Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Remarques sur les MÉDIAS du 14 juillet 2017 [ par Philippe Arnaud - AMD Tours ]

 
 

A l'occasion de la fête nationale, j'ai été frappé - plus que les années précédentes - par l'insistance des journalistes sur le défilé du 14-Juillet à Paris, sur son caractère ordonné, réglé, discipliné, hiératique et hiérarchique (en un mot, militaire), c'est-à-dire sur tout le contraire de ce qui fut à l'origine de cette cérémonie : la prise de la Bastille, le 14 juillet 1789.

[Certes, des esprits ergoteurs feront valoir que le 14 Juillet fêté est celui de la commémoration de la Fête de la Fédération, le 14 Juillet 1790, censée célébrer l'union retrouvée des Français après les événements violents de 1789. Mais il s'agit d'une argutie : que se serait-il passé si, après la prise de la Bastille, le roi avait réprimé la révolte parisienne - comme Thiers le fit de la Commune, en 1871 ? Eh bien, il n'y aurait rien eu du tout, donc pas de fête de la Fédération l'année suivante. Et la preuve que certains sentirent qu'un événement décisif, bouleversant, renversant s'était produit, c'est que le comte d'Artois, frère du roi (et futur Charles X) émigra dès le 17 juillet 1789, trois jours après la Bastille, alors que la royauté ne devait être renversée que trois ans plus tard, le 10 août 1792...]

1. Le 14 juillet, tel qu'il est célébré, met en honneur l'armée, c'est-à-dire l'ordre, la hiérarchie au service du pouvoir, contre l'étranger... mais aussi contre le peuple lui-même. On y voit des soldats impeccablement vêtus, aux uniformes bien repassés, propres, sans un pli de travers, marcher du même pas et exhiber leurs dernières armes, des chars aux avions. Or, en 1789, ce fut tout le contraire qui se passa : ce furent des sujets qui se révoltèrent contre l'autorité, des civils contre l'armée - laquelle, en les personnes des Gardes françaises, mit crosse en l'air, passa du côté des émeutiers, et aida à prendre la Bastille. Le 14 Juillet 1789 fut donc un témoignage de désordre, de rébellion, d'insoumission, de renversement des valeurs et des hiérarchies, d'anarchie - même si celle-ci ne fut que temporaire.

2. Symboliquement, le 14 Juillet 1789 eut lieu à l'est de Paris, dans un quartierpopulaire de petits artisans, dans un quartier de ruelles étroites, de maisons entassées, où les soldats entraient difficilement et où les émeutiers et révolutionnaires avaient la partie belle (comme dans le reste de Paris), comme ils le firent sentir à l'autorité lors des journées de juillet 1830 et de février 1848. En revanche, le 14 Juillet de la Cinquième République est célébré à l'ouest de Paris, dans des quartiers bourgeois, riches, près de l'Arc de Triomphe, sur l'avenue des Champs-Élysées, avenue large, rectiligne (conforme à l'esprit du baron Haussmann et de la bourgeoisie du second Empire), avenue où il est difficile de dresser des barricades, et où les insurgés peuvent être balayés par les charges de cavalerie et les tirs de canons (et, aujourd'hui, les tirs de mitrailleuses et de canons rotatifs des hélicoptères).

- Symboliquement aussi, contrairement au lacis de ruelles de l'ancien Paris, l'avenue des Champs-Élysées est droite, rectiligne : sa forme inspire le défilé, la station debout, le garde-à-vous, le spectacle devant le maître (comme le Cirque devant la tribune de l'empereur à l'époque romaine). Bref, en 230 ans, l'esprit de 1789 a été pire que détourné, il a été inversé : de subversif, il est devenu conformiste, de révolté soumis, de spontané guindé, de populaire bourgeois, de révolutionnaire conservateur, de démocratique nationaliste.

- Une célébration du 14 juillet conforme à son esprit devrait être plus être un 1er Mai-bis que la parade des horse-guards de la reine qu'est devenue la fête nationale : elle devrait fourmiller de ...
POUR LIRE LA SUITE
CLIQUEZ CI-DESSOUS

http://www.communcommune.com/2017/07/remarques-sur-les-medias-du-14-juillet-2017-par-philippe-arnaud-amd-tours.html

 
 
Tag(s) : #Médias

Partager cet article

Repost 0