Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Bruxelles compte démarrer les négociations avec Londres par… une demande de rançon de 100 milliards d’euros
Bruxelles compte démarrer les négociations avec Londres par… une demande de rançon de 100 milliards d’euros

Les Vingt-sept font monter les enchères quant à la somme qui sera exigée du Royaume-Uni avant que ce dernier sorte effectivement de l’UE.

Les négociations entre Bruxelles et Londres en vue du Brexit doivent s’engager peu après les élections britanniques anticipées prévues le 8 juin (lire Ruptures du 26/04/17). Les Vingt-sept entendent être « fermes » et « durs » vis-à-vis des Anglais. Ils mettent en avant trois exigences prioritaires : le statut des expatriés, la gestion de la future frontière entre la République d’Irlande et l’Irlande du Nord britannique, et la question de l’ardoise que l’UE entend faire payer aux Anglais, qui ont eu le toupet de choisir la sortie du club…

Jusqu’à présent, les estimations des sommes exigées du Royaume-Uni tournaient autour de 60 milliards d’euros – une paille ! Mais dans son édition datée du 3 mai, le Financial Times a refait les comptes, en incluant les différentes demandes des Etats membres. Le quotidien financier chiffre entre… 91 et 113 milliards d’euros le montant de l’addition. Pour sa part, le « think tank » bruxellois Bruegel avance une fourchette de 82 à 109 milliards.

Montant réclamé à Londres

Il s’agit du montant forfaitaire brut qui serait réclamé à Londres, compte tenu des engagements, garanties et programmes en cours auxquels avait souscrit le Royaume-Uni. Rentrent également en ligne de compte les retraites des fonctionnaires européens. Cette réévaluation est issue des demandes que formulent les différentes capitales. Dernières surenchères en date : Paris et Varsovie voudraient que soient intégrée dans les calculs la contribution que le Royaume-Uni aurait due au titre de la politique agricole commune s’il n’y avait pas eu le Brexit… Athènes exige pour sa part que les Anglais continuent à payer les « aides » à la Turquie, conformément à l’accord qui prévoit qu’Ankara retienne les migrants sur son sol.

Un des enjeux des négociations va donc se concentrer sur la méthodologie permettant d’aboutir à un chiffrage : que prendre en compte, quels engagements, sur quelles périodes ? Quels remboursements ultérieurs pour les prêts consentis par l’UE à des entités tierces quand ceux-ci seront soldés ? Etant entendu que la programmation budgétaire de l’UE est pluriannuelle et couvre actuellement la période 2014-2020. A l’inverse, le Royaume-Uni peut faire valoir qu’il est copropriétaire d’actifs (par exemple immobiliers) européens, et exiger une rétrocession au prorata.

L’immense complexité technique laisse une très large marge de manœuvre aux Vingt-sept pour faire monter les enchères

Tout cela est évidemment ...
 

POUR LIRE LA SUITE
CLIQUEZ CI-DESSOUS

https://ruptures-presse.fr/actu/bruxelles-ue-brexit-rancon-maffia/

Tag(s) : #Europe

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :