Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

2e tour, armons nous et partez !
2e tour, armons nous et partez !

Veillée d'arme

pour un social

"chemin des dames".

 

Considérons comme acquis et indiscutable la mobilisation des canaillophiles. Ajoutons-y un cercle élargi conséquent de proches de ceux-ci pour continuer le combat qu'ils ont engagé depuis des années contre d'abord le père puis la fille du parti de la haine et leurs cohortes.

Cette mobilisation qui n'est pas qu'électorale s'est manifestée et se manifeste dans tout l'espace social et sociétal. De plus, les deux moments de l'activité humaine ne sont pas séparés par des cloisons étanches ; loin s'en faut.

De quels arguments disposer pour aller demander par exemple à un cheminot qui refuse la Haine et combat ses hordes, organise la solidarité avec les migrants de Nice à Boulogne, d'aller voter pour celui qui depuis 5 ans, des coursives de l’Élysée à la passerelle de Bercy, a été en première ligne pour lui casser ses garanties sociales et statutaires au même rythme que son outil de travail ?

De quels arguments disposer pour aller demander à un salarié qui se retrouve sans emplois alors que son patron a usé du CICE pour financer son plan de délocalisation et jeter à la rue ceux qu'Attali, un des piliers du staff du candidat des banques, a déclaré n'être qu'une anecdote. Allez-vous étonner que les anecdotes refusent de soutenir les banksters !

Macron a déjà annoncé vouloir utiliser les ordonnances pour sa réforme du droit du travail, alors que la loi du même nom a déjà plus qu'entamé le socle social au point de s'affranchir des règles et conventions internationales de l'OIT ratifiée par la France.

Comment demander aux salariés de soutenir le candidat de Gattaz , Parisot, celui de Hollande El Khomri, Valls après Fillon et Sarkozy pour vaincre la candidate qui annonce ne pas s'attaquer au grand capital représenté par Gattaz, Parisot servi par Valls, Hollande El Khomri après Fillon et Sarkozy ?

Dans la presse aux mains des grands groupes monopolistiques, sur les réseaux aux mains des mêmes planétaires a-sociaux, ce ne sont que hurlements comminatoires contre ceux qui s'interrogent.

Ceux qui stigmatisent les troupes refusant de monter au front, le plus souvent, personnalité faisant la quasi-totalité des fameux "Dîners du Siècle" plus quelques-uns qui rêvent d'y avoir leur rond de serviette, ces plus agiles du clavier que de l'usure des semelles dans les manifestations y compris anti Le Pen ne sont pas sous la menace de pôle-emploi et de la correctionnelle s'ils s'y opposent ou de celle de l'interdiction de leur droit syndicaux quel que soit celui des deux candidats qui revêtira l'uniforme de concierge du MEDEF depuis la loge de l’Élysée. 

Ce débat d'avril 2017 rappelle la situation d'avril 1917 : l'uniforme d'apparat tiré à quatre épingles pour être beau sur la photo, ces messieurs de l'état-major en appelaient au patriotique esprit de sacrifice des troupes envoyées sur le " Chemin des Dames " pendants que leurs complices votaient les crédits de guerres, empochaient les dividendes et au besoin faisaient fusiller ceux qui dénonçaient la boucherie.

C'est parmi eux que se recruteront la majorité des enfants de Pétain...

Pour le moment, les fusils sont médiatiques, mais ils blessent d'autant plus que ceux qui s'en servent sont peu connus pour leur mobilisation pour la défense des libertés sauf celle d'entreprendre. De même qu'ils peuvent dans les mains patronales conduire au suicide, ils visent ceux qui en appellent à la réflexion plutôt qu'à suivre les ukases de ces germanopratins de la lutte antifasciste.

Alors Mesdames Messieurs les Chyènes de garde, s'il vous plait, un peu de discrétion en attendant votre tour de nous rendre des comptes.

Tag(s) : #Lutte de Classe, #Politique française