Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Front Syndical de Classe

Au moins avec Macron les choses sont claires :

                 "Je n'irai pas les chercher en renonçant au programme que je porte

J'ai entendu ces derniers jours les appels à changer le programme à dire faites une concession … en oubliant la réforme du travail …

Certains l'on fait par le passé.

Je ne le ferai pas pour deux raisons : la première c'est que les françaises et les Français se sont exprimé et ont choisi le projet qui porte ces réformes.

Je ne vais pas les trahir en les reniant !

La deuxième chose c'est que je veux demain pouvoir agir, être efficace, donc les réformes nous les avons conçu, nous les avons porté, nous les ferons"

 

Nous voilà donc prévenus !

 

L'avertissement concerne en particulier  ceux qui veulent voter Macron tout en étant en désaccord avec son programme et qui s'apprête à résister après son élection.

 

Après, mais pourquoi pas dès maintenant ?

 

Car voter pour lui c'est conforter sa légitimité au deuxième tour pour appliquer sa politique alors que déjà il se réclame d'un vote pourtant très minoritaire au premier tour pour légitimer son programme réactionnaire.

 

En oubliant que le vote Macron de ceux qui sont cependant en désaccord avec son programme constitue un vote barrage et le choix du moins pire en considération de l'extrême danger du pire renvoyant la résistance à l'après élection.

Le problème n'est donc pas de contester la volonté de résistance de ceux qui font ce choix.
 
Mais cette attitude tient-elle compte de l'expérience de ces 20 dernières années disons?
 
N'as-t-on pas voté Chirac pour barrer la route au père en 2002 et Hollande pour virer Sarko en 2012 ?
Cela ne nous a pas empêché, certes, de lutter contre leur politique.
Mais avec quels résultats au final et quel affaiblissement en conséquence de l'influence du FN dans les couches populaires en particulier?
 
Si la question qui nous est posée n'est pas nouvelle c'est que quelque part elle s'inscrit dans une logique institutionnelle qui a à voir avec les objectifs et la stratégie des classes dominantes :
Ne s'agit-il pas de piéger le choix politique des citoyens et particulièrement de ceux de plus en plus nombreux aspirent à des changements radicaux et de le réduire à un accompagnement certes critique des choix stratégiques de l'oligarchie présentable, dite républicaine ?
 
Le FN servant d'épouvantail et de rabatteur vers ce choix!

Car l'organisation de la montée du FN n'est pas nouvelle et remonte à la stratégie parfaitement cynique de F. Mitterrand.

Une démarche qui par ailleurs ne tient absolument aucun compte de l'étendue des pouvoirs institutionnels (49.3, ordonnances ..) que l'actuelle constitution autorise afin de permettre au président d'appliquer sa politique même en l'absence d'une majorité parlementaire comme on a pu le constater avec l'adoption de la loi El Khomri.
Et qui limite donc fortement les capacités d'une action efficace pour s'opposer aux contre-réformes sauf la construction d'un mouvement populaire exceptionnel en ampleur et en détermination.
 
La réponse hier de Macron à la demande d'un geste en direction de l'électorat Mélenchon réaffirmant sa volonté d'appliquer résolument ses contre-réformes ne laissant donc place à aucune espèce d'illusion sur ses intentions.
 

Au final, au plus profond le refus d'utiliser le vote Macron comme bouclier anti-Le Pen, c'est la volonté de résistance au chantage d'avoir en permanence  à choisir le moins-pire, de tirer les enseignements de décennies d'impuissance et surtout l'affirmation de la volonté d'indépendance du monde du travail par l'affirmation de ses propres aspirations dégagées de la tutelle des classes dominantes.

Ce qui n'empêche nullement la poursuite du combat contre le programme et la politique d'un FN orfèvre en division maquillant ses objectifs au service du capital derrière une phraséologie anti oligarchique, M. Le Pen au cours de sa récente interview plaçant la CGT en tête des organisations de ladite oligarchie!!!

Renouant ainsi avec la tradition anti-syndicale et anti-ouvrière de l'histoire du FN et de son prédécesseur pétainiste.

 

Tag(s) : #Lutte de Classe

Partager cet article

Repost 0