Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Rapport de l'ONU sur les exactions en Ukraine: âmes sensibles s'abstenir
Russie politics
La mission de surveillance des droits de l'homme en Ukraine vient de rendre public son dernier rapport. Le niveau de violence bestiale décrit et documenté côté des forces ukrainiennes fait peur. Il est absolument impossible de le comparer à ce qui est reproché aux  républiques de Donets et Lugansk. Viols, tortures, disparitions ... et pour autant, de la même manière les "deux parties au conflit" sont appelées également à faire des efforts. A ce niveau ce n'est plus de l'hypocrisie, ça relève de la psychiatrie.
 

Tout dans le dernier rapport de l'ONU sur le conflit en Ukraine montre le dérapage bestiale, primaire, des forces engagées par Kiev pour nettoyer et écraser le Donbass. Il est disponible ici en anglais et ici en russe.

 
D'une manière générale, l'ONU reconnaît non seulement une recrudescence des violences, mais une disproportion entre la quantité des exactions commises par l'armée ukrainienne et ses bataillons punitifs par rapport aux violations commises par les jeunes républiques.
 
 
Cela se confirme également par la carte de localisation des victimes, où l'on voit clairement une proportion de victimes plus importante côté DNR et LNR. Evidemment, l'ONU ne se permet aucunement de mettre en cause l'armée ukrainienne et les bataillons, puisqu'il est communément admis depuis la tragédie d'Odessa, pour laquelle les coupables n'ont pas été et ne seront pas inquiétés, que les "séparatistes/terroristes" ont cela d'étrange qu'ils se bombardent eux-mêmes et s'immolent volontiers.
 
 
 
D'une manière générale, alors que la situation se stabilisait un peu, depuis novembre, une escalade des violations des accords de Minsk a été remarquée. L'on peut douter que la décision du Canada de fournir des armes à l'Ukraine n'aide à pacifier la région. Du 16 août au 15 novembre, il y a eu 87 victimes civiles, 15 morts et 72 blessés. 60% d'entre elles ont été victimes de mines et 17% de tirs d'artillerie. En plus de ça, l'Ukraine a allègrement bombardé les sites civils situés dans les régions de DNR et LNR. Tel fut le cas de la station de filtration des eaux de Donetsk les 3 et 4 novembre, où le réservoir de chlore a été gravement touché, infectant les eaux potables. Evidemment, le rapport ne dit pas d'où venaient tirs, certainement les forces locales voulaient se punir et punir la population ... L'on appréciera, par exemple, la destruction systématique d'habitations civiles passée, ou "neutralisée", en note de bas de page.
Voir la note de bas de page 13:
In addition, HRMMU documented damage to civilian houses in (armed-groupcontrolled) Pervomaisk caused by shelling on 23-24 August, and damages to civilian houses and infrastructure in (armedgroup-controlled) Kyivskyi district of Donetsk city during an escalation in hostilities on 5-6 November 2017. See also OSCE SMM documentation of civilian property damaged by shelling in (government-controlled) Marinka on 27 September and (armed-group-controlled) Yasynuvata on 29 September, available at http://www.osce.org/ukrainesmm/reports/. 
Autre manière absurde de présenter les faits, afin de maintenir à bout de bras un semblant d'objectivité protégeant autant que possible - et même au-delà - le pouvoir "pro-européen" de Kiev et son bras armé, est la manière tronquée de parler des problèmes sociaux. Ainsi, des difficultés sociales sont posées par le fait que les pensions de retraite ne soient plus payées. Certes, mais Kiev a mis en place ce blocus contre les habitants du Donbass, qui ne reçoivent plus rien une fois à la retraite alors qu'ils ont cotisé toute leur vie. Les éléments sont ainsi sortis de leur contexte par les rapporteurs de l'ONU, lorsque cela est nécessaire, afin que leurs effets néfastes quant à la position intenable de la communauté internationale ne soient neutralisés.
 
Le pire arrive ensuite lorsque le rapport énumère froidement les exactions commises par l'armée ukrainienne et les bataillons extrémistes contre les civils. Les rapporteurs ont interviewé des gens, de part et d'autre, pour comprendre ce qu'ils vivent. Le résultat est plus qu'inquiétant. L'on voit clairement une frontière morale se dresser de part et d'autre de la ligne du conflit. Côté DNR et LNR aussi il y a des problèmes, mais des problèmes qui malheureusement se retrouvent dans toutes les zones de conflits: détentions administratives prolongées, interrogatoires musclés, etc
 
POUR LIRE LA SUITE
CLIQUEZ CI-DESSOUS
 
http://russiepolitics.blogspot.fr/2017/12/rapport-de-lonu-sur-les-exactions-en.html​​​​​​​

 

Tag(s) : #Ukraine
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :