Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Construction du Oasis 4 sur les chantiers navals STX de Saint-Nazaire LOIC VENANCE / AFP

Construction du Oasis 4 sur les chantiers navals STX de Saint-Nazaire LOIC VENANCE / AFP

"canempechepasnicolas" :

Macron et son gouvernement jouent au grand bluff avec l'entreprise italienne : acceptez le 50/50 de STX ou je fais un malheur ! La "menace" de nationalisation n'est qu'avancée que pour peser sur la négociation. Et si la firme Fincantieri refuse le chantage ? Les chantiers navals de Saint-Nazaire resteront-ils dans le giron de l'Etat ? Un pouvoir soucieux des intérêts nationaux ne se poserait pas la question. Le ministre de Louis XIV, Colbert, a de toutes pièces créé de grandes entreprises nationales, telle la Corderie à Rochefort, et les chantiers pour la flotte royale. Macron n'a pas ce souci. Seul compte pour lui les intérêts privés des grands groupes, y compris étrangers. La FNAC-Darty qui va passer sous contrôle allemand en est la dernière démonstration au niveau du culturel et des arts ménagers. 

L'intérêt de la France et de son peuple, c'est au contraire de disposer en propre des secteurs stratégiques de l'Economie. Et de faire en sorte que notre pays retrouve le contrôle de ses  biens volés par les prédateurs privés, qui ne sont pour ceux-ci que sources de profits, à vendre le cas échéant au plus offrant.

Tout le reste n'est que littérature ... 

 

Challenge's

 

Paris a fait monter la pression sur les autorités italiennes mercredi en évoquant une nationalisation des chantiers navals de STX France, faute d'accord avec Fincantieri, mais Rome a répliqué sur le même ton, exigeant une position majoritaire dans le groupe.

Le ministre de l'Économie, Bruno Le Maire, a annoncé que la France va exercer son droit de préemption sur les chantiers navals STX de Saint-Nazaire.La proposition faite à Fincantieri d'un partage de STX à 50-50 reste sur la table a précisé Bruno Le Maire. Il a annoncé que la France allait continuer à négocier avec l'entreprise italienne.

"Nous souhaitons pouvoir maintenir un contrôle à 50-50 avec nos amis italiens sur l'avenir" des chantiers de Saint-Nazaire (Loire-Atlantique), "sur l'emploi, sur le développement du territoire", a déclaré sur franceinfo le ministre de l'Économie Bruno Le Maire.

Mais "si jamais nos amis italiens refusent la proposition honnête qui leur est faite, l'État exercera son droit de préemption", en rachetant "les parts" que Fincantieri devait acquérir, a-t-il ajouté, alors que ce droit de préemption expire samedi. Une prise de contrôle provisoire donnerait "du temps pour renégocier un nouveau pacte d'actionnaires", a-t-il expliqué, ajoutant que "les Italiens avaient jusqu'à jeudi pour se décider".

 

Tag(s) : #Economie

Partager cet article

Repost 1