Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

LA PREMIÈRE BOULANGERIE OCCUPÉE PAR LE POUVOIR POPULAIRE À CARACAS
Plus le temps passe, plus les citoyens « informés » croient que le Venezuela est un cocktail de chaos humanitaire, de corruption généralisée et de dictature politique.
Sans moyens de comprendre que la guerre économique et les pénuries déclenchées par les grands groupes médiatico-économiques visent, depuis la mort d’Hugo Chavez, à rayer de la carte latino-américaine la révolution bolivarienne.
Sans savoir que l’image créée a pour but obsessif la préparation psychologique à une intervention que les populations occidentales applaudiront avec la ferveur habituelle.
Sans imaginer une seconde que cette démocratie participative génère depuis dix-huit ans des expériences qui nous intéresseraient, nous, citoyens du monde entier, expériences que les médias cachent avec la même intensité… 

 

Sabotage et vol de la communauté, poils de chats dans les gâteaux, café à base d’eau croupie dans du tartre, sacs de farine subtilisés, insectes grouillant sur les aliments, travailleurs exploités, produits périmés….. voici quelques exemples de ce qu’on a trouvé dans la boulangerie privée Maison Bakery, de l’avenue Baralt dans le centre de Caracas.  Les habitants ont demandé à plusieurs reprises au responsable de ne pas dépasser les prix mais pour toute réponse leur ration quotidienne de pain a diminué et le poids du pain est passé de 180 à 140 gr.

Lenis Coromoto Murillo, connue comme « La Flaca » qui fait le meilleur café du quartier, a travaillé pendant 5 ans dans le local aux rayons café et charcuterie et à l’accueil des clients. «  Quand le  président Chavez, en promulgant la Loi du Travail, a instauré deux jours de repos pour les travailleurs, nous, on a continué à n’avoir qu’une journée, et moi je ne prenais pas ma journée de libre par nécessité,  pour payer ma maison. J’étais payée 22 000 bolivars par semaine, je travaillais de 7h à midi, je sortais un moment voir mes enfants et je devais revenir travailler de 4h à 8h30 ». Ce qui veut dire que Lenis a travaillé 9 heures par jour pendant 5 ans sans que ses droits soient respectés.

Cette boulangerie recevait de la farine subventionnée par le gouvernement… mais 90% étaient destinés à la fabrication du pain et 10% à la fabrication des gâteaux. Ils augmentaient même les prix de la farine et disposaient de plusieurs codes de différentes entreprises pour en recevoir davantage, n’utilisaient que cinq sacs par jour, dont deux étaient destinés au pain.

La Minka - Panadería en Caracas tomada por el Poder Popular.

Premier inventaire citoyen : sacs de farine accaparés

La Minka - Panadería en Caracas tomada por el Poder Popular.

Eau utilisée pour faire le café

La Minka - Panadería en Caracas tomada por el Poder Popular.

Boîtes de conserves en vente, périmées.

Face à la “guerre du pain”, l’occupation citoyenne.

Quelques jours avant l’occupation de cette boulangerie, le président Maduro avait annoncé l’ouverture de cent boulangeries populaires sous la responsabilité des Comités Locaux d’Approvisionnement et de Production (CLAP) dans le cadre du Plan Pain pour le Peuple. L’avertissement était clair : toute boulangerie découverte en train de spéculer sur la farine de blé serait prise par l’Etat et passerait sous le contrôle des CLAP.  Et tout le poids de la loi retomberait sur les responsables de la « guerre du pain ».

Paroles prises au sérieux par la population puisque moins d’une semaine plus tard, les CLAP et les conseils communaux “Arturo Michelena”, “Misia Jacinta”, “Cuartel de Miraflores”, “Jardín Miraflores” et “Victoria de Altagracia” du secteur, ainsi que la Maison des Mouvements Culturels « La Minka », les Communautés au Pouvoir, la plateforme nationale Projet Notre Amérique et le Gouvernement de la Capitale  avec l’appui du président Nicolas Maduro ont occupé la boulangerie.

La Minka - Panadería en Caracas tomada por el Poder Popular.

Porte-parole du mouvement culturel « La Minka » : José Enrique Solórzano, dit “Yoda”

« C’est une action directe du peuple pour sauver le peuple. Nous subissons les assauts de la guerre économique et en tant que peuple organisé, nous ne pouvons la surmonter qu’en restant organisés autour du processus révolutionnaire. Nous sommes en train de récupérer ce secteur productif et nous le rendons au peuple » dit José Enrique Solórzano Morales, « Yoda » , membre fondateur de la Minka. Cet espace culturel a organisé en 2015 une Rencontre des Producteurs Libres en rapport avec le Pain ; elle a permis de  mettre en place  des réseaux de boulangeries communautaires qui ont aidé des petits producteurs artisanaux à se développer. « Nous qui sommes une organisation communautaire, en lien avec  les formes organisées du pouvoir populaire, nous occupons cet espace pour que le pain ne soit plus une marchandise mais un aliment accessible et sain pour nos communautés. Nous allons changer les logiques des boulangeries commerciales et nous entrerons dans une dynamique de boulangeries communautaires où il n’y a ni exploité ni exploiteur, où la division du travail n’existe plus, mais où toutes et tous sommes des producteurs  libres et associés et où l’excédent économique  ne tombe pas dans les poches d’une personne, mais sera réinvesti dans le social pour développer les organisations du pouvoir populaire : nous allons faire des travaux sur les terrains de sports, les trottoirs, organiser des activités culturelles,  le Centre de Diagnostique Intégral et renforcer les CLAP du secteur ».

La Minka - Panadería en Caracas tomada por el Poder Popular.

Nouvelle production, nouveaux prix…

Couverture

L’étincelle citoyenne qui peut générer de nouvelles occupations de boulangeries

C’est la première boulangerie à Caracas occupée par des organisations culturelles et le peuple organisé, et selon les acteurs du mouvement ce ne sera pas la seule. « Nous allons raviver la flamme. Les boulangeries privées doivent s’adapter ; il doivent savoir qu’ils doivent offrir un service au peuple et non pas une marchandise pour leur profit. S’ils ont cru qu’ils avaient ouvert des boulangeries pour exploiter les employés et faire des bénéfices, ils se sont fait avoir avec la révolution » raconte Yoda pendant qu’à l’extérieur on peint à la bombe le nouveau nom : « Boulangerie communautaire La Minka ».

Ils ne se contenteront de faire du pain traditionnel à la farine de blé, ils vont également travailler avec des farines alternatives et impliquer d’autres producteurs ; en ce qui concerne la division du travail, ils ont déjà une proposition : tous serviront la clientèle, feront du pain, du café, le ménage et se mettront d’accord avec la communauté pour changer les logiques de rapports sociaux. Ils ne veulent pas être boulangers ou « artisans boulangers » mais artisans de la Révolution pour remplir les tâches qui s’imposent : s’il faut faire de la culture, de l’art, de la philosophie, du pain ou des tissus, ils le feront, tout simplement parce que ce  sont des hommes et des femmes complets.

La Minka - Panadería en Caracas tomada por el Poder Popular.

Un plus grand nombre de pains produits…

Pour cette nouvelle étape ils comptent avec plusieurs employés qui ont travaillé il y a plusieurs années dans la boulangerie et qui avaient protesté contre les injustices et l’insalubrité, et ils ont l’intention de se réunir prochainement avec les autres pour parvenir à un accord. « Nous allons respecter leurs droits il ne faut jamais oublier que notre ennemi n’est pas, et ne sera jamais le travailleur, notre problème c’est avec le patron »

La cuisine est en pleine effervescence : les camarades du Centre de Développement Endogène “Maestro Pueblo” sont en train de faire du pain.  Les porte parole de la boulangerie sortent avec un microphone et expliquent que désormais c’est un nouvel espace pour garantir l’accès régulier aux aliments. Les portes s’ouvrent, les habitants entrent, désireux d’acheter les pains qui sortent du four et en quelques minutes ils notent sur le carnet: 376 pains vendus au juste prix. Désormais ces organisations communautaires utiliseront 10 sacs pour la fabrication du pain salé ; et ils sont en mesure de produire 10 000 pains par jour.

Leur certitude : “Si la droite prétend nous arrêter avec sa guerre économique, elle se trompe, elle nous donne de la force et du courage pour continuer à avancer à pas de géants »

Texte: Katherine Castrillo / Contacto: @ktikok

Photographies: Milángela Galea

Source : http://laculturanuestra.com/tomada-primera-panaderia-por-el-poder-popular-en-caracas/

Traduction : Pascale Mantel

URL de cet article : http://bit.ly/2nssaFg

 

 

Tag(s) : #Amérique latine Venezuela

Partager cet article

Repost 0