Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La DRH du gouvernement, ministre du Travail,  porte plainte contre la liberté de la presse

Front Syndical de Classe

Méthode Macron :

Silence dans le rangs, en avant vers un régime autoritaire !

Dans un communiqué de presse, le Syndicat national des journalistes (SNJ) CGT s’offusque de la plainte déposée par Muriel Pénicaud, ministre du Travail, après la publication d’informations concernant le contenu de la future réforme du Code du travail. « Il faut remonter très loin pour trouver une telle outrecuidance », s’écrie le SNJ-CGT, qui pense que la France est « en marche vers un régime autoritaire ».

La ministre du Travail avait en effet annoncé le 9 juin dernier que son ministère avait décidé de porter plainte contre X après que Libération a publié en milieu de semaine des documents concernant la réforme du Travail.

« L’administration du ministère du Travail a décidé de porter plainte contre X parce que cela porte atteinte à l’honneur et l’intégrité de toute l’administration. (...) Ce sont quelques personnes qui ont enfreint la loi, le secret professionnel, qui ont volé ou divulgué des documents. Chez les agents du ministère c’est très mal perçu. (...) Ils se sentent très atteints que l’un des leurs puisse faire une chose qui est si contraire aux lois de la République » avait expliqué la ministre sur France Info.

« Ce qui est scandaleux, madame la ministre, c’est le secret qui entoure la future loi et le Code du travail. Ce qui est scandaleux, c’est de faire peser les soupçons sur les fonctionnaires qui auraient organisé les fuites, alors que la divulgation des documents n’est qu’une parfaite orchestration d’une campagne de communication menée par le président de la République et le gouvernement pour “tester” les dispositions les plus dramatiques pour les salariés.

Le gouvernement se garde bien de porter plainte contre Libération ou Le Parisien qui ont publié les documents mais contre X pour tenter de détourner l’attention. Mais il va de soi que c’est un signal envoyé à la profession pour la museler »

Pour le SNJ-CGT, le quinquennat commence sous de mauvais auspices pour la presse et l’information. En effet, rappelle le SNJ-CGT dans son communiqué, la liberté d’expression sera également visée par la volonté de l’Élysée d’incorporer les dispositions de l’état d’urgence dans la loi.

 

 

Tag(s) : #Libertés, #Politique française