Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

INTRODUCTION

Pour vaincre Macron, il faut prendre la mesure de son entreprise. Et, pour cela, commencer par le commencement : le printemps des peuples tel qu'il jaillit au lendemain de la Seconde guerre mondiale, comme en témoignent des documentaires comme La Sociale [1] ou L'esprit de 45[2], et la réponse que lui oppose dès le début des années 1950 la construction de ce qui deviendra l'Union européenne. L'énergie que va déployer la classe dirigeante dans la constitution de cette dernière ne peut se comprendre que si on se libère de la lecture soporifique de la Libération qui en fait un moment de circonstances exceptionnelles ayant permis un meilleur partage des richesses entre la capital et le travail au bénéfice des travailleurs. Je montrerai qu'au contraire les lendemains de la Seconde guerre mondiale sont une période révolutionnaire, c'est-à-dire un moment où le mode de production est mis en cause : ce qui se joue, ce n'est pas la répartition de ce qui est produit, mais la production elle-même et ses deux institutions essentielles, le régime de propriété de l'outil de travail et le statut du producteur. Le marché commun puis l'Union européenne vont être mis en place pour restaurer le mode de production capitaliste que les institutions révolutionnaires, créées après 1945, ont subverti.

Tant que l'on ne prend pas la mesure de cette subversion, soigneusement niée dans l'histoire officielle, on ne comprend pas la « réforme » que vont impulser les gouvernements réunis dans l'Union, en s'appuyant les uns sur les autres, à partir de l'Acte unique mis en musique par Jacques Delors, dans les années 80. La partition française de la chose a été pour l'essentiel écrite par Philippe Seguin et Michel Rocard, entre 1986 et 1991.

Les gouvernements qui leur succéderont vont l'interpréter instrument par instrument, avec une grande application et une grande constance, mais avec une médiocre ampleur de vue, liée aux escarmouches de l'alternance droite/gauche, que leur reprocheront le MEDEF et la CFDT.

Aujourd'hui avec la présidence d'Emmanuel Macron, la classe dirigeantes débarrassée des pesanteurs de l'alternance, l'esprit du couple Seguin-Rocard est à nouveau à l'œuvre avec le caractère systématique de la réforme et son inscription dans les clous imposés par l'Union européenne. Le MEDEF et la CFDT applaudissent avec la retenue qui sied au partage des rôles entre les instances de l'économique et celles du politique.

A quoi s'attaque la réforme ? C'est l'objet du premier chapitre. Il est consacré au récit des prémices d'une institution communiste du travail telle que l'initient, en 1946, le Parti communiste et les militants de la CGT emmenés pour l'essentiel par les anciens de la CGT-Unitaire. « Communiste » – et c'est ainsi qu'on entend ce terme dans cet ouvrage – parce qu'elle est le chemin de sortie du capitalisme : le communisme ne se définit pas autrement qu'empiriquement, par les institutions d'une autre pratique de la valeur économique que l'action des travailleurs organisés parvient à imposer. Contre les institutions capitalistes de la valeur que sont la propriété lucrative, le financement de l'investissement à crédit, la rémunération des travailleurs au prix de leur force de travail, les militants construisent, comme je le montrerai : la copropriété d'usage de l'outil de travail, la subvention de l'investissement et le salaire à vie, en s'appuyant sur les acquis anticapitalistes de la codification du travail qui avait démarré au tournant du XXème siècle, sous l'impulsion de la CGT et de la SFIO naissantes. Et leur dynamique ne s'arrête pas avec l'expulsion des ministres communistes en 1947 : les trois décennies suivantes connaîtront une consolidation substantielle des conquêtes de 1946. Pourquoi 1946 et non 1945 ? Pourquoi ces gros mots de révolution et decommunisme ? Je m'en expliquerai bien sûr. Mais j'alerte tout de suite le lecteur : ce premier chapitre interroge la fable de « 1945 », et les gros mots sont nécessaires pour refaire vivre l'histoire populaire révolutionnaire qui nous a été volée.

Le deuxième chapitre inscrit les initiatives d'Emmanuel Macron dans la « réforme » menée par la classe dirigeante depuis les années 1980. Il sort sa compréhension de l'impasse dans laquelle l'a mise l'invocation du néolibéralisme. Ce terme recouvre des interprétations différentes, mais leur dénominateur commun est l'absence de lutte de classes. Le capitalisme serait un « système » qui certes bouge pour se reproduire, d'où sa périodisation, mais, ses déplacements relèveraient d'une cause interne : épuisement du fordisme, baisse du taux de profit, caractère mortifère du fétichisme de la valeur, pour reprendre quelques-unes des explications avancées pour définir le néolibéralisme. Le postulat de la science sociale, fût-elle critique, est qu'il n'y a qu'une seule classe pour soi, c'est-à-dire consciente des ses intérêts et organisée pour les promouvoir : la bourgeoisie. Les travailleurs ne peuvent mener qu'un conflit de répartition : au mieux faire bouger le curseur à leur avantage dans la répartition de la valeur hypostasiée dans sa forme capitaliste de valeur d'échange. Dans cette perspective, la réforme ferait reculer les droits des travailleurs pour restaurer un partage de la « valeur » à l'avantage du capital. Je propose une toute autre interprétation : la réforme est une contre-révolution, qui vise à restaurer la pratique capitaliste du régime de propriété et du statut du producteur. Le deuxième chapitre s'intéresse surtout au statut du producteur.

Contre le statut communiste du producteur qui s'est affirmé fortement jusque dans les années 1970 – autour de la généralisation du salaire à la qualification attaché à la personne –, la classe dirigeante a entrepris, depuis les années 1980, de remplacer ce dernier par deux piliers de ressources sans lien avec la qualification : un premier pilier dit « contributif » universel, forfaitaire, fiscalisé, dont la forme la plus aboutie est le revenu universel, et un second pilier « contributif » adossé au marché des capitaux, qui réassigne les travailleurs à la performance marchande en « sécurisant leur parcours » à coups de compte individuels, dont la forme la plus aboutie est le compte personnel d'activité (CPA). Sur cette base, elle tente aujourd'hui de faire revenir le travail à l'invisibilité qu'il subissait avant la conquête du code du travail en remplaçant ce dernier par le prétendu dialogue social.

Le dernier chapitre propose un chemin pour vaincre Macron. Le lecteur en devine d'emblée la boussole. La réponse offensive à une contre-révolution capitaliste ne peut être que la poursuite délibérée de la révolution communiste du travail : copropriété d'usage des entreprises par les salariés et pour cela subvention de l'investissement et salaire à vie. Il faut poursuivre la socialisation salariale de la valeur en doublant le montant des cotisations actuelles pour les affecter à la généralisation du salaire à vie et à la subvention de l'investissement, afin de rendre effectifs les droits économiques à attribuer à chacun à sa majorité, car – et ce sera le point central du chapitre – les personnes doivent être titulaires de leur salaire et de leur outil de travail pour pouvoir réellement décider de la valeur économique.

Je ne sous-estime pas le changement de culture militante qu'appelle un tel chemin communiste. Ou plutôt des deux cultures militantes qui s'opposent à la réforme. Celle de la gauche de gauche mène la riposte à la réforme en appelant les citoyens et les travailleurs à se mobiliser pour une bonne politique publique, pour un bon usage de l'argent par une bonne fiscalité, une bonne création monétaire et un bon crédit public, pour de bons pôles publics dans des secteurs d'activité décisifs.

POUR LIRE LA SUITE
CLIQUEZ CI-DESSOUS

http://www.frontsyndical-classe.org/2018/01/bernard-friot-vaincre-macron.html?utm_source=_ob_email&utm_medium=_ob_notification&utm_campaign=_ob_pushmail

Tag(s) : #Lutte de Classe, #Idéologie
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :