là et bien d’autres sont les grands perdants de la mondialisation.

Un ministre au pas

Hamon a attendu patiemment son heure afin d’atteindre l’un des Graal que son “métier” d’homme politique pouvait lui offrir : un poste de ministre. Ce fut chose faite dans un des gouvernements les plus libéraux de la Ve République.

Il fut ainsi dans le gouvernement qui a mis en œuvre le Crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi (CICE), un symbole fort de la politique économique engagée par les socialistes en faveur de l’offre et des entreprises. La générosité de l’État a permis aux entreprises d’économiser plus de 20 milliards d’euros, réduisant d’autant plus les caisses de notre Sécurité sociale pour un effet sur l’emploi nul. En effet, l’augmentation des marges des entreprises (le fameux théorème de Schmidt selon lequel les profits d’aujourd’hui font les investissements de demain qui feront les emplois d’après-demain) ne peut pas relancer l’emploi et l’investissement dès lors que celles du CAC 40 distribuent la moitié de leurs dividendes à des actionnaires du monde entier. Un tel mécanisme fonctionne d’autant moins pour les petites et moyennes entreprises car une bonne partie des multinationales sont leurs donneuses d’ordre.

Sa défiance vis-à-vis de la loi El-Khomri l’a porté aux avants postes de l’opposition contre la politique de son adversaire Manuel Valls. Malheureusement, à l’instar des frondeurs, il n’a pas eu le courage de quitter un parti qui ne lui ressemble plus depuis longtemps. Un choix réfléchi par opportunisme.

Le Parti socialiste est une machine de guerre électorale. Il dispose des réseaux d’influence et de moyens logistiques importants pour faire campagne. Le fait que Benoît Hamon soit encore au PS est l’aveu implicite d’un ralliement à une gauche renonçant à défendre une politique de transformation sociale. Certains cadres et parlementaires du parti n’excluaient pas l’idée de soutenir Emmanuel Macron dans l’optique d’une victoire de Benoît Hamon à la primaire. On comprend alors mieux la faiblesse programmatique de Hamon pour ne pas sortir du cadre social-démocrate imposé par son appartenance au parti. L’ancien de l’Unef est dans la droite ligne de cette gauche qui se croit solidaire et proche des problématiques du peuple, en faisant de la légalisation du cannabis une mesure phare.

L’arnaque de l’Europe sociale

Hamon s’inscrit également dans cette obsession de la construction européenne et du fameux mirage de l’Europe sociale, que la gauche française nous promet depuis des années. Pour rappel, lors de la cohabitation de 1997, lorsque les partis démocrates représentaient 75 % des gouvernements du Conseil européen, la France n’a jamais autant privatisé sans mettre sur la table aucun nouveau projet européen, préférant être obnubilée par l’entrée dans l’Euro. La trahison continue en 2012, lorsque le président Hollande, après avoir promis la renégociation du traité budgétaire avec l’Allemagne, se couche dès le lendemain du second tour des élections présidentielles.

Benoît Hamon a fait partie de ce gouvernement incapable de réagir lorsque l’Allemagne a décidé de faire subir au peuple grec une terrible cure d’austérité, incapable de la moindre critique à l’encontre de Bruxelles. Un gouvernement qui a préféré s’investir dans les problématiques identitaires et a réprimé son peuple à coup de tonfa. Les socialistes au pouvoir ont démontré leur renoncement et accepté leur alliance passive avec le culte du Marché unique et de la concurrence libre et non faussée.

Quelle est la valeur ajoutée du candidat Hamon sur ces sujets ? Elle est nulle et non avenue, car il fait inexorablement partie de ce consensus mou laissant à l’Allemagne et aux forces du capital le loisir de décider des réformes à appliquer. Il est membre à part entière de cette gauche qui a baissé les bras face à la mondialisation et la financiarisation prédatrice.

Le leurre du revenu universel

Pour se différencier de la concurrence au sein du PS, Benoît Hamon porte comme un étendard son idée de revenu universel. Pourtant, au vu des contours du projet, il s’agit d’un leurre visant à donner l’illusion d’une révolution sociale et sociétale, sans toucher aux contradictions fondamentales du système capitaliste.

On peut dénoter un positionnement assez ambigu sur cette question tant son projet a été fortement modifié entre le début et la fin de campagne. Certains supporters parlent d’une révolution à la hauteur de la création de la Sécurité sociale, nous pensons au contraire qu’il s’agit d’une contre-révolution.

Le revenu universel a vocation à remplacer une bonne partie des prestations sociales en fournissant aux individus une allocation inconditionnelle pour tous. Pourtant, la multiplication des prestations sociales a justement pour but de répondre à des besoins bien spécifiques. Un bénéficiaire de l’allocation handicapé ou de l’allocation pour mère isolée n’a pas les mêmes besoins financiers qu’un couple de cadres dynamiques. La création d’un revenu universel autour de 700 euros risque de défavoriser ceux qui ont le plus besoin de la solidarité nationale. Enfin, la mise en œuvre par l’État d’un tel revenu est une totale remise en cause du consensus issu de 1945, qui permettait une gestion paritaire de la Sécu entre les partenaires sociaux. Si les gouvernements possèdent les pleins pouvoirs sur la fixation ou les modalités du revenu de base, comment sera-t-on en mesure d’assurer sa pérennité et un niveau décent lors de l’élection d’un gouvernement ultra-libéral ?

Plus grave encore, comme l’indique l’économiste atterré Dany Lang : « C’est une proposition qui acte l’idée de la fin du travail, c’est-à-dire que le plein emploi ne pourra plus être assuré pour tous. Or, dans une société où il y a beaucoup de besoins sociaux non satisfaits, parce que les mécanismes du marché n’arrivent pas à les satisfaire et parce que l’État et les collectivités ne prennent pas leurs responsabilités, il y a de la place pour davantage de travail et pour un travail mieux partagé. Acter l’idée de la fin de la possibilité du plein emploi au vu de l’immensité des besoins sociaux non satisfaits me paraît quelque peu curieux. »

Enfin, face aux critiques sur le financement de ce revenu universel, Hamon a dû reculer pour rassurer une partie de l’électorat de gauche – les fameux “gagnants de la mondialisation” – appartenant à la classe moyenne et frileuse à l’approche de tout changement radical. Le chiffrage de sa proposition est, par ailleurs, caduc car, s’il souhaite conserver une partie des régimes de retraite, des allocations chômage ou logement, cela conduira inexorablement à augmenter les impôts, comme a pu le souligner le Mouvement français pour un revenu de base. Dans le cadre rigoriste européen non renégocié, de nouvelles dépenses sociales ou une augmentation des impôts ne sont évidemment pas envisageables.

Le combat des “deux” gauches pour “un” seul PS

Le concurrent de Benoît Hamon, Manuel Valls, a au moins eu le mérite de la “clarté” comme il aime à le rabâcher souvent. Ce dernier, du haut de ses quatre mots clés (laïcité, autorité, responsabilité, république), répétés à tort et à travers comme le feraient les grandes marques dans leurs stratégies de placement produit, nous propose une vision politique réduite à un repli sur soi de la communauté française et exclut, au passage, tout projet de transformation sociale sous couvert de “réalisme”. « Monsieur 4 % », comme on l’appelait après la primaire socialiste de 2011, n’a eu de cesse de vouloir faire imploser le PS pour mieux exclure ce mot “socialiste” qu’il ne saurait voir.

Entre un candidat de gauche light sans projet de transformation et un candidat hard qui nous promet cinq ans à serrer les dents face au communautarisme et au chômage, il devient aujourd’hui impossible de voter PS quand on est un homme de gauche.

Au moment où le Parti socialiste est moribond, toute l’ambiguïté qui reposera sur Benoît Hamon – et qui risque de jouer en sa faveur – est qu’il a été “choisi” plutôt qu’un autre par des électeurs. Toute la stratégie des primaires est résumée ici : en ayant l’impression de choisir leur candidat, une partie des électeurs de gauche le verra comme légitime et votera pour lui au premier tour des présidentielles. Ceci est sans doute le résultat d’une stratégie élaborée au PS pour sa propre et seule survie – enterrer le bilan quinquennal de Hollande en en supprimant tous les acteurs les plus détestés. Et cela risque bel et bien de saper la candidature de Jean-Luc Mélenchon, dont la campagne est peu couverte par les grands médias – sauf quand il s’agit d’écorner un peu son image – et dont la dynamique pourrait s’effacer derrière le mirage Hamon.

Avec cette primaire, on peut dire que le PS aura réussi son coup : celui d’empêcher une véritable révolution de la gauche française. Non seulement Benoît Hamon n’a aucune chance de se hisser au second tour, mais en plus, il emportera peut-être assez de voix pour que Jean-Luc Mélenchon n’y soit pas non plus. Le candidat de la France insoumise déclarait récemment : « Si vous abandonnez vos convictions à la porte du bureau de vote, il ne faut pas vous étonner si vous ne les retrouvez pas à la sortie. »

Tag(s) : #Politique française