Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Il y a 103 ans, Jean JAURÈS était ASSASSINÉ

 

Jean Jaurès avait l’horreur de la guerre chevillée au corps. Quand, le 31 juillet 1914, il s’effondre sur la table du Café du Croissant à laquelle il est attablé, les deux balles du revolver de Raoul Villain enfoncées dans le crâne, la paix n’a plus que quelques jours à vivre. Pourtant, le matin même, l’Humanité a publié un article de son directeur titré « Sang-froid nécessaire » dans lequel il appelle une nouvelle fois à résister : «Le péril est grand, mais il n’est pas invincible […] Ce qui importe avant tout, c’est la continuation.»

L’inquiétude de cet inlassable combattant a grandi encore dans la journée. Après son dîner au Café du Croissant, il compte retourner dicter un nouvel article qu’il veut « décisif ». Contre la guerre, Jean Jaurès n’aura en vérité jamais désarmé. Durant les dix années où il dirige la destinée du journal l’Humanité, il consacre plusieurs dizaines d’articles par an à cette seule cause.

Mais son acharnement s'est manifesté bien avant la fondation de ce journal. En novembre 1898, on peut lire par exemple dans la Petite République cette mise en garde du député socialiste : « Si la guerre éclate, elle sera terrible et vaste. Pour la première fois, il y aura une guerre universelle mettant aux prises tous les continents ; l’expansion capitaliste a élargi le champ de bataille ; c’est toute la planète qui sera rougie du sang des hommes. »

POUR LIRE LA SUITE
CLIQUEZ CI-DESSOUS

http://www.communcommune.com/article-34488008.html?utm_source=_ob_email&utm_medium=_ob_notification&utm_campaign=_ob_pushmail

Tag(s) : #Histoire

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :