Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

"Construisons l'Europe nouvelle pour mille ans ! "

  Adolf Hitler

François Asselineau explique l'origine de ce projet

 

En 1938, Hitler rencontre Mussolini à Rome avec l'objectif de bâtir une Europe nouvelle. Il demande alors à un jeune juriste, Walter Hallstein, de préparer une organisation européenne qui permettrait de mettre à l'écart les peuples en établissant une dictature technocratique. C'est ça l'origine. Et quand la France a été battue par l'Allemagne, en 1941, une exposition au Grand Palais, inaugurée par un représentant d'Hitler, parle de la France européenne. Avec l'idée qu'on avait des nations cloisonnées et que l'on aura maintenant des facilités de communication avec le projet européen.

Il ne faut pas croire que cela a disparu après la défaite du Reich nazi, car Walter Hallstein s'est retrouvé dans les années 1950 auprès de Konrad Adenauer, le chancelier allemand. Il a été son ministre des Affaires européennes. C’est lui qui a concocté le projet de Rome, et l'a signé.

Ensuite, il est devenu le premier président de la Commission européenne. C'est quand même bon de savoir que c'était un des juristes d'Hitler ! C'est encore lui qui a lancé en 1965 un projet d'Europe fédérale pour aller plus loin, de Gaule y répondant par la fameuse politique de la chaise vide. Cela a abouti au compromis de Luxembourg de 1966 établissant le droit de veto, et en 1967 à l'éviction de Walter Hallstein, qui s'est recyclé comme président du Mouvement européen, une organisation financée par la CIA.

Le Monde diplomatique

La France dans l’Europe de Hitler

Eberhard Jackel

Quel rôle était assigné à la France dans l’Europe que devait régir le « Reich millénaire » ? Que représentaient les hommes de Vichy et de Montoire pour la race des Seigneurs ? Qu’attendait-on à Berlin de la collaboration ?

Ce livre qui, fort heureusement, sera traduit en français et édité chez Fayard répond à ces questions capitales avec une sûreté d’analyse et un luxe de détails exceptionnels. Replacés dans la stratégie générale de Hitler, Pétain, Laval, de Brinon et beaucoup d’autres prennent les dimensions qui leur étalent assignées par l’envahisseur. On connaissait déjà, notamment par le journal de l’interprète Schmidt ou les documents rassemblés par Andreas Hillbruger de Hommes d’Etat chez Hitler (1) le détail de certaines rencontres entre le Maître, ses disciples ou ses victimes. On appréciait plus difficilement les raisons et les intentions du Führer : les unes et les autres sont ici magistralement exposées. Le mépris à peine convenable que Hitler avait pour ses alliés de la nouvelle Europe apparaît à l’évidence. On suit le jeu d’Abetz, qui oppose sans cesse, dans ses rapports et dans sa tactique, Laval à Pétain. Une documentation considérable fait de ce livre, qui faisait défaut de toute évidence, un ouvrage de référence désormais fondamental.

 

(1) Voir le Monde diplomatique de mars 1967.

Frankreich in Hitler Europa, D.V.A., Stuttgart, 1966 (en allemand).

Tag(s) : #Europe

Partager cet article

Repost 0