Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

À cinq jours du premier tour de l’élection présidentielle, Jean-Luc Mélenchon est dans le peloton de tête. En deux mois, le candidat de la France insoumise a connu la plus forte progression dans les intentions de vote.

franceinfo

À cinq jours du premier tour de l’élection présidentielle, il y a toujours quatre favoris, Marine Le Pen, Emmanuel Macron, François Fillon, et Jean-Luc Mélenchon. En deux mois, le candidat de la France insoumise a connu la plus forte progression dans les intentions de vote. Une progression due évidemment au ralliement de nouveaux convaincus.

Une voix qui porte plus que celle de Benoît Hamon

Franceinfo a rencontré ces “néo-mélenchonistes". Pour la majorité, ce sont des déçus de Benoît Hamon. Le candidat du PS a pendant un temps été leur premier choix. Pour certains, ils avaient même voté pour lui lors de la primaire de la gauche en janvier dernier.

Mais depuis, ils se disent déçus. Pas forcément par les idées de Benoît Hamon, mais plus par le fait qu’il ne parvient à les porter. Il est au plus bas dans les sondages, contrairement à Jean-Luc Mélenchon. Alors certains pensent voter utile, comme Sophie, 40 ans, qui habite en Alsace. "Malheureusement, je tombe dans les calculs de vote utile. Etant donné les sondages à l’heure actuelle, il est vrai que Benoît Hamon a très peu de chance de passer le premier tour", estime-t-elle.

Je réfléchis à éventuellement reporter ma voix sur quelqu’un qui aurait la chance de figurer au deuxième tour, tout en gardant en ligne de mire mes idées

Sophie, électrice de gauche

à franceinfo

"À la lecture des deux programmes, il y a quand même beaucoup de convergences entre Benoît Hamon et Jean-Luc Mélenchon", poursuit l'électrice alsacienne. Des convergences, des points communs entre les candidats, mais aussi des différences notables. Le candidat de la France insoumise envisage une sortie de l’euro, pas Benoît Hamon. Les deux hommes s’opposent aussi sur les relations diplomatiques avec la Russie. C’est ce qui fait hésiter Sophie.

De l’abstention à Mélenchon

Mais il n’y a pas que des anciens électeurs de Benoît Hamon parmi ces nouveaux “mélenchonistes”. Une autre grande partie de ces récents ralliés à la cause insoumise, ces ralliés qui ont permis à Jean-Luc Mélenchon de passer de 12% à 20% dans les sondages en un peu plus de trois semaines, sont pour certains des abstentionnistes convaincus. Ils ne croyaient plus en la politique, mais se disent séduits par l’idée de tout changer.

Parmi eux, Jacques. Ce trentenaire vit dans le sud de la France et se définit plutôt comme quelqu’un de centre-droit ou de la gauche libérale, mais il n’a jamais voté auparavant, à aucune élection. Ce qui l’a convaincu cette fois, c’est le programme et la personnalité du candidat. "Comme changement de société, comme changement de modèle de société, c’est un cap de politique qui m’intéresse. Et son côté tribun, pour revenir sur les attaques de ses concurrents, permettrait justement d’imposer cette politique qui aujourd’hui n’est pas une politique pour faire beau", explique-t-il.

A mon sens, c’est une vraie politique à prendre, un vrai cap de société, un vrai modèle économique à prendre, d’où mon choix de Mélenchon

Jacques, jusqu'ici abstentionniste

à franceinfo

Un candidat aujourd'hui plus accessible

Jean-Luc Mélenchon séduit plus largement qu’auparavant et s’est assagi. En 2010, il disait incarner “le bruit et la fureur, le tumulte et le fracas”. Mais aujourd’hui, l’homme en colère a cédé la place au “candidat de la paix et de la révolution citoyenne”.  Ce changement d’image et de stratégie radical par rapport à il y a cinq ans est notamment dû à l’arrivée à ses côtés de Sophia Chikirou, nouvelle directrice de la communication. Son idée : faire de Jean-Luc Mélenchon “une figure rassurante et pas effrayante”, et puis aussi travailler son image plus cool, connectée, branchée, avec par exemple une campagne axée sur les réseaux sociaux et sur YouTube.

Il a réussi à trouver ce créneau - YouTube, les réseaux sociaux - qui l’aide, parce que s’il n’avait pas ça, il n’aurait pas eu les pourcentages qu’on lui donne

Rodrigue, 25 ans

à franceinfo

C’est ce qui a séduit Rodrigue, 25 ans. Il est réalisateur à Paris et ne voulait pas voter à cette présidentielle jusqu’à ce qu’il tombe sur Facebook sur des vidéos du candidat de la France insoumise. "Les gens partageaient les bouts de meetings de Mélenchon, les bouts de messages aussi. Parfois c’était juste une citation. Je me suis dit que j’allais regarder un jour un meeting et à partir de ce moment-là, j’ai trouvé qu’il parlait avec du cœur", estime Rodrigue, qui depuis n’a pas officiellement adhéré à la France insoumise mais milite sur les réseaux sociaux. Il partage tous les jours des vidéos de Jean-Luc Mélenchon, ses propositions, et essaye de convaincre ses amis, son entourage de voter pour le candidat de la France insoumise.

Une personnalité qui séduit d'un extrême à l'autre 

Jean-Luc Mélenchon séduit à gauche, séduit des indécis, et - c’est plus surprenant - séduit aussi à droite. C’est évidemment une minorité, mais certains électeurs, déçus par les affaires, refusent de voter pour François Fillon, le candidat Les Républicains, qui déclarait récemment à ses troupes : “Je ne vous demande pas de m’aimer, je vous demande de me soutenir”. Ça ne convainc pas Lionel, qui préfère donner son vote à quelqu’un qu’il aime bien, même s’il ne partage pas ses idées. "J’ai toujours voté à droite jusqu’ici. C’est ça qui est un peu paradoxal. Mais pour moi aujourd’hui, Jean-Luc Mélenchon est celui qui a le plus de convictions et de croyance dans ce qu’il dit", confie-t-il.

Je vais donner mon vote à la personne plus qu’au programme parce que bien-entendu sur le programme je ne suis absolument pas d’accord

Lionel vote traditionnellement à droite

à franceinfo

Jean-Luc Mélenchon fait bouger les lignes jusqu’au Front national. Son pari est aussi de récupérer les classes populaires qui ont depuis quelques années délaissé l’extrême-gauche. Et ça fonctionne. Le candidat de la France insoumise a même fait la semaine dernière la une de l'hebdomadaire d’extrême-droite Minute, qui le présente comme l’héritier de Jean-Marie Le Pen. Et dans les meetings de sa fille Marine, on trouve des militants qui hésitent, comme à Bordeaux il y a quinze jours. 

Et pourquoi pas Jean-Luc Mélenchon ? Je le trouve pas bête quand il parle Mélenchon. Il n’est pas bidon Mélenchon, il est bien

Militante FN

à franceinfo

"Mélenchon a des bonnes idées", renchérit un autre. "Je trouve qu’il est pas mal Mélenchon. J’aime bien ses discours, c’est réel, ce qu’il propose c’est bien en plus", confie encore cette frontiste qui aujourd’hui dit ne plus savoir… Cette dynamique qui transcende les clivages habituels permet aujourd’hui au candidat de la France insoumise de rêver à un second tour, à condition que ces nouveaux mélenchonistes le restent d’ici dimanche. Beaucoup sont encore indécis et aucun de ceux que nous avons interrogés n’est sûr à 100% de voter Jean-Luc Mélenchon.

Tag(s) : #Politique française