Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Front Syndical de Classe

 

Dans un communiqué aux accents pessimistes, la CGT de de l’usine GM & S de La Souterraine assure : « nous écrivons ces lignes, nous ne pouvons que constater l’échec des Négociations qui nous entraîne à la liquidation ! ».

Liquidation qui pourrait être prononcée, le 23 mai, par le tribunal de commerce de Poitiers.

L’angoisse vient du silence sur les négociations que conduiraient PSA et Renault pour accroître leurs commandes au site sostranien. « Après presque quinze jours de négociations entre le directeur de transition et les constructeurs rien n’est acté, dénonce le syndicat qui s’inquiète aussi de n’avoir « aucune nouvelle et aucun contact avec les administrateurs judiciaires MeGladel et Me Rousseau ».

"On n’est pas Whirlpool"

Crainte aussi d’être les oubliés du chamboulement politique issu des élections : « Effectivement nous ne sommes pas Whirlpool dépendant d’un groupe américain sur lequel il est plus facile de taper que sur les constructeurs dits « Français » ! E n ces temps de mouvance politique, mise à part le soutien effectif de la région Nouvelle Aquitaine, personne ne veut prendre des engagements et ses responsabilités… pourtant nous avons rencontré beaucoup de personnalités jusqu’au plus haut sommet de l’État. Sommet qui vient de changer, mais là aussi M. Macron ne peut pas dire qu’il n’est pas au courant, car nous avions eu des échanges avec son cabinet lorsqu’il était au gouvernement et, il y a à peine une semaine, nous lui avons remis un dossier en main propre. Une continuité doit être assurée et nous avons le sentiment que ce n’est pas le cas ».

La CGT exige donc de rencontrer les constructeurs et qu’un comité d’entreprise extraordinaire soit réunis aujourd’hui en présence des administrateurs judiciaires.

Et le syndicat d’interroger : « Alors que le secteur automobile se porte très bien, que les constructeurs affichent leurs soutiens par des courriers et dans la presse et que l’État et la Région ont versé 1,7 M€ pour poursuivre l’activité… ne serait-il pas possible de se voir affecter moins de 1 % du chiffre d’affaires de l’emboutissage en France pour que notre entreprise puisse vivre avec le maximum de salariés-es et des solutions pour tous ? »

Tag(s) : #Lutte de Classe