Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La bourgeoisie fidèle à elle-même : Fillon : un "père Grandet" qui veut jouer les 'Rastignac", dirait aujourd'hui Balzac
La bourgeoisie fidèle à elle-même : Fillon : un "père Grandet" qui veut jouer les 'Rastignac", dirait aujourd'hui Balzac

En fouillant sur la toile pour des recherches tout autres, Canaille le Rouge est tombé sur une page qui l'a renvoyé quelques décennies plus tôt lors de sa première rencontre avec Balzac.

Chez Honoré de Balzac, le thème de l’argent, passion , moteur de la vie des hommes est celui qui revient le plus souvent. Il en fait même une sorte de fil rouge de son oeuvre.

Quelques critiques à la plume plus déliés que la canaille ont exploré le sujet. la curiosité, c'est l'actualité de Balzac. Remplacez Fillon par Grandet, restez dans les Pays de Loire et sautez 150 ans voila ce que vous aurez :

Le psy qui tente d'expliquer :

C’est un thème d’où jaillissent sans fin, tout comme dans la réalité, des drames violents ou cachés, abjects ou pathétiques, d’où surgissent des personnages au destin tragique –au sens grec du mot-, c’est-à-dire soumis à une condamnation fatale qui pèse sur l’homme et le rend inexorablement esclave d’une irrésistible passion.

le clinicien

Chez Grandet, on retrouve tous les traits de l’avarice : il pratique l’usure, il spécule, il est hypnotisé par la couleur de l’or. Cette passion ne cèdera même pas aux approches de la mort : frappé de paralysie au coin de son feu, il pourra rester des heures entières les yeux attachés à ses louis d’or étalés sur la table. Il déclare pour se justifier : « Ça me réchauffe ». Il en tire une véritable jouissance physique. « Grandet est bien plus qu’un avare, il est le représentant d’une époque ».

l'Historien :

L'argent et le rapport des personnages à l'argent forment les rouages principaux de ce roman. Le contexte historique du roman, pendant la Restauration, voit la montée de la bourgeoisie qui s'est enrichie avec le développement de l'industrie. L'argent et le désir d'argent sont au cœur de toutes les actions des personnages, c'est le moteur du récit.

le prof de lettre

    Le père Grandet ne vit que pour l'argent : sa principale préoccupation est d’amasser de l'or et d'économiser le plus possible. Son avarice est quasiment pathologique, puisque même immensément riche, à la tête d'une fortune de dix-sept millions, il se refuse tout confort et toute dépense qu'il considère comme futile : il paraît « économiser tout, même le mouvement ».

Chez lui, l'amour de l'argent prend le pas sur toute autre considération et il ne voit les autres que par le filtre déformant de l’intérêt, n'hésitant pas à ignorer ou même mépriser sa propre famille.

Ainsi, il n'a aucune considération pour son propre neveu désargenté, même si celui-ci vient de perdre son père. Il ne voit en sa fille qu'une héritière et un moyen de perpétuer sa fortune. Il n'hésite pas à la traiter de manière cruelle quand il découvre qu'elle ne possède plus les pièces qu'il lui avait données, ne se réconciliant avec elle que pour éviter qu'elle ne réclame sa part de l'héritage de sa défunte mère. 

Tag(s) : #Culture

Partager cet article

Repost 0