Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les grands vizirs du nouveau sultan

BFMTV - Actualités en continu et info en direct et replay

Elu sur la base d'un renouvellement de la classe politique, Emmanuel Macron devrait s'entourer de conseillers et de hauts fonctionnaires déjà présents dans les murs.

Depuis dimanche, les Français assistent à un transfert du pouvoir complice entre François Hollande et Emmanuel Macron, presque paternaliste. Lors des commémorations du 8 mai, l'actuel président de la République s'est transformé en professeur invitant son successeur à suivre ses pas. Mercredi, dans les jardins du Luxembourg, il récidive et livre ses conseils. "Il y a encore beaucoup à faire, Monsieur le président", affirme-t-il.

Mais la traditionnelle valse des cabinets ministériels n'aura pas lieu. Si Stéphane Le Foll assurait sur BFMTV que le quinquennat Macron ne s'inscrivait pas dans la continuité de celui de son prédécesseur, du côté de l'administration, de nombreux hauts fonctionnaires ou conseillers vont être recyclés. Emmanuel Macron a assuré que "dans les six premiers mois" un passage en revue des hauts fonctionnaires serait organisé pour "confirmer" ou non "la totalité des postes de responsabilité nommés en Conseil des ministres". Soit 250 personnes.

Pour mettre en oeuvre une politique ambitieuse, il faut des directeurs qui endossent la feuille de route décidée par le politique", clamait-il en avril dernier dans le JDD. L'administration est prévenue.

Des anciens de Bercy à l'Elysée

Pour mettre en place sa nouvelle administration, Emmanuel Macron s'appuie sur un homme: Jean-Pierre Jouyet, ami d'Hollande à qui une bonne partie de la gauche à reproché d'avoir fait monter l'ancien ministre de l'Economie. Depuis dimanche soir, le téléphone de l'actuel secrétaire général de l'Elysée a commencé à sonner à nouveau, rapporte Le Figaro. Tous cherchent à accéder au président de la République élu. Pour assurer la succession de Jean-Pierre Jouyet, c'est Alexis Kohler qui est pressenti. 

Enarque comme le nouveau président, Alexis Kohler a gravité dans l'administration Hollande. Il a été le directeur de cabinet de Pierre Moscovici, dès 2012, quand ce dernier a été nommé ministre de l'Economie, puis il a rejoint celui d'Emmanuel Macron en 2014 à son arrivée à Bercy. A l'Elysée, il pourrait croiser Ismaël Emelien, rapporte L'Opinion. En charge de la stratégie communication du leader d'En Marche!, celui qui a également collaboré avec Pierre Moscovisi pourrait devenir conseiller politique du nouveau Président.

Stabilité

Selon le quotidien, ils sont plusieurs ayant collaboré avec l'ancien gouvernement, à avoir suivi le mouvement, pouvant désormais espérer une place au palais présidentiel. L'exemple de l'actuel porte-parole d'En Marche! est représentatif. Benjamin Griveaux a travaillé au cabinet de la ministre de la Sante, Marisol Touraine, jusqu'en 2014. En 2015, il rejoint l'équipe d'Emmanuel Macron introduit pas un certain... Ismaël Emelien. D'autres ex-collaborateurs de la ministre ont également été chargé d'écrire le programme santé.

Le nouveau président pourrait également s'appuyer sur des fonctionnaires de l'administration centrale, à commencer par l'actuel directeur général de Pôle emploi ou le président de la Caisse d'assurance maladie, également ancien conseiller de François Hollande. Ce maintien de l'administration pourrait permettre une certaine stabilité au sommet de l'Etat alors que le nouveau chef est souvent critiqué pour son manque d'expérience. A cela s'ajoute une Assemblée nationale qui pourrait accueillir beaucoup de nouveaux visages. Emmanuel Macron l'a promis: la moitié des candidats d'En Marche! aux Législatives sera issue de la société civile.

Tag(s) : #Politique française

Partager cet article

Repost 0