Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Frappes américaines contre la Syrie : Jean-Luc Mélenchon critique François Hollande et Angela Merkel

Europe1

Trois jours après une attaque chimique présumée qui a choqué le monde à Khan Cheikhoun, au nord-ouest de la Syrie, faisant près d’une centaine de morts dont une trentaine d’enfants, les États-Unis ont bombardé une base aérienne en Syrie. Washington a lancé 59 missiles Tomahawk dans la nuit du jeudi 6 avril au vendredi 7 avril. Cette décision unilatérale a été dénoncée par la Russie, principal allié du régime syrien.

Elle a aussi été critiquée par le candidat à la présidentielle de la France insoumise Jean-Luc Mélenchon sur Twitter :

François Hollande et Angela Merkel portent l'entière responsabilité de donner à Donald Trump le pouvoir solitaire de frapper qui il veut quand il veut.

Jean-Luc Mélenchon a donc repris et détourné les termes d’un communiqué commun du président français et de la chancelière allemande, publié ce vendredi, approuvant les frappes ordonnées par leur homologue américain. "Bachar al-Assad porte l'entière responsabilité de ce développement. Son recours continu aux armes chimiques et aux crimes de masse ne peut en effet rester impuni", ont déclaré les deux dirigeants européens.

Marine Le Pen a de son côté exprimé ses réserves sur les frappes américaines contre le régime de Bachar al-Assad. "Je suis un peu étonnée, parce que Donald Trump avait indiqué à plusieurs reprises qu'il n'entendait plus faire des Etats-Unis le gendarme du monde et c'est exactement ce qu'il a fait hier", a déclaré la candidate du FN sur France 2 ce vendredi.

Quant à François Fillon, il a estimé dans un communiqué que "cette riposte américaine, que l'on peut comprendre au vu de l'horreur des attaques chimiques, ne doit pas conduire à une confrontation directe des forces occidentales avec celles de la Russie et de l'Iran. Ce serait un terrible danger pour la paix".

Benoît Hamon a en revanche défendu la position de Paris et de Berlin. Reprenant quasiment les termes de la déclaration franco-allemande, le candidat du PS a affirmé que Bachar al-Assad est "directement responsable de la riposte décidée par les Etats-Unis".

François Hollande s’est interrogé en petit comité cette semaine selon le Parisien : "La France n’aurait-elle pas dû y aller seule en 2013 ?" 

En Août 2013, malgré la volonté de la France, les États-Unis de Barack Obama et la Grande-Bretagne, notamment, avaient refusé de lancer des frappes contre le régime syrien de Bachar al-Assad, après la terrible attaque chimique sur la banlieue de Damas.

 

 

Tag(s) : #Politique française