Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Quand de vrais journalistes ne diabolisent pas Poutine, c’est la panique !

"Ils vous feront souffrir pour avoir fait ce reportage" 

c’est par ces mots que Vladimir Poutine salue le journaliste Oliver Stone à la fin du dernier volet des « Conversations avec Monsieur Poutine »

diffusé le 29 juin sur France 3.

 

Poutine ne s’est pas trompé, le journaliste l’a découvert à ses dépens. Plus que les media étasuniens, ce sont les media français qui ont (encore) décroché la palme d’or de l’atlantisme servile et de la russophobie rabique.

L’Express relève « la complaisance » de Stone face à son interlocuteur. L’Obs a quant a lui critiqué non seulement l’émission « scandaleuse » d’Oliver Stone, mais aussi France 3 qui l’a diffusé. Ce journal de gauche trouve en effet « choquant » qu’une chaîne publique diffuse cette "longue, très longue hagiographie du maître du Kremlin auquel l’interviewer, fan inconditionnel, laisse la parole sans contradiction pendant deux cents minutes".

Invité sur France 3 pour le « débat » qui a suivi le premier épisode, Oliver Stone a eu affaire aux furies du PAF qui n’ont pas tari d’outrances et de critiques envers son émission. Ainsi, le « journaliste » de France Inter, Bernard Guetta critique son confrère étasunien car celui-ci « laisse parler Poutine sans l’interrompre ». Une autre obscure journaliste, qui a rencontré le président russe (et qui en est visiblement restée émoustillée à vie) se remémore « le regard glacial » de l’homme fort du Kremlin : « quand vous lui parlez, il vous regarde dans les yeux », raconte-t-elle, ébahie. Quel monstre ce Poutine !

Dès la diffusion du premier épisode, lundi soir, les critiques ont donc étrillé Oliver Stone, accusé de propagande pro-russe, devenu un Kim Philby du XXIème siècle.

Tag(s) : #Médias

Partager cet article

Repost 1