Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Macron : Jupiter poursuit son brutal retour sur terre

"L'habit ne fait pas le moine", ni la tenue d'aviateur, ni le costume de Président : un associé-gérant de la banque Rothschild reste un associé-gérant de la banque Rothschild !

Si l’état de grâce des présidents nouvellement élus ne dure jamais, pour Emmanuel Macron, c’est surtout l’impression de flottement qui interpelle

Emmanuel Macron poursuit son retour sur terre. Et la descente est brutale. En perdant encore 7 points dans le dernier sondage YouGov publié jeudi 3 août, il ne compte plus que 36% de jugements positifs concernant son action. Faut-il s’en étonner ? Non. L’histoire le montre : l’état de grâce des présidents nouvellement élus ne dure jamais très longtemps. François Hollande, qui a été le président le plus impopulaire de la Vème République, avait décroché dès septembre 2012. En 1995, Jacques Chirac avait dévissé dès juillet. Nicolas Sarkozy, lui, aura tenu huit mois avant d’être rattrapé par l’impopularité en janvier 2008.

 

Toutefois, pour le pouvoir macroniste, le plus inquiétant n’est pas là. Mais dans cette impression de flottement de plus en plus diffuse. Certes, la loi de moralisation de la vie publique est sur les rails et l’Assemblée a habilité l’exécutif à réformer le code du travail par ordonnances, donnant ainsi corps aux engagements de campagne du locataire de l’Elysée. Mais tout n’a pas été sans mal. En particulier dans l’hémicycle où les couacs se sont succédé. Les images de ces deux vice-présidentes LREM totalement dépassées et incapables de mener sereinement les débats resteront. Mais comment leur reprocher ? Impossible de passer du statut de novice à celui de vieux routier de l’Assemblée en un mois. Sauf que face à une opposition plus remontée que jamais, comment La République en Marche n’a-t-elle pas vu le risque ? Naïveté ou péché d’orgueil ? Peu importe. Ses adversaires n’en demandaient pas tant pour relancer leur procès en amateurisme contre la majorité.

Le gouvernement n’échappe pas non plus aux critiques. Lors du conseil des ministres du 12 juillet, Emmanuel Macron les aurait recadrés, comparant – selon le JDD – la pertinence de leurs notes à "du pipi de chat". Si l’Elysée a démenti l’expression, la démission du général de Villiers en désaccord avec le chef de l’Etat, le coup de rabot de 300 millions d’euros aux collectivités locales et la baisse de 5 euros par mois des APL ont davantage écorné l’image de ce président jupitérien à qui tout réussissait jusque-là. Ces derniers jours, c’est sa responsable de la communication Sibeth Ndiaye qui a été épinglée pour son SMS sur la mort de Simone Veil : "Yes, la meuf est dead ", aurait-elle écrit à un journaliste.

Alors qu’il aime à se présenter comme "le maître des horloges", Emmanuel Macron risque surtout de devoir remettre ses pendules à l’heure.

Tag(s) : #Politique française

Partager cet article

Repost 0