Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le géant du secteur avait accepté le 20 février le principe d'une discussion sur les tarifs.

"canempechepasnicolas"

Quand on pense que le leader de En Marche  

voudrait "UBERISER" la société ....

               M

            A

            C

U  B E  R   refuse les revendication des chahauffeurs de VTC

            O

            N

Ouest-France, toute l’actualité locale et internationale

Uber/VTC. La réunion de négociations est un échec selon les syndicats

 

Les chauffeurs de VTC rencontraient ce mercredi les instance de la plateforme de réservation de voiture Uber pour présenter leurs revendications tarifaires. Les discussions sont restées dans une impasse selon plusieurs syndicats.

Les discussions entre la plateforme de réservation de voitures Uber et les chauffeurs de VTC ont tourné court mercredi soir, le géant du secteur opposant un « refus » aux revendications tarifaires des chauffeurs, sans « rien proposer » à la place, selon les représentants des chauffeurs, à l'issue d'une première réunion sur le sujet. Les chauffeurs de VTC rencontraient ce mercredi les instance de la plateforme de réservation de voiture Uber pour présenter leurs revendications tarifaires. Les discussions sont restées dans une impasse selon plusieurs syndicats.

 

Uber avait accepté le 20 février le principe d'une discussion sur les tarifs, préoccupation principale des VTC mobilisés depuis plusieurs mois pour dénoncer leurs conditions de travail et la « paupérisation » de la profession. Mais après plus de 5 h 30 de réunion, dans un hôtel parisien, un constat d'échec a été tiré par les organisations de chauffeurs.
 
 
 
 
 
 
 
« C'est une désillusion, on est en colère », a déclaré à l'AFP Fabian Tosolini, au nom de l'intersyndicale (CFDT, Actif-VTC et UDCF). « Le fait qu'Uber vienne sans aucune proposition chiffrée montre que cette entreprise n'est pas mûre pour la négociation ».

« Pas de deuxième réunion »

« Malheureusement Uber est venu les bagages vides » et « n'a pas voulu prendre la main tendue des syndicats », a estimé Hassan Benbarak (Capa-VTC). Ce dernier a appelé l'État à maintenant « imposer une règlementation tarifaire minimum, comme pour les taxis »« La suite logique » également pour Sayah Baaroun (SCP-VTC/Unsa).

Pour ces deux organisations, sorties de l'intersyndicale depuis la médiation menée en janvier à la demande du gouvernement, « il n'y aura pas de deuxième réunion ».

Tag(s) : #Lutte de Classe