Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Réveil Communiste

Lorsque l’on refuse l’amalgame Hitler Staline on se voit parfois traité de « révisionniste » ou de « négationniste » des soi-disant « crimes de Staline ».

Sur ce point il faut d’abord affirmer clairement et nettement que les accusations proférées contre Staline, l’URSS, le socialisme réel et le mouvement communiste ne sont pas historiquement valides : quelques soient leurs redondances scolaire et médiatique, il s’agit d’accusations polémiques et de témoignages littéraires avancés sans preuves et qui dans la plupart des cas n’ont pas été corroborés par une recherche indépendante, ni par le recours direct aux archives depuis la chute du socialisme est-européen.

Le cas de l’historiographie occidentale sur l’URSS est lourd de partialité et de mensonges : truffée de chercheurs ad hoc qui ont fait leurs classes dans les services secrets, elle émane principalement de fondations et d’universités privées richement dotées par le grand capital américain et européen dans le but d’instruire un procès à charge, et qui ont petit à petit investi les lieux de pouvoir intellectuels, à commencer par de prestigieuses universités américaines.  Ses informateurs sont exclusivement des adversaires virulents du socialisme, ou des transfuges qu’ils contrôlent complètement. La méthode de ce type d’historiographie partisane est magnifiquement résumée par Hannah Arendt, pour qui l’absence de preuve des crimes staliniens est un crime de plus : elle prouve qu’elles ont été supprimées.

L’interprétation historique des expériences socialistes est en effet un axe stratégique du combat d’idées de la guerre froide, bien davantage encore que durant les deux guerres mondiales. Alors qu’il s’agissait auparavant simplement de conforter le moral des combattants en diabolisant l’adversaire et en donnant la confiance en la victoire, pendant la guerre froide la lutte de propagande est devenue essentielle, parce que l’enjeu de la guerre n’est ni plus moins que l’extension du système socialiste au monde entier, et parce que l’opinion publique est devenue le terrain même de la décision, considérant l’impossibilité d’arracher une décision militaire par la bataille finale à cause de l'arme nucléaire.

Un autre fond de la littérature pseudo historique dont le but est de calomnier le socialisme provient des luttes de faction internes au groupe dirigeant soviétique, et de la propagande et des plaidoyers en justification de Trotsky et de ses nombreux partisans de droite et de gauche avant guerre, puis des efforts des déstalinisateurs aux intentions suspectes après-guerre,  dont le chef-d’œuvre est le « rapport secret » cynique et affabulateur de Nikita Khrouchtchev (1955). Il fut aussi l’inspirateur et protecteur des intellectuels officiels puis dissidents qui ont été lancés par cette tendance dans la période dite fort inadéquatement du « dégel », dénomination dérobée au grand roman d’Ehrembourg.

La diabolisation de Staline est alors destinée à justifier un repli de la théorie soviétique vers un humanisme vague, qui légitimera à son tour la transition régressive au capitalisme, sous le camouflage de l’idéologie des droits de l’homme (version 1789 et non 1948). Ils n’ont pas déstalinisé parce que Staline aurait été inhumain, mais ils l’ont fait passer pour inhumain pour pouvoir « déstaliniser », c’est à dire interrompre définitivement un processus révolutionnaire déjà largement enrayé par les effets effroyables de la guerre de 1941-45 sur la société soviétique.

D’autre part il n’y a aucune équivalence même superficielle entre les répressions nazie-fasciste-colonialiste qui sont revendiquées par leurs auteurs comme une composante centrale de leur projet de société inégalitaire (même s’il peut leur être tactiquement utile de nier certains crimes au moment où ils sont commis) et la terreur révolutionnaire (qu’elle soit exercée par des communistes « staliniens » ou par d’autres) qui est une mesure nécessaire à la survie de la révolution prolétarienne mais regrettable et temporaire. En 1936, les anarchistes espagnols placés devant la nécessité du « eux ou nous » n’ont pas été plus modérés que les bolcheviks, loin de là.

On accuse Staline et à travers lui les communistes et les révolutionnaires de tous les temps de paranoïa, à contresens : les paranoïaques sont les nazis qui exterminent les juifs parce qu’ils croient simultanément qu’ils sont des sous-hommes, qu’ils dominent le monde, qu’ils propagent le communisme, et qu’ils gouvernent les États-Unis. Et non les staliniens qui pourchassent et qui répriment les factieux parce qu’ils démoralisent les masses, qu’ils minent la cause du socialisme et la trahissent au moment du plus grand danger. L’histoire contre-révolutionnaire fait l’innocente mais elle ne peut pas faire passer l’année 1937, l’année « des grandes purges » comme elle dit pour une année aussi ordinaire que, par exemple, l’année 1968 !

La plupart des victimes de la terreur révolutionnaire aurait été classée par un observateur objectif à l’extrême droite par ses idées et ses actions. A commencer par Soljenitsyne. Une des fonctions essentielle des camps d'internements soviétique après 1945, quand leurs effectifs se sont accrus a été de réprimer les collaborateurs de l’hitlérisme. Il a bien fallu mettre quelque part les assassins de base d’Auschwitz et de Baby Yar puisqu’il n’était pas question de les tuer tous.

Les témoignages littéraires trop nombreux...
 

POUR LIRE LA SUITE
CLIQUEZ CI-DESSOUS 

http://www.reveilcommuniste.fr/2016/12/refuser-categoriquement-l-amalgame-hitler-staline-en-recusant-les-accusateurs-et-leur-dossier-a-charge.html?utm_source=_ob_email&utm_medium=_ob_notification&utm_campaign=_ob_pushmail

Tag(s) : #Idéologie
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :