Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Une électrice dans un bureau de vote à Portes-lès-Valence (Drôme), le 23 avril 2017. (CHRISTOPHE ESTASSY / CITIZENSIDE / AFP)

Une électrice dans un bureau de vote à Portes-lès-Valence (Drôme), le 23 avril 2017. (CHRISTOPHE ESTASSY / CITIZENSIDE / AFP)

franceinfo

Pour qui ont voté cadres, retraités, ouvriers, jeunes, foyers aisés, ruraux et autres urbains ? Si Emmanuel Macron et Marine Le Pen sont sortis en tête du premier tour de l'élection présidentielle, dimanche 23 avril, le résultat du scrutin masque de nombreuses disparités. Catégorie socioprofessionnelle des électeurs, niveau de revenus, âge... Pour y voir plus clair, voici quelques enseignements compilés à partir d'une enquête d'Ipsos/Sopra Steria*.

 

1Le Pen première chez les ouvriers et les employés, Macron en tête chez les cadres

Marine Le Pen reste la candidate la plus en vue dans l'électorat ouvrier. Auprès de cette catégorie, elle rassemble sous son nom 37% des électeurs interrogés par Ipsos/Sopra Steria, devant Jean-Luc Mélenchon (24%). Emmanuel Macron, lui, ne recueille que 16% des voix dans cette catégorie socioprofessionnelle.

A l'inverse, 33% des cadres ont voté pour le candidat d'En marche !, devant François Fillon (20%), Jean-Luc Mélenchon (19%) et Marine Le Pen (14%). Les employés, eux, ont voté pour Marine Le Pen (32%), devant Jean-Luc Mélenchon (22%) et Emmanuel Macron (19%). Quant à François Fillon, c'est auprès des retraités (36%) qu'il obtient son meilleur score.

 

       
        (IPSOS/SOPRA STERIA)

2Les plus aisés préfèrent Macron et Fillon

Les résultats de l'étude Ipsos/Sopra Steria sont très clairs : plus le revenu des sondés augmente, plus les votes en faveur d'Emmanuel Macron ou de François Fillon augmentent aussi. Ainsi, 32% des Français interrogés dont le revenu du foyer est supérieur à 3 000 euros ont voté pour le candidat d'En marche !, un score bien supérieur à son score national moyen (23,7%).

Le raisonnement est parfaitement inverse pour l'électorat de Jean-Luc Mélenchon et de Marine Le Pen : le candidat de la France insoumise et celle du Front national "surperforment" auprès des électeurs dont le revenu du foyer est inférieur à 2 000 euros. 

 

      
       (IPSOS/SOPRA STERIA)

3Mélenchon a la cote chez les plus jeunes, Fillon chez les seniors

A défaut de se qualifier pour le second tour, Jean-Luc Mélenchon a au moins réussi un pari : celui de séduire la jeunesse. Ainsi, 30% des votants âgés de 18 à 24 ans affirment avoir opté pour le candidat de la France insoumise. Mais plus l'âge des électeurs est élevé, moins ils le choisissent : seuls 9% des plus de 70 ans ont voté en faveur de l'eurodéputé.

A l'inverse de celle de Jean-Luc Mélenchon, la candidature de François Fillon n'a pas transcendé les plus jeunes : seuls 9% des 18-24 ans ont voté en faveur du candidat de droite, quand 45% des plus de 70 ans ont glissé un bulletin de vote pour l'ancien Premier ministre.

 

    
     (IPSOS/SOPRA STERIA)

4Les électeurs de Hollande en 2012 divisés entre Macron, Mélenchon et Hamon

Cinq ans après, pour qui ont voté les anciens électeurs de François Hollande ? Très peu ont choisi Benoît Hamon (15%), qui était pourtant le candidat du Parti socialiste. La quasi majorité (47%) d'entre eux a préféré Emmanuel Macron, tandis qu'un quart (24%) a rejoint la candidature de Jean-Luc Mélenchon.

A droite, les anciens électeurs de Nicolas Sarkozy n'ont pas été très fidèles avec le candidat des Républicains. Seuls 59% ont choisi de voter pour François Fillon, les autres préférant accorder leur voix à Marine Le Pen (17%) et à Emmanuel Macron (14%).

 

       
        (IPSOS/SOPRA STERIA)

5Macron plus fort en ville qu'à la campagne, à l'inverse de Le Pen 

Si seuls les électeurs habitant à la campagne et dans les petites villes avaient eu le droit de voter, Marine Le Pen serait arrivée en tête du premier tour : la candidate du Front national recueille en effet 23% auprès des sondés habitant en zone rurale, et 25% auprès des Français habitant dans une ville de moins de 20 000 habitants. 

A l'inverse, Emmanuel Macron fait ses meilleurs scores dans les grandes villes, obtenant jusqu'à 29% auprès des Français habitant en région parisienne (contre 23,7% en moyenne nationale).

 

       
        (IPSOS/SOPRA STERIA)

* Enquête réalisée par Ipsos/Sopra Steria du 19 au 22 avril auprès de 4 698 personnes inscrites sur les listes électorales, constituant un échantillon national représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus.

 

Tag(s) : #Politique française

Partager cet article

Repost 0