Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Quand les affaires privées et les responsabilités publiques dans l'appareil d'Etat font bon ménage...

Réveil Communiste

Les aventures du banquier Macron dans la construction navale

2 Août 2017 , Rédigé par Réveil CommunistePublié dans #élection 17, #Economie

 

Relire ce texte du 1er juin 2017 à la lumière des événements récents dont la "nationalisation provisoire" des Chantiers de Saint Nazaire. (ndgq 2/8/2017).

 

La banque MACRON-FRANCE.SA en pleine activité

Il faut faire vite !

En pleine campagne électorale des législatives et pour bien montrer sa puissance économique la banque d’affaires MACRON-FRANCE.SA monte ses premières opérations.

Elle les doit à son agent à l’Elysée en la personne du nouveau secrétaire général : Alexis Kohler qui depuis 2016 partageait son temps entre l’équipe de campagne d’EN MARCHE et la Direction financière de l’armateur italo-suisse MSC (Mediterranean Shipping Company).

MSC, minuscule compagnie de transport maritime fondée en Italie en 1970 qui a installé son siège à Genève est aujourd’hui le second armateur mondial pour le transport des conteneurs et le quatrième pour les croisières maritimes. Malgré sa taille MSC reste une entreprise familiale très secrète autour de son fondateur Gian Luigi Aponte de sa femme de son fils de sa fille.

Le recrutement l’an dernier d’Alexis Kohler, haut fonctionnaire français, ancien du cabinet de Moscovici et proche de Macron au moment où l’OPA MACRON sur l’Elysée était lancée ne pouvait guère relever du hasard.

L’intérêt de MSC pour la France est justifié : ses navires porte-conteneurs escalent dans les grands ports français, ses navires de croisières sont parmi les plus fidèles du port de Marseille, mais surtout MSC avait pris ces dernières années l’habitude de commander ses nouveaux navires de croisière au chantier naval de Saint Nazaire.

On se souvient que celui-ci, après avoir été racheté en 2008 par le constructeur sud-coréen STX avait vu l’Etat français entrer au capital avec une participation de 33,34 %.

Le savoir faire du chantier en matière de navires de croisière allait évidemment susciter l’intérêt de MSC croisières et des commandes de paquebots de luxe allaient suivre. MSC profitera même de du gel des avoirs de Mouammar Kadhafi et de sa mort pour racheter un paquebot que celui-ci avait commandé à la demande de Sarkozy au moment où les ouvriers du chantier étaient en chômage technique. La dernière commande de MSC remonte à Avril 2016 et porte sur 4 paquebots assurant du travail au chantier jusqu’en 2026.

Ce qui peut apparaitre dans l’immédiat comme une bonne nouvelle pour les salariés du chantier et des sous-traitants méritera d’être relu après le vote – s’il a lieu - des ordonnances sociales qui créeront les conditions d’une énorme pression à la baisse sur les salaires.

Le 19 Octobre 2016 STX France est mise en vente par la Banque publique sud coréenne qui ne veut pas continuer à soutenir une entreprise très endettée. Un seul acquéreur se présente : Le groupe italien FINCANTIERI qui a lui aussi construit des paquebots pour MSC. Un accord est conclu entre FINCANTIERI et l’Etat français actionnaire au terme duquel FINCANTIERI dispose de 48% du capital, l’Etat français garde sa part et fait entrer au capital l’entreprise publique militaire DCNS pour 12%, le solde est apporté par une fondation italienne CR TRIESTE.

Or à l’occasion du lancement à Saint Nazaire du dernier paquebot de la MSC, on apprend que l’équipe Macron-Kohler veut écarter la fondation CR TRIESTE du capital pour la remplacer par MSC et le second croisiériste client du chantier Royal Carribean.

Cette opération est donc destinée à maintenir FINCANTIERI, groupe italien concurrent de la DCNS et du chantier de Saint Nazaire, en position d’actionnaire minoritaire et de faire du chantier de Saint-Nazaire un fleuron du grand capital monopoliste français sous le contrôle direct de l’Elysée qui devient son quartier général. C’est, stricto sensu, du CAPITALISME MONOPOLISTE D’ETAT.

>

Envoyé par Sun Zu le 1er juin 2017

Tag(s) : #Economie, #STX