Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Résultat de recherche d'images pour "Résidences de Johnny Photos"

Le chalet de Johnny à Gstaad (Suisse)

Résultat de recherche d'images pour "Résidences de Johnny Photos"

A Saint-Barthélémy

Résultat de recherche d'images pour "Résidences de Johnny en France Photos"

A Marnes-la- Coquette

Résultat de recherche d'images pour "Résidences de Johnnyà Los Angeles Photos"

A Los Angeles

Les Echos

 

Amateur de grosses motos et de voitures de collection, le rocker national menait grand train. Il voyageait au gré des saisons entre ses résidences Marnes-la-Coquette (ouest de Paris), Gstaad (station huppée des Alpes suisses), Saint-Barthélémy dans les Antilles, et Los Angeles. Bref, vu de l'extérieur, toute la panoplie de la star cousue d'or.

Surtout, il trustait régulièrement le classement des chanteurs français les mieux payés : en 2016, il est encore deuxième avec 16 millions d'euros de revenus, selon le magazine Capital.

Mais en dépit de ces chiffres avantageux - plus de 100 millions de disques vendus en 60 ans de carrière -, de tournées marathon et de juteux contrats publicitaires, « Johnny est un + travailleur pauvre + [...] qui ne possède pas de capital, excepté son patrimoine immobilier », ont écrit Catherine Rambert et Renaud Revel dans leur livre « Johnny, les 100 jours où tout a basculé » (2010). 

Démêlés à répétition avec le fisc

Ses démêlés avec le fisc ont aussi abondamment défrayé la chronique, au point de devenir un sujet politique. Dès 1975, l'administration fiscale le fait condamner à de la prison avec sursis et exige le remboursement de 100 millions de francs d'arriérés, somme qu'il ne réglera que dans les années 1990.

Assujetti à l'impôt sur la fortune en France, il s'est régulièrement retrouvé au centre des polémiques sur les exilés fiscaux. Comme en 2006, lorsqu'il a demandé la nationalité belge - en souvenir de son père, disait-il, avant d'y renoncer. Puis à nouveau lorsqu'il a décidé de s'établir une partie de l'année en Suisse, expliquant en avoir « marre, comme beaucoup de Français, de payer ce qu'on nous impose comme impôts ». Des propos qui, quelques mois avant la présidentielle, avaient déclenché une tempête politique.

Ces dernières années, il était devenu résident fiscal aux Etats-Unis où ses plus jeunes filles étaient scolarisées. « En France, la réussite, c'est louche, on trouve ça dégueulasse », déplorait-il en 2013 dans son autobiographie 'Dans mes yeux'.

En fait, selon  Le Temps , quotidien suisse,

En 2006, il s’installe à Gstaad où il bénéficie d’un forfait fiscal, déclarant en avoir «marre, comme beaucoup de Français, de payer ce qu’on nous impose comme impôts».

Il y restera jusqu’en 2013, où il devient résident fiscal à Los Angeles, où ses deux plus jeunes filles sont scolarisées. 

"canempechepasnicolas" :

Que Johnny choisisse à l'étranger des systèmes fiscaux moins contraignant que dans son propre pays, il n'est pas le seul artiste, ni plus largement la seule personnalité française qui fasse ce choix. Mais celui-ci ne fait pas pour autant de ses bénéficiaires, de ces exilés fiscaux  des "héros nationaux", des exemples pour notre peuple, tels que le proclame le président de la République.

Mais au pays de la libre circulation des capitaux, l'ancien associé-gérant de la Banque Rothschild n'y voit pas à redire.

En savoir plus sur

https://www.lesechos.fr/politique-societe/societe/030989679658-johnny-hallyday-une-histoire-compliquee-avec-largent-et-le-fisc-2136233.php#ood2cmIkVzKXdlFy.99

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :