Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Macron

Macron dans le viseur du Kremlin? Sputnik s’attire les foudres de la presse française

"Ils" mentent, puis "Ils" démentent...

"Ils" mentent, puis "Ils" démentent...

Suite à l’article de Sputnik dans lequel Assange affirmait posséder des «informations intéressantes» sur Macron, les medias français voient rouge: ils accusent Moscou de «s’immiscer» dans la campagne présidentielle et de désinformer les Français. Mais qui désinforme qui? Sputnik revient sur les motifs de cette attaque et met les points sur les «i».

© REUTERS/ AMIR COHEN

 
La presse française crie au scandale: à deux mois de la présidentielle, la Main du Kremlin intervient dans la campagne. En cause, un article rédigé à partir d'une interview du fondateur de WikiLeaks Julian Assange accordée au journal russe Izvestia, dans laquelle le lanceur d'alertes affirmait détenir des révélations sur l'un des chouchous de la présidentielle, Emmanuel Macron. Un texte qui n'a pas manqué d'attirer les foudres des médias français.

 

« La presse d'État russe s'attaque à Emmanuel Macron », titrait cette semaine L'Obs, accusant Sputnik de « fake news ». Une critique qui n'est pas sans soulever quelques questions. « Le site de propagande russe affirme avoir des informations compromettantes sur le candidat à la présidentielle », affichait l'en-tête de l'article en question peu après sa parution. N'en doutons pas: L'Obs n'a pas attentivement lu notre texte et n'avait aucune intention de désinformer ses lecteurs.

En réalité, Sputnik n'a jamais prétendu posséder la moindre information compromettante sur M. Macron. Revenons au texte qui a semé la discorde: «Nous possédons des informations intéressantes concernant l'un des candidats à la présidence française, Emmanuel Macron. Les données proviennent de la correspondance privée de l'ex-secrétaire d'État américain, Hillary Clinton », a confié Julian Assange à Izvestia.

C'est donc l'Australien Julian Assange, réfugié depuis quatre ans à l'ambassade équatorienne au Royaume-Uni, qui affirme posséder des informations sur le candidat français sans les avoir pourtant publiées à ce jour. Un fait établi que Sputnik n'a jamais cherché à cacher.

Épinglé par notre rédaction, l'Obs a concédé à apporter une précision dans son texte et a rectifié l'article.

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :